Bédié n’a fait que dénoncer les armes, pour obtenir en réplique l’orchestration d’un mensonge d’état

Bédié n’a fait que dénoncer les armes, pour obtenir en réplique l’orchestration d’un mensonge d’état

La politique ivoirienne est devenue une affaire de rapport de force armée, ou le pouvoir est au bout du fusil. Surtout aujourd’hui, nul n’est censé respecter le droit ou la loi, s’il a pris la précaution de s’organiser en groupe armé et de se déclarer en colère arme aux mains pour défendre une cause quelconque. Cela sous un pouvoir unilatéraliste, absolutiste et monarchiste, d’un guérillero de guerre, vendeur et acheteur des biens publics de l’état, successeur de Dieu, en côte d’ivoire après dieu c’est lui dit-t-on. Il est nécessaire de rappeler ceci, parce que les gens en côte d’ivoire semblent oublier vite, comme un écureuil qui s’enfonce dans son antre face au danger et qui en ressort une seconde après, pour se livrer au même danger. Il est incontestable pour tous les avertis de la politique Africaine et singulièrement la politique ivoirienne qu’en côte d’ivoire, la caution d’adhésion de la guerre déclenchée en 2002 après un coup d’état manqué contre un pouvoir juridiquement légal et démocratiquement légitime est une fausse allégation que voici: « Je suis nordiste, je suis musulman, c’est pourquoi on m’exclut du jeu politique ». Et le même recommence, en espérant combler une carence politique et électorale visible à l’œil nu avec plus de 80% d’abstentionnistes dégoutés face à la réalité. 

Disons-le tout net, c’est une idée confuse, d’esprit différentialiste, qui a permis la guerre et ses soutiens en côte d’ivoire. Quand une nation qui se veut souveraine est en crise, embourbée dans un engrenage orchestré par l’habilité mercantiliste de l’escroquerie morale et intellectuelle des politicard, le combat prioritaire de l’homme politique devient logiquement de s’accaparer le rôle de gyroscope, de montrer la bonne direction pour la sortie de l’engrenage. Surtout de dire les choses comme elles sont, quand elles vont bien et quand elles vont moins bien dans l’organisation sociale, dans les fibres de l’harmonie communautaire pour un destin meilleur de la société. Et de dire les choses, sans violence aucune, le discursif contradictoire reste de règles, sans excès, sans haine, ni dramatisation alarmiste, mais avec un courage risqué qui transcende les intérêts mercantilistes. Dires les choses avec une franchise aussi risquée et une détermination soutenue par la conviction politique de servir le peuple.

En voici un exemple de dire les choses comme elles sont, quand elles vont bien et quand elles vont moins bien dans l’organisation sociale : « … On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… » « … Il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage … », « D’autres ont fait venir clandestinement … surtout dans la commune d’Abobo ; les gens rentrent, on leur fait faire des papiers …», « … Nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de café, de cacao ; et ensuite, les gens se sont installés à leur propre compte, et aujourd’hui, ils agressent les planteurs ivoiriens et se disputent même la propriété des terres », « … Il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux, car actuellement on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n’accepteront jamais cela…». Ce qui est dit, est dit ! Bien vu, Bien constaté, et bien dit pour la paix sociopolitique « A-chez-nous-pays ».

Ces quelques mots sortis de la bouche de la voix du peuple, pour le peuple destinateur et du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI, le mercredi 05 Juin à Daoukro ont fait sortir le gouvernement ivoirien de son nid et de menacé la voix du peuple. Ici, la voix du peuple et du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI, après avoir contribuer ou réussi à éteindre le feu a Béoumi, lequel feu couve toujours à Zénoula, et dans d’autres contrées de la côte d’ivoire, ne fait qu’énoncer des faits inconstatables et vérifiables par un gouvernement sérieux, objectif et honnête dans l’exercice du pouvoir d’état. Parce que ces faits énoncés appellent une solution politique. Mais que Non ! Ces propos mille fois salutaires pour la paix sociale en côte d’ivoire sont qualifié, « d’extrême gravité, taxé d’appeler à la haine de l’étranger, et qu’ils sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays », par le gouvernement d’Alassane Ouattara. Comme quoi en côte d’ivoire, yeux doit voir, oreille doit entendre, bouche doit pas parler.

Oui, l’objectivité politique oblige ici de souligner, que le danger social n’est pas dans les dires préventifs et vérifiables de Bédié, non ! Le danger se trouve plutôt dans les faits matériels qu’il dénonce. S’il n’y a pas d’homme armés, s’il n’y a pas de fausses pièces fabriquées pas à Abobo-Gare uniquement, s’il n’y a pas de Hold-up en perspective, il n’y a donc pas de danger pour la totalité sociale. C’est leurs existences qui créent le danger pour la société commune. Donc il n’y a pas de danger social à craindre en dehors de la véracité de leurs existences, au point de rentrée de façon ubuesque en extase, pour éviter de regarder la vérité en face. Les affrontements intercommunautaires très meurtriers sont réguliers en côte d’ivoire, depuis la victoire des armes fusils en 2011. Le pouvoir d’Alassane Ouattara a-t-il cherché à savoir le pourquoi de ces affrontements intercommunautaires inhabituels ? Il nous faut soigner la plaie sur la surface réelle, bien que, nous avons vu depuis quelques jours, que cela fait mal, sinon très mal même.

Oui, la plaie se soigne sur sa surface réelle, si on veut atteindre sa guérison comme but. Le tocsin préventif de Bédié a fait voler les charognards dans les décombre de la côte d’ivoire, et les manges-mils sangsues branché à la mamelle de la côte d’ivoire. Communiqué clownesque de diversion par-ci, conférence de presse de ripoux iconoclastes par-là, étrange marche étrangère de groupuscule exhibitionniste et en panne de médiatisation avec des jets de poudres de couleurs par-là bas. Même l’Appel de Daoukro source du pouvoir actuel d’Alassane Ouattara, n’a pas obtenu une telle transe. Ils espèrent même une chasse à Bédié dans un hallali. Nous avons pitié pour la côte d’ivoire de Felix Houphouët Boigny. Oui, ce ne sont pas les propos de Bédié qui constitue ici le danger social, il convient plutôt d’avoir le courage de se poser fermement la question de savoir, par QUI les armes « fusils » sont entrée en politique en côte d’ivoire. Il n’y était pas avant le 24 décembre 1999 en passant par les 18-19 septembre 2002 pour arriver à la guerre de 2011. Oui il n’y était pas ! La réponse à cette question par QUI les armes « fusils » sont entrée en politique en côte d’ivoire, se trouve le vrai danger sociopolitique. Oui, le vrai danger social se trouve-là et nul part ailleurs.

Oui, de 1993 à maintenant les ivoiriens ont compris le jeu politicards de tirer sur les fibres sociétales hyper-sensibles. Donc les élections de 2020 ne se joueront pas sur les fibres sentimentales de diversion différencialistes, comme fonds de commerce, non ! On ne peut pas être l’initiateur de la carte de séjour des étrangers en côte d’ivoire et le père du rattrapage ethno-tribalo-communautaristes et être protecteur des étrangers en côte d’ivoire, sauf s’il y a de nouvelle catégorie d’étrangers en côte d’ivoire, peut-être c’est cela que Bédié dénonce. Cette musique de saupoudrage de toutes les carences politiques n’est plus audibles pour les ivoiriens de toutes catégories sociales. Même si elle a permis « cette musique » a d’autre d’arriver à leurs fins de 1999 à 2011. Parlons plutôt des 7000 morts de citoyens ivoiriens par le fait de l’usage des armes dénoncé par Bédié, surtout les sources et les causes de celles-ci. Ainsi on aurait fait utile à la totalité sociale souveraine. Nous sommes habitués à cette position de défenseur des étrangers en côte d’ivoire, mais contre qui nous ne savons. Puisque lesdits étrangers ? Vivent en côte d’ivoire en harmonie avec les ivoiriens depuis la nuit des temps. Cette nouvelle catégorie d’étrangers en côte d’ivoire, il va falloir définir leurs êtres et les droits qui autorisé leurs situations d’énoncé par la voix du peuple et du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI.

Oui, dire les choses comme elles sont, quand elles vont bien et quand elles vont moins bien dans l’organisation sociale, dans les fibres de l’harmonie communautaire pour un destin meilleur de la société, est le sacerdoce qui sied à tout l’homme politique digne de ce nom en période de crises sempiternelles. Parce que tant que la société commune demeurera en crise sempiternel, tant que les citoyens ordinaires seront ainsi mal gouvernés, parce que leurs États sombrent dans la mafia politique et partant le chaos social sempiternel. Où que le pouvoir d’État vire à l’arbitraire, à la dictature, au despotisme, à la tyrannie, les citoyens ne pourront pas profiter de la richesse de leur pays et des retombées de l’organisation politique et sociale de leur société. Donc s’invite alors tous les maux sociétaux « injustice juridico-judiciaire, crise sociale orchestrée et sciemment entretenue pour des intérêts personnels, vulgarisation de la criminalité de toute sorte, déshumanisation en outrance de la société, culte et règne de Dieu l’argent, extrême pauvreté, etc. » La conquête éperdue du pouvoir d’état et le souci de la conservation éternelle du pouvoir d’état a fin d’enrichissement perpétuel au détriment du peuple devient l’enjeu sociétal majeur. Mensonge ! Mensonge d’état devenu voyou !

Donc, ici plus que jamais, la voix du peuple et du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI est sur ses marques d’hommes d’état et d’hommes politiques de métiers, pour lequel gouverner s’est prévenir et faire la politique s’est anticiper les perspectives d’avenir dans le temps et dans l’espace de la totalité sociale souveraine dans laquelle on vit. Donc il mérite soutien inconditionnelle infaillible de tous ivoiriens et encouragement active synergique citoyenne. La politique est une lutte sans merci et est un combat permanent entre ceux qui veulent le bonheur du peuple souverain, pour qu’il devient maitre absolu de son destin, de son émancipation, de son épanouissement, de sa liberté, de son droit à réaliser son désir d’avenir, et ceux qui à l’opposée, n’ont d’autre vision du monde que l’enrichissement perpétuel au détriment du peuple martyrisé et le pouvoir d’oppression au service de DIEU l’argent. Et la confiscation du pouvoir d’état par tous les moyens illégaux maquillés et embellis par le mensonge, la manipulation, l’escroquerie morale et intellectuelle avec l’acclamation des oiseaux migrateurs de tous les horizons a la recherche de bouffe, la bouffe, rien que la bouffe, tous pour pouvoir bouffer.  Que l’humanité, l’honneur, la dignité, partent se faire foutre pas besoin d’eux a la table des convives nocturnes mafieuses.

Le mensonge ne se cache pas, on sait défendre les étrangers, mais qui taxe les jeunes ivoiriens dans la misère totale de l’immigration clandestine en Europe d’étrangers nés en côte d’ivoire ? Si ce n’est le même pouvoir d’Alassane Ouattara, après les avoir donné les pièces d’identité nationales en espérant de leurs votes. Bon ! La s’est compréhensible, les dividendes politiques escompté de leurs ivoirisations a des fins électoral n’a pas tenu sa promesse électorale donnant-gagnant espérée. C’est pourquoi pour la côte d’ivoire, convaincu que nous sommes, que c’est une certaine obscure idée confuse, lugubre, funeste d’un certain esprit différentialiste insidieux, habile, manipulateur, obscurantiste, nébuleux et glauque mis au service des desseins funestes inavoués qui ont permis la guerre déclenchée en septembre 2002 ‘ « je suis nordiste je suis musulman c’est pourquoi on m’exclut » et qui ont entretenu la crise résultante jusqu’à ce jour, avec la complicité de quelque vautours investis troubadours au service du clan mafieux. Et surtout soucieux que nous sommes d’une nation une et indivisible garantissant droit, liberté, justice juridique et sociale pour tous, nous ne serions-nous faire complice d’un mensonge d’état, cacher dans une pseudo-défense des étrangers, qui transcende nébuleusement le peuple souverain dans sa résolution de la crise ivoirienne. Ou nous taire par conséquent par dégout face aux mensonges d’état.

Parce que pour nous la nature de l’homme est bien trop sérieuse, bien trop précieuse pour être entièrement livrée aux intérêts particuliers et catégoriels des Récidivistes aventuriers guérilléros vainqueurs d’une guerre qui entendent récidivés. Mensonge d’état ! Oui, il faut dire les choses comme elles sont, quand elles vont bien et quand elles vont moins bien dans l’organisation sociale, en s’accaparant le rôle de gyroscope, de montrer la bonne direction pour la sortie de l’engrenage. Parce que dans une société en crise sempiternelle, si une position illusoire d’intérêt personnel des dirigeants du pouvoir d’état est tenue pour vérité absolue, qui protège l’intérêt des gouvernants du pouvoir étatique, est ventiler, en dehors de tout fondement rationnel, alors qu’elle n’exprime qu’un sentiment personnel ou un désir personnel ; elle viole incontestablement les droits inaliénables du peuple souverain a disposé de lui-même. Et fait violence aux autres composantes de la totalité sociale, pour tenter de les soumettre à un diktat des armes « fusils ». Au lieu de les convaincre, de les persuader au terme d’un sincère dialogue inclusif de la totalité sociale ou on peut vérifier la véracité de tous les dires et trouver une solution à tous les problèmes sociétaux. Le porte-voix du peuple n’a fait qu’indiquer les armes, le reste n’est que mensonge d’état !

C’est ainsi que ces dirigeants du pouvoir d’état, qui se refuse à tout examen, a toute recherche de vérité, a toutes  critique devant le peuple souverain devient obscurantiste, nébuleux, intolérant, violent, méprisant, la menace de poursuite pénale devient la seule option. Alors qu’une opinion personnelle des dirigeants d’état qui prétend valoir pour les autres -Vérité objective, normes et valeurs collectives, est une illusion dangereuse, qui ne repose sur aucun fondement rationnel d’intérêt général. C’est pourquoi les difficultés que les diverses communautés ethniques d’une nation éprouvent souvent à vivre pacifiquement ensemble sont dues souvent aux multiples tensions attisés par les illusions personnelles des dirigeants du pouvoir étatique, qui écarte sciemment toutes vérifications, toutes recherche de vérité, toutes action inclusive, toutes saines appréciations pouvant aboutir sur une solution politique adapter. Cela avec la complicité de quelques malhonnêtes vautours dans les décombres de la côte d’ivoire, investis troubadour du clan mafieux, pour masquer toutes les vérités salvatrice pour le peuple souverain afin de confiscation illégale du pouvoir d’état, au mépris de l’intérêt général et de la volonté général.

En politique ou se décide de la vie de tous, de la vie de la nation, nous ne serions jamais partisans du mafieux. Aussi, comme dit plus haut, la politique ivoirienne est devenue une affaire de rapport de force armée, ou le pouvoir est au bout du fusil. Surtout aujourd’hui en côte d’ivoire, nul n’est censé respecter le droit ou la loi, s’il a pris la précaution de s’organiser en groupe armé et de se déclarer en colère arme aux mains pour défendre une cause quelconque. Donc l’enjeu essentiel des élections de 2020, c’est de maitrisé les armes qui sont aujourd’hui d’un clan et d’un parti politique, par la dénonciation soutenue et de prendre la communauté internationale a témoins et chercher sa caution dans la nécessité de retiré les armes de l’arène politique ivoirienne en la rendant neutre et impartiale. Ainsi l’humanité et la communauté internationale soutiendront toute réaction souveraine postélectorale de 2020 du peuple ivoirien. Donc nous disons que, l’alternance de 2020 ne se fera pas à la tête des candidats ou du parti politique au pouvoir soit-t-il. Elle reste dépendante de la situation politique du pays et du cadre organisationnel de ces élections qui décideront de la transparence et des résultats des élections de 2020. Au cas contraire les résultats des élections de 2020 seront décidé par les armes des fantassins assurés de l’impunité totale et sous l’ordre du Roi renard libre.

Mais si les élections de 2020 que nous souhaitons démocratiques et pluralistes, se déroulent dans un cadre sain, consensuel, réellement démocratique, au terme de ces élections de 2020, les minorités s’avèreront minoritaires et les majorités s’avéreront majoritaires, sans faute. Parce que le décor qui le présage est maintenant hyper-planté. Les acteurs plus que déterminés sont connus, la panique de la disparition du pilote Sangaré s’est ouvert sur un espoir incommensurable. Le mensonge a été vaincu à la Haye au Pays-Bas, loin de la terre de nos ancêtres, l’Avion ivoire est sous contrôle des maitres absolus. Et la côte d’ivoire y gagnera avec son choix de maitriser son destin dans le concert des Nations avec le président Gbagbo FPI et le président Bédié PDCI, dans un processus de fédération de toutes les forces vives régulatrices de la côte d’ivoire pour être le Gyroscope du Souverain qu’est l’état en 2020 et pour CHANGER notre pays la côte d’ivoire de Félix Houphouët  Boigny. Au terme d’une irréversible alternance en 2020, suivi d’une gouvernance transitoire de cinq (5) ans au moins. Et l’équipe de transition qui se doit d’être hétéroclite et composite, importe peu dans ces conditions recommandées par l’intérêt général, seule importe son caractère fédérateur dans le respect de son hétérogénéité politique et de sa disparité idéologique. ET C’EST CE QUI FAIT PEUR EN FACE, D’OÙ L’OPTION DES ARMES. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Boigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

*- soit dit en passant : Une chronique de Lepetitfils Da Candy Leader de la Légitimité Citoyenne (en exile)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.