Bamba Massany répond au sulfureux Marcel Gossio

Bamba Massany répond au sulfureux Marcel Gossio

Dans le quotidien Notre Voie N° 5475 du 9 décembre 2016, le sieur Gossio Marcel, ex-DG du Port Autonome d’Abidjan et candidat pro-Affi aux élections législatives à Port-Bouët, a cru bon de soi-disant me ‘’recadrer’’ suite à mon interpellation à sa personne relativement à l’utilisation mensongère et abusive du nom du président Laurent Gbagbo, pendant sa précampagne.

En vérité, nous n’aurions pas fait à Gossio l’honneur de la présente réplique, s’il n’avait mêlé dans ses divagations les noms de personnes aussi infrangibles que le président Aboudrahamane Sangaré, Douati Alphonse, Marie-Odette Lorougnon, Koné Boubakar, fidèles parmi les fidèles au président Laurent Gbagbo et qui donnent d’espérer que la dignité a encore un sens dans ce pays. Pourtant, notre interpellation au sieur Gossio était toute simple et nous étions en droit d’attendre des réponses aussi précises. A titre de rappel, nous reprenons ici et avec exactitude nos reproches à ce candidat :

➢ L’homme (Gossio) qui, pour ses bons offices auprès du régime Ouattara bénéficie d’un dégel partiel de ses comptes, n’a, à ce jour eu aucune espèce de rapport avec le président Laurent GBAGBO, encore moins de visite à ce dernier pour s’en prévaloir, comme il le fait abusivement lors de ses randonnées politiques vers les militants.

➢ Il procède par pure manipulation lorsqu’il prétend que le Président GBAGBO et lui se parlent au téléphone.

En réponse, voici les propos de monsieur GOSSIO :

➢ Gbagbo n’a pas nommé Massany DG du Port d’Abidjan parce qu’elle n’en a pas les capacités ;

➢ J’ai financé la campagne de Massany à Port-Bouët où elle a été élue député ;

➢ J’ai recruté un fils de Massany au Port d’Abidjan ;

➢ J’ai, à plusieurs reprises, donné de l’argent à Massany ;

➢ Massany est venue du PIT pour me trouver au FPI ;

➢ Elle n’a pas été en exil et ses biens n’ont pas été pillés parce que son mari est RDR ;

➢ Marie-Odette Lorougnon et Massany suppliaient Mamadou Koulibaly en 2011 pour être nommées ministres ;

➢ Sangaré, Boubakar, Douati et beaucoup de ceux qui sont dans la fronde n’ont pas eu leurs maisons touchées ni leurs compte gelés ;

➢ Massany manifeste de l’aigreur car elle ne supporte pas que le poste de député revienne à un autre ;

Comme on le voit, les réponses de Gossio n’ont aucun rapport et sont sans commune mesure avec les accusations que nous lui portons. En un mot, l’homme est carrément hors sujet. Il ne dément nullement, du reste, ces accusations dans son texte. Il se complait dans des justifications qui relèvent plus de la ‘’villégiature littéraire’’ que de véritables réponses à nos accusations. Sur ce fait, nous lui disons merci de nous donner raison et de nous conforter dans notre position d’organiser une tournée à l’effet de désintoxiquer les militants qui, majoritairement déjà, lui réservent le triste destin politique qui sied à tout traître de son acabit.

En attendant de nous étaler quelque peu sur ses égarements énoncés en supra et qui lui tiennent lieu de réponses, nous voulons interroger l’amour-propre du sieur Gossio par quelques questions :

1 – Si par crainte de la réaction du régime, il ne peut voir Gbagbo, pourquoi ne le fait-il pas, même par personne interposée ?

2 – Pourquoi ne va-t-il pas voir Simone Gbagbo, si proche ?

3 -Pourquoi ne rend-il pas visite à Michel Gbagbo qui est lui, ‘’temporairement’’ libre ?

4 – Puisque Gbagbo n’a envoyé personne dans le cadre de cette campagne, pourquoi Gossio se prévaut-il de son nom plutôt que de dérouler son propre projet ?

Revenons à présent aux réponses de Gossio. A supposer qu’il m’ait donné de l’argent, financé ma campagne ou recruté mon fils, ce pourquoi je lui conserverais ma reconnaissance, cela ne donne pas droit au mensonge et à la diffamation sur le nom de Gbagbo, et c’est de cela qu’il s’agit. Dire que je n’ai pas été en exil et que mes biens ont été préservés parce que mon époux est au RDR relève de la pure mauvaise foi, car je suis divorcée depuis 2002 et cela, Gossio le sait.

Que je n’aie pas les capacités d’être nommée DG du port par Gbagbo, soit, car cela relève du pouvoir discrétionnaire du Président de la République et non pour les raisons imaginaires évoquées par Gossio. J’ai pu, cependant, me faire élire député à Port-Bouët, chose qu’il recherche à présent à coups de millions et sur le dos de Gbagbo. Mais, capacité pour capacité, les réponses décousues de Gossio à nos accusations sont suffisamment révélatrices de ce que sera notre parlement si, par extraordinaire, un homme de sa trempe devait y siéger.

Désormais coutumier du mensonge éhonté, Gossio me prête aussi d’être issue du PIT, parti auquel je n’ai jamais appartenu. Par ailleurs, la quête, par Marie-Odette Lorougnon et moi-même d’un poste de ministre auprès de Mamadou Koulibaly, relève tout autant de la fertilité de son esprit riche en contre-vérités.

Prétendre enfin que je manifeste de l’aigreur car je ne supporte pas que le poste de député revienne à un autre, ne peut être qu’un vain argument émanant d’un homme en perdition, vu que je ne suis plus députée depuis l’année 2011, dans le strict respect du mot d’ordre de mon parti, le FPI de Gbagbo et je n’en suis pas morte, Dieu merci.

Pour conclure, je voudrais saluer la vigilance et l’éveil constant des militants de Port-Bouët. La tournée que nous débuterons sous peu sera le lieu d’échanges conviviaux pour un FPI toujours débout, fort, loin des intrigues politiciennes qui ne servent pas la cause du président Laurent Gbagbo.

LIRE AUSSI: “Législatives 2016: «Il faut respecter les populations de la commune de Port-Bouët» (BAMBA Massany)

En restant chez vous ce 18 décembre 2016, vous apportez votre soutien au combat de la libération du Président Laurent Gbagbo, dans la constance et la résistance, notre credo commun.

Que Dieu Bénisse la Côte d’Ivoire !

BAMBA Massany

Vice-pdte du FPI Ex-députée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE