Bédié, Candidat en 2020 (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa)

Bédié, Candidat en 2020 (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa)

Ce pavé dans la marre est un coup de tonnerre qui fend le ciel politique ivoirien déjà brumeux. Et, il en rajoute à une atmosphère sociale surchargée de toutes les malédictions de la terre. Cet appel à la candidature de BEDIE, en 2020, ouvre trois interrogations dont mes tentatives de réponses préfigurent la prise de conscience que tout Ivoirien doit opérer pour redéfinir sa vie future. Partant, ma première interrogation est : cet appel veut-il dévoiler la fin de la vaste escroquerie morale (RHDP ou Parti unifié) dont BEDIE s’est rendu complice avec OUATTARA contre le bonheur du peuple ivoirien, depuis avril 2011 ? Ma deuxième interrogation est celle de savoir si les auteurs de cette invite ont pris la pleine mesure des blessures profondes que la gouvernance de OUATTARA a causées sur tous les plans en Côte d’Ivoire et qui nécessite un président de type particulier ? Enfin, la troisième est de savoir si BEDIE, bafoué qu’il est, peut exprimer son ras-le-bol contre Dramane et son RDR ?

Avant toute tentative de réponse, je veux fonder mon argumentaire sur l’idéal de gouvernance selon Kwame Nkrumah, dans son Livre « L’Afrique doit s’unir », coll. « Textes politiques », 2001, 256 p. (ISBN 978-2708705791), première édition : français : 1964 reproduit à Paris, par les Éditions Présence Africaine, 1994, pp. 155-156, d’où j’ai extrait ce passage : « A tous les degrés, nous recherchons la totale coopération du peuple et de ses organismes ; par là, et par le fait que l’Etat contrôle les moyens de production, nous espérons aboutir à la démocratie la plus authentique selon Aristote. Par des référendums, nous entendons associer le peuple à la direction des affaires nationales ; elles ne pourront donc être faites qu’au mieux des intérêts du peuple. En outre, comme le contrôle d’un Etat moderne est inséparable des moyens de production et de distribution, la véritable démocratie ne peut se trouver que là où ils sont entre les mains du peuple. C’est alors, en effet, que le peuple contrôle l’Etat en exprimant sa volonté par une consultation directe. Cela ne peut que donner l’application la plus concrète de la véritable démocratie ».

D’un, au regard des lignes qui suivent, Dramane Ouattara trahit la vision de la démocratie selon Nkrumah et Aristote. Car, par son référendum, plutôt que d’associer le peuple à la direction des affaires nationales, Dramane l’assujettit pour mieux l’asservir. De ce fait, Dramane ne recherche aucune coopération des populations dans la construction d’une société idéale qui les concerne. Il gouverne contre les intérêts du peuple. Ainsi, la candidature de BEDIE pour les présidentielles de 2020 contre le RDR-Ouattara démontre que le PDCI-RDA a fini de cerner l’homme Ouattara. De plus, cette candidature laisse entrevoir, sur le tard, que OUATTARA n’est pas un homme crédible jusqu’à la moelle épinière. En effet, tout homme attentif à la courbe d’évolution politique de Dramane ne peut qu’arriver à cette conclusion.

De fait, l’homme Ouattara, en refusant de reconnaitre les clauses successorales prescrites dans la loi fondamentale et au mépris de cette loi, avait tenté son 1er putsch en 1993 sur le corps fumant de son bienfaiteur Félix Houphouët-Boigny. Durant sa primature et pendant la maladie du ‘’VIEUX’’, sans aucun cas de conscience, l’homme avait mis la Côte d’Ivoire en coupes réglées, bradant les sociétés d’Etat et les rachetant. Sur ces faits, nous eûmes des titres évocateurs de journaux : « Ouattara vend et rachète » et de livre autobiographique « Les chemins de ma vie »… En 1994, ce fut la naissance du RDR dont Ouattara affirma n’y être lié ni de près ni de loin alors même qu’il en devint le principal régent et bénéficiaire. En 1995, Ouattara était le chef d’un front républicain qui occasionna plusieurs tueries des paysans baoulés dans l’Ouest du pays et mit les élections présidentielles à rudes épreuves. En 1999, le même Ouattara signa un coup d’Etat militaire qui renversa le régime PDCI-RDA dirigé par le Président BEDIE.

En 2001, ce fut le complot de la Mercedes noire toujours à l’actif de Dramane Ouattara. En 2002, la Côte d’Ivoire fut déchirée par une rébellion armée avec de milliers, de milliers de morts, de disparus et d’handicapés à vie. Le comble fut le complot international orchestré par Ouattara Dramane qui envoya BEDIE à la touche après le 1er tour des présidentielles de 2010 et la guerre postélectorale qui lui permit d’accéder, enfin, au pouvoir d’Etat. En 2015, étant lui-même au pouvoir, Dramane commit tellement d’ignominies contre les textes de loi, le peuple, les partis politiques et la société civile, rien que pour son maintien au pouvoir. Comme si cela ne suffisait pas, Dramane va imposer une constitution alambiqué pour ouvrir droit a une 3ème république petit ‘’r’’ flanquée d’un sénat et d’un vice-président. Ayant créé un système électoral mafieux avec des responsables mafieux, ayant construit une citadelle de défense et de sécurité mafieuse avec des chefs mafieux, Dramane a préparé toutes les conditions de sa triche, à tout va, et celles d’un génocide implacable quand vont se tenir les élections présidentielles de 2020. Même si BEDIE et son troupeau, par naïveté ou par peur ou par hypocrisie ou par manque de réalisme politique ont servi de manettes aux extravagances morales de Ouattara, leur instinct de survie physique et politique doit leur enseigner que Dramane n’est pas un homme crédible donc infréquentable.

De deux, l’enchainement des méfaits ci-dessus enseigne que Dramane est assis pour toujours à la tête du pays si l’on y prend garde. Au surplus, Ouattara Dramane a passé 2 mandats à appauvrir les Ivoiriens y compris ceux de la tribu de son principal allié BEDIE pour mieux les abêtir. Par ses nominations contestables aux différentes fonctions, Dramane a exposé les ressortissants du Nord du pays à la haine et à l’esprit de vengeance des ressortissants des autres régions du pays. Les nombreux crimes économiques et de sang causés par Dramane, sa mauvaise gouvernance, sa gouvernance par ordonnances, ses abus de pouvoir, sa justice discrinatoire, son déni de droit de marches et d’expression, la politique de l’impunité en faveur des ressortissants du Nord et de ses bandes armées, le maintien en exil et en prison des opposants à son régime, les frustrations à l’égard des ministres non RDR, des leaders d’opinion et de partis politiques adverses, l’accumulation des dettes et les conflits d’intérêts, l’insécurité grandissante créée de toutes pièces par Ouattara constituent des passifs trop lourds. De plus, Ouattara détient les mécanismes de production des richesses et leur distribution hors du contrôle des populations. Une telle donne justifie qu’en dehors de Gbagbo et des personnalités corrompues de la classe politique ivoirienne actuelles, BEDIE soit le candidat de poids contre Dramane en 2020.

De trois enfin, que peut dire et faire BEDIE face à Dramane qui, durant ses deux mandats, a commis des forfaits si exécrables et qui a toujours su faire partager leur paternité avec lui ? BEDIE est le véritable protecteur du doux agneau Ouattara et ses crimes contre les méchantes hyènes que sont les Ivoiriens. BEDIE, si soucieux de la préservation des vies de ses concitoyens et des acquis de ce pays via le PDCI-RDA serait-il enclin a monté une bande armée contre son protégé ? Avec Dramane le sanguinaire, la démocratie se jure au bout des canons. Mais BEDIE, éduqué à la sève houphouétienne ne saurait s’abaisser, plus bas que terre, pour monter une armée de frustes, à la gâchette facile, pour reconquérir le pouvoir d’Etat. Depuis que Dramane a démontré à BEDIE qu’il le hait à mort et qu’il déteste les baoulé, c’est avec beaucoup d’amertume que le Sphinx de Daoukro regrette d’avoir remis les clés du pouvoir à Ouattara Dramane et de l’avoir couvert de l’onction houphouétiste. Le prince des Nambê est dos au mur actuellement.

Après avoir avalé humiliations, frustrations et inconsidération de la part de Dramane, BEDIE est plus que jamais déterminé à laver l’affront fait à son grand, digne et pacifique peuple baoulé. Ce peuple qui, par noblesse de cœur et de bonne foi, a attribué le prestigieux nom : Allah N’san à Ouattara Dramane à Yamoussoukro en 2010 est aujourd’hui remonté et ronge ses freins contre l’ingratitude de ce dernier. Dans la cosmogonie baoulé, Allah désigne l’Iroko, un arbre irrésistible qui a l’essence précieuse, un arbre mythique. Et le prénom  N’san désigne le 3ème enfant de la fratrie du même sexe. Un enfant qui détient des pouvoirs divins tels que la trinité, les trois pieds du foyer de feu indigène. De ce fait, cet enfant est traité avec délicatesse chez les baoulé. On comprend combien, la suffisance et le mépris pour les autres ont amené Dramane à dilapider toute cette confiance placée en lui par le peuple Akan à travers les baoulé.

Le ras-le-bol est consommé et BEDIE dit : « trop c’est trop !», il répondra à l’appel de croiser le fer avec celui qui lui crache l’ingratitude et la fourberie au visage. Il bat, en ce moment, le rappel des forces vives ivoiriennes de toutes compétences et de toutes spécialités ; à commencer par sa base. Le chapelet des visites qu’il reçoit : N’Zi Paul-David, Affi N’Guessan, Essy Amara, Charles Konan Banny, les têtes couronnées baoulé, la Professeur Francis Wodié et bien d’autres visites hors-caméra témoignent de ce fait. Bédié a arrêté de suivre Ouattara dans le trou sans fond où ce dernier entraine le pays et ses populations. Peuple de Côte d’Ivoire, fiers Ivoiriens, le pays nous appelle. Rassemblons-nous en masses compactes autour de Bédié. C’est notre éléphant qui nous reste après la mort de nos héros qui ont bâti ce pays et ses richesses avec leur force, leur intelligence et leur courage au prix de leur sueur et de leur sang. Sachons devenir la force qui manque à Bédié, par notre ferveur donnons-lui la fraicheur qu’il faut et le sentiment de conquérant pour venir à bout de cette épreuve. Notre patrie n’est pas à vendre. Dramane Ouattara, ca suffit ! Le PDCI, les Ivoiriens et la Côte d’Ivoire doivent vivre.

Alice-Rosine Bécan Tiékpa

Militante du PDCI-RDA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.