Bédié et Gbagbo se rencontrent, la Côte d’Ivoire autochtoniste est sauvée !

Bédié et Gbagbo se rencontrent, la Côte d’Ivoire autochtoniste est sauvée !

La rencontre des présidents Henri Konan Bédié et Laurent Koudou Gbagbo, à Bruxelles en Suède, lundi 29 juillet 2019, qualifiée interplanétairement d’historique par tous les analystes, et surtout par les femmes et les hommes justes et dignes que sont les Autochtones, ne surprend guère ceux qui suivent l’activité politique depuis la mort du premier président de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, mardi 07 décembre 1993. Elle s’agence dans la normalité événementielle du pays, faite de hauts et de bas.

C’est pourquoi, lorsque ces deux-là se rencontrent, nous pouvons parler de la résurrection de la Côte d’Ivoire qui n’aurait jamais dû tomber dans des mains impies, dans le « mécréantisme » des « gnangamieurs » impénitents, déjà détectés le jour où le corps du Vieux était encore chaud sur son lit de mort. Il y a des choses qui vous lient dans la vie et à vie. Dans cette grisaille politique, il y a une certitude immuable que le Congrès national populaire (Cnp) voudrait que les Ivoiriens et les Ivoiriennes aient toujours à l’esprit : Aimé Henri Konan Bédié et Laurent Koudou Gbagbo sont des Autochtones ivoiriens, nationalistes et ivoiritaires ! C’est dire que leur amour pour ce pays est indélébile. Ils sont frères à vie. Il y a des gestes, même petits, auxquels les gens ne font pas attention.

Quand Laurent Gbagbo a pris le pouvoir après le coup d’Etat du 24 décembre 1999 qui a renversé le président Henri Konan Bédié et qu’il a organisé un Forum de la réconciliation nationale du mardi 09 octobre au mardi 18 décembre 2001, qui était la première personnalité à ce Forum ? Henri Konan Bédié ! Car, comme il l’a dit lui-même, il était sans haine et sans rancune. Quand, au plus fort de la crise post-électorale, du dimanche 30 novembre 2010 au lundi 11 avril 2011, le président Bédié s’est retranché avec son épouse Henriette Bomo au Golf hôtel aux côtés d’Alassane Ouattara, le président Laurent Gbagbo cessait de dire, « Ah, si le grand frère Bédié n’était pas là-bas… ». Lui Gbagbo, qui était en difficulté, se souciait plutôt du sort de Bédié.

Quand le président Laurent Gbagbo a été arrêté et déporté à La Haye aux Pays-Bas, et que la presse a demandé la réaction du président Henri Konan Bédié, ce dernier a dit ceci : « Gbagbo est bien là où il est. » Des esprits chagrins n’avaient pas compris le sens de ses paroles. Si Laurent Gbagbo était resté en Côte d’Ivoire, serait-il encore en vie ? Entre nous, ses os auraient déjà vieilli deux mètres sous terre. Aurions-nous su un jour la vérité ? Aujourd’hui, la Justice l’a lavé de toute souillure. Il reste ceux de l’autre camp qui ont beaucoup à dire car, ils ont beaucoup caché. Par exemple, ils auront à prouver leur Autochtonicité ivoiritaire. Et ça, ce n’est pas sur du papier. La rencontre de Bruxelles en Belgique entre Bédié et Gbagbo, lundi 29 juillet 2019, est donc salvatrice car elle s’est tenue entre deux Autochtones pour délivrer leur seul lebensraum sur la Terre.

L’Ivoirien lambda s’interroge : Gbagbo est libre, pourquoi il ne rentre pas chez lui ? Réponse : les ennemis de la réconciliation et de la paix retardent l’échéance. Regroupés au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp)-parti unifié, ils ont peur ! Surtout quand Bédié dit qu’il a retrouvé Gbagbo, le même combattant de toujours. C’est dire que la prison de 8 ans ne lui a pas fait une seule ride. En outre, le même Bédié entretient de très bons rapports avec son fils Soro Guillaume. Tremblez donc, ennemis de la Côte d’Ivoire : voleurs de nationalité, de carte nationale d’identité, voleurs de terres, adeptes de rattrapage ethnique et tribal, pis familial, l’heure de votre départ a sonné. La Marche pacifique pour la délivrance de la Terre Ivoirienne a débuté, le lundi 29 juillet 2019, et ne s’arrêtera que le dimanche 25 octobre 2020. Vive la Côte d’Ivoire délivrée, réconciliée avec elle-même dans la paix ! N’est-ce pas ce que veulent l’opposition ivoirienne, Soro, Gbagbo, Bédié et les amoureux de Démocratie et justice ?

Alors, que vive la Côte d’Ivoire Autochtoniste et Ivoiritaire !

Notre Combat, l’Unité de l’Est, du Sud, du Centre, du Nord et de l’Ouest de la Côte d’Ivoire !

Fait à Morokro-village, le vendredi 02 août 2019

Pour le Cnp,

Gnamantêh Nanankoua

Autochtone ivoirien, mieux, Ivoiritaire !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.