Bédié ou un exemple de pardon!

Bédié ou un exemple de pardon!

1) Le samedi, 17 juin 2017, dans un article intitulé « IL A PARLÉ, ALPHA BLONDY ! », qui était une lettre ouverte, je saluais la prise de conscience, bien que tardive et, selon moi, intéressée, de notre icône nationale musicale Alpha Blondy. Il avait parlé publiquement de réconciliation, de libération des prisonniers de la crise postélectorale et de la prise d’une loi d’amnistie pour que la vie, en Côte-d’Ivoire, redevienne normale. Je lui reprochais de ne s’être décidé à parler de cela que six ans après la prise de pouvoir sanglante et antidémocratique du RHDP en 2011. Mais, malgré cela, je le félicitais pour sa prise de parole publique car il était le premier de son camp –en cette moitié du mois de juin 2017- à exprimer cette prise de conscience en faveur de la réconciliation nationale. Je souhaitais, pour finir cette lettre-là, que cet exemple de la star Alpha Blondy que je continue d’aimer malgré son imprévisibilité, soit imité par les autres décideurs de son camp !

2) Le 23 juillet 2017, dans « DU PARDON DE SORO GUILLAUME », sous-titré « POUR QUE SORO SOIT PARDONNÉ », je m’adressais à celui qui, déjà le 03 avril 2017, du temps où il était président de l’Assemblée nationale du pays, parlait de pardon, de réconciliation et de paix. Avant cette lettre ouverte elle aussi, le jeudi 20-07-2017, de retour d’un périple à travers le monde, qui avait fait de lui le 1er vice-président de l’Assemblée parlementaire de la francophonie, Soro réitérait son désir de nous conduire à la paix, à la réconciliation et au pardon. Mais, l’appel au pardon et à la réconciliation de celui qui se proclama chef de la rébellion qui, en septembre 2002, « génocida » la Côte-d’Ivoire, avait valeur d’échange ou de menace. C’est que, parmi ses compagnons de lutte, cet appel du 03-04-2017 va déboucher, le 09-06-2017, sur le Mouvement dit « Alliance du 03 avril », lequel donnera naissance un peu plus tard, à l’Union Des Soroïstes (UDS) puis, ce sera, derrière tous ces écrans de fumée trompeuse, l’apparition de ce que les plus perspicaces d’entre nous subodoraient : la création du parti GPS (Générations et Peuples Solidaires) pour porter sa candidature à la présidentielle de 2020! L’homme démontrait ainsi à ses victimes qu’après les avoir malmenées, il aspirait maintenant à les gouverner.

« Si vous voulez la paix, élisez-moi ! » semblait-il vouloir narguer les Ivoiriens.

Parce qu’il me semble qu’un pardon sincère aurait exigé de lui qu’il cherchât –dans un premier temps et de façon exclusive- à se faire pardonner et à réconcilier tous les Ivoiriens que sa prise d’armes et sa constitution d’une rébellion au nom du mensonger prétexte de « xénophobie yêrê yêrê » avaient fini par dresser les uns contre les autres.

Les ambitions politiques de tous étant légitimes, après avoir posé des actes concrets de sa bonne foi pour le pardon, la réconciliation et la paix, qui sait si, par esprit de reconnaissance, le peuple qu’il avait naguère martyrisé ne le lui aurait pas pardonné en l’acceptant plus tard comme candidat à une présidentielle ? Tous pensions que Soro, ayant « habillé le masque dans le bois sacré », serait plus apte à le déshabiller. Et comme le dit si bien Blé Goudé : « Il faut demander les dents de la panthère à celui qui en a mangé la tête !»

Mais, Soro louvoyait, calculait, et en le voyant agir, en l’écoutant parler, l’on concluait que cette paix, ce pardon, cette réconciliation auxquels il disait aspirer, ce ne pouvait être qu’un leurre! Soit il n’était pas conscient du mal fait à son pays, soit il faisait preuve de sadisme !

Alors, nous nous convainquîmes que si les relations de Soro avec la classe dirigeante qu’il avait contribué à installer au pouvoir, ne s’étaient pas détériorées, jamais il n’aurait prétendu prendre le parti du peuple.
D’ailleurs, ne voyez-vous pas que la seule chose qui lui tienne vraiment à cœur et qu’il continue de réclamer à cor et à cri, depuis son exil, c’est qu’on le laisse être candidat ?

Plus question de paix, de réconciliation ! Plus question de pardon !

S’il avait très tôt et sincèrement pris conscience du mal fait aux Ivoiriens et avait posé des actes pour se faire pardonner, personne n’aurait trouvé à redire sur ses ambitions politiques !

3) Un troisième exemple dans l’arène politique : AFFI N’GUESSAN !

Lui, il ne reconnait pas le mal qu’il fait pourtant sciemment à ce qui était son parti politique en acceptant de jouer le rôle que semble lui avoir assigné le parti au pouvoir. Il ne reconnait pas avoir, par ses actes et ses propos, tenté de « tourner la page Gbagbo » ! Il ne reconnait pas son rôle d’entrave à la démocratie dans le pays en ramant délibérément à contre courant des décisions des membres du parti inspirées par Gbagbo, le président, et en maintenant –contre vents et marrées- un représentant de l’infime branche du parti dont il est le président, dans cette boiteuse, partisane et unanimement décriée Commission Electorale !

Tout ce qu’il sait, c’est que son rôle de président légal lui ouvre bien des opportunités !

C’est lui qui garde les armoiries du parti, c’est lui qui est devenu le propriétaire du journal Notre Voie, c’est lui qui parle au nom du FPI avec les autorités. Et cela suffit à son bonheur ! Il sait que son rôle, c’est de plomber le processus démocratique en faisant le jeu du pouvoir contre l’opposition, mais, il n’en a cure car il gagne largement au change ! Etant le seul reconnu par les autorités, il reçoit d’elles tous les avantages liés au fait d’être chef d’un parti politique officiellement reconnu. C’est même pour cela que, cynique, AFFI va demander publiquement si Gbagbo, que ceux que l’autre branche présente comme président du FPI, a été élu dans sa prison de la CPI ! Un cacique du FPI disait de lui: « Il n’y a pas de FPI à réunifier, il y a celui créé par Gbagbo et dont la pièce d’identité a été confisquée depuis 5 ans par AFFI. » Et d’ajouter cette phrase qui fait froid dans le dos : « M. AFFI a décidé de la rendre, mais, avant, il veut être dédommagé ; c’est tout ! » Comment lui donner tort lorsqu’on voit AFFI profiter d’une rencontre à la Haye que lui accorde enfin le fondateur du parti, pour oser demander à Gbagbo qui est « le candidat naturel du parti », de le prendre, lui AFFI, comme colistier à la présidentielle et comme son 1er Vice-président avec les pleins pouvoirs malgré sa suspension du parti?

Il est même candidat à la présidentielle d’octobre 2020, pour le compte de « son FPI » et demande que Gbagbo le soutienne si ses démêlés avec la CPI invalident sa candidature :
« Je m’engage à le soutenir s’il est le candidat du FPI, mais, si Gbagbo n’est pas éligible, il faut que lui aussi me soutienne ; c’est donnant donnant ! » persifle t-il.

4) Loin de ces trublions politiques, observons la démarche de M. HENRI KONAN BEDIE, président du PDCI.

Il est connu comme membre du RHDP (groupement politique créé pour s’opposer à Gbagbo et qui porta le régime actuel au pouvoir, ensanglantant le pays). Il est aussi connu comme celui qui, de toute l’opposition à Gbagbo, s’est réjoui le plus ouvertement du transfert du « père de la Démocratie ivoirienne et président du FPI » à la CPI. Il a donc participé pleinement, Bédié, aux malheurs déversés sur le pays par sa coalition politique dont le bras armé était la rébellion de Guillaume Soro. Lui aussi a longtemps joué comme Soro, ne s’offusquant jamais des dérives de ses alliés du RHDP tant qu’il était dans les bonnes grâces du pouvoir! Et comme pour Soro Guillaume, arriva le temps de la discorde entre le chef de l’état et HK Bédié ! Entre temps, nous avions, chaque fois que la situation l’exigeait, écrit contre Bédié. D’ailleurs-même, depuis 1993, nous étions « sur son dos » pour le recadrer dans sa gestion du pays et chaque fois que nous visions, dans nos écrits, les gouvernants actuels, nous lui décochions des flèches à lui aussi.
Lui aussi, maintenant dans le viseur de ses anciens alliés politiques du RHDP, il commença à chanter réconciliation, paix, pardon !

Du déjà vu !

Nous voyions le tango politique, la sournoiserie, l’égocentrisme de Soro. Et nous nous disions que ces rengaines qu’il nous avait servies allaient être reprises par le président du PDCI, parti inspirateur du RHDP !
Puis, un beau matin, nous apprîmes qu’il s’était envolé pour la Haye, -Henri Konan Bédié – décidé à concrétiser sa prise de conscience.

Il savait qu’il avait fait du mal à son pays. El il était tenaillé par le remords d’avoir pactisé avec la rébellion et d’avoir lui aussi contribué à balafrer son propre pays !

Quelle belle preuve de son sincère désir de se repentir, que de se rendre lui-même, auprès de ses frères ivoiriens qu’il avait –dans un moment d’égarement- voués aux gémonies ?

Il partit donc, en personne, rendre visite aux prisonniers Laurent Gbagbo et par ricochet, Charles Blé Goudé, détenus à la prison de Scheveningen par la Cour Pénale Internationale (CPI) sur instigation du pouvoir d’Abidjan dont il avait été le conseiller occulte!

Et là-bas, à la Haye, il prit avec Gbagbo, des engagements pour le bonheur du peuple ivoirien !

Pendant ce temps, ici, sur le terrain, longtemps désabusé par la mauvaise foi de certains hommes politiques qui défilaient à la Haye, à l’approche des élections, dans le but inavoué de s’attirer la sympathie électorale des inconditionnels de Gbagbo, le peuple retenait son souffle. Car il était convaincu que l’union franche, sincère des fils du pays serait porteuse de paix, de réconciliation et de pardon vrais, irréversibles pour qu’il oublie son horrible passé.

C’est pour cela que, des suites de cette rencontre, dans tous les états-majors de campagne de ces deux partis politiques (le FPI et le PDCI), c’est la fraternité et la paix retrouvées pour une coexistence pacifique, c’est la sérénité quant au futur, et c’est l’engouement pour s’inscrire et figurer sur la liste électorale, tel que l’ont recommandé Gbagbo et Bédié !

Evidemment, dans cette grisaille économico sociopolitique, la vie sociale est plus détendue et les deux partis politiques ennemies d’hier, partout la main dans la main, rassurent le peuple meurtri, par leur entente et leur désir sincère de réconcilier tout le monde avant les joutes électorales. Car pour eux, la recherche de la paix prime sur celle des élections.

C’est par cet acte de paix du président HK Bédié qui écarte tout égoïsme, qu’il faut comprendre que le politicien le plus âgé du pays a changé et qu’il opte désormais pour la réconciliation, la paix et le pardon.
Il devrait être suivi, cet exemple du « Vieux Bédié » qui se rend auprès de son « jeune frère Gbagbo » pour faire acte de contrition et prendre l’engagement de désormais agir pour le bien du peuple ! Il devrait être suivi, cet exemple de pardon de M. Bédié car l’Ivoirien n’est pas revanchard ! Regardez vous-mêmes l’accueil qu’il vient de réserver à« Héritage », le dernier album musical du groupe Zouglou composé par Yodé et Siro. Voilà un duo qui avait durement critiqué les régimes de Bédié et de Gbagbo, mais qui était d’un mutisme bien suspect, depuis 10 ans que les dirigeants actuels sont au pouvoir, et que le peuple pour qui il avait toujours pris fait et cause est malmené! Le peuple ivoirien, qui, mine de rien, note tout, souffrait en silence, attendant qui viendrait à son secours, comprendrait sa souffrance, la partagerait, en ferait connaitre les vrais auteurs. Et ce vendredi, 03- 07-2020, 10 longues années après, YODÉ et SIRO ont enfin chanté la souffrance de leur peuple !

Alors, les Ivoiriens, majoritairement conquis par la justesse de la description de leurs souffrances, leur ont pardonné illico leur long mutisme qui s’apparentait à de la complicité !

Il suffisait d’oser le pas ! Bédié l’a fait ! Yodé et Siro viennent de le faire !

Et dans la conscience de nos martyrs, ils sont passés de complices de la rébellion à défenseurs du peuple, de leur peuple ! Et surtout, ils ont été réhabilités !

Bravo au président Bédié d’avoir montré la voie! À qui le tour ?

Ce Samedi, 04 juillet 2020.

TAGRO Tapé Innocent, Enseignant.

6 comments

  1. There are lots of things so much info on it.

    Best regards,
    Lunding Raahauge

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.