Bénin: La fraude électorale est en phase de confirmation. Des burkinabé épinglés sur les listes de votants

Bénin: La fraude électorale est en phase de confirmation. Des burkinabé épinglés sur les listes de votants

Au Bénin, alors que les autres pays se battent pour des processus électoraux transparents et civilisés, le gouvernement sortant de Yayi Boni avec son candidat dauphin confirment chaque seconde de plus leur intention d’organiser l’élection la plus opaque et la plus bizarre du 21ème siècle.

Après la non disponibilité des cartes d’électeurs à moins d’une semaine du scrutin, l’interdiction d’afficher les résultats dans les bureaux de votes, c’est enfin l’utilisation du téléphone portable que vient d’interdire la gouvernement dans les bureaux de vote le jour du scrutin. Si tous les candidats dénoncent ces comportements, l’élu de Yayi Boni reste bien silencieux sur tous les agissements antidémocratiques de son  mentor allergique à la bonne gouvernance et à la transparence. Zinsou bien parti pour une victoire honteuse.

L’équipe de Patrice Talon saisit la cour constitutionnelle

Des membres de l’équipe de campagne de Patrice Talon ont animé ce mardi, 1er mars au Novotel de Cotonou, une conférence de presse. La décision de gouvernement d’interdire l’usage de téléphones mobiles dans les centres de vote, et les dysfonctionnements liés à la distribution des cartes d’électeur ont constitué l’essentiel de cette conférence. Intervenant sur le premier sujet, Joseph Djogbénou, le principal orateur cette décision. Pour lui, le Gouvernement ne saurait prendre une décision ne relevant pas de sa compétence. « C’est une décision qui intervient dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle et vous savez, autant avec la Constitution qu’avec le Code électoral, que le seul organe habilité à prendre des décisions dans le cadre de l’organisation de toute élection en République du Bénin, est la Commission électorale nationale autonome», a-t-il déclaré.

Relevant que la CENA pourrait faire appel à des institutions, y compris le gouvernement sur une telle préoccupation, Me Djogbénou dit ne pas avoir été informé d’une telle démarche de l’institution en charge des élections. Pour lui, il va sans dire que la décision gouvernementale « n’a aucune validité dans le cadre du processus électoral » et les citoyens ne sauraient être privés de l’utilisation d’un outil devenu « vital » pour eux. « Nous considérons que tout citoyen peut venir au centre de vote, dans le poste de vote avec son téléphone mobile », a alors martelé Joseph Djogbénou, tout en soulignant que l’outil, en plus, « participe de la transparence nécessaire et exigée autant par nos lois, par la Constitution que par la jurisprudence de la cour constitutionnelle elle-même ».

Joseph Djogbénou a fait la part des choses entre l’usage de téléphones mobiles dans les centres et postes de vote, et leur usage à l’intérieur de l’isoloir qui pourrait heurter la transparence le secret du scrutin. Aux journalistes, il a annoncé la décision de l’équipe du candidat Patrice Talon de ne pas en rester là et de s’opposer à la décision gouvernementale. « Nous nous opposerons à l’interdiction du port de téléphone mobile à l’intérieur du poste de vote et du centre de vote. Nous avons déposé un recours devant la cour constitutionnelle sur cette décision (…) qu’on nous annonce de la manière la plus regrettable possible dans le sens de semer quelque trouble dans l’enthousiasme de nos populations à assurer elles-mêmes la transparence du scrutin », a-t-il déclaré.

Les dysfonctionnements notés dans le cadre de la distribution des cartes d’électeur a constitué le deuxième volet de l’intervention de Me Djogbénou qui a dénoncé des tentatives de fraude et une distribution discriminatoire dans les zones censées être favorables aux candidats de la rupture, et principalement à Patrice Talon.

Il faut craindre que cet entêtement de Yayi ne finisse par amener le trouble au Bénin.

Source: rivesafricaines.info

About Tjefin

One comment

  1. Nul n’ignore que sir Yayi Boni est un gros corrompu.On le connait dans son affaire d’approvisionnement en armes à Dramane Wattra.Qui a osé lever le petit doigt parmi les soi-disant organisations de défense des droits de l’homme? Qui a osé dénoncer ou condamner ce fait grave au milieu des promoteurs du désordre mondial mené par l’Onu et ses sponsors?C’est tout dire simplement qu’il n’existe sur terre nulle justice,nulle démocratie qui vaille,nul arbitrage franc autre que la défense des intérêts personnels.Par conséquent,les populations africaines doivent prendre leur destin en main:i mener à fond le combat contre l’occupation blanche dont les mains lugubres sont ceux-là même que le FMI ou les organisations mafieuses occidentales désignent pour présider aux destinées des pays africains.Ils peuvent tricher,mais les populations qui sont les laissés pour compte,toujours par ses messies,doivent se lever et leur barrer la route.Jusqu’ici,seul le Burkina a fait preuve de ce courage,même si sir Roch Kabore ne semble pas faire l’affaire des populations.Il sera dégagé quoiqu’il soit élu par les urnes!par la rue!ou par un coup;car le peuple a lutté et veut une vie claire et non de favoritisme!ou de copinage.Envoyer Blaise devant la justice de Faso.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.