Bill Oxley, un agent de la CIA a avoué sur son lit de mort avoir tué Bob Marley

Bill Oxley, un agent de la CIA a avoué sur son lit de mort avoir tué Bob Marley

Très malade et couché sur son lit de mort à l’hôpital Mercy dans l’état du Maine, Bill Oxley, un ex officier de la CIA de 79 ans, a fait plusieurs révélations impressionnantes. Bill Oxley a entre autre avoué avoir commis dix-sept (17) meurtres entre 1974 et 1985 pour le bien des USA. L’un d’entre eux serait le meurtre de la star mondiale du reggae, Robert Nesta Marley connu sous le nom d’artiste de Bob Marley, né le 6 février 1945 à Rhoden Hall, près de Nine Miles dans la paroisse de Saint Ann en Jamaïque.

Bill Oxley a révélé qu’il avit reçu une formation de haut niveau en tant que tireur d’élite. Il dit être également expert dans l’utlisation de poisons et d’explosifs, et dans la provocation de crises cardiaques induites et le cancer. C’est en cette qualité qu’il a été utilisé comme tueur à gage pour la CIA avec pour mission d’abattre des personnes représentant une menace pour l’agence et les USA.

Oxley explique qu’en tant membre d’une unité d’opération composée de trois (3) autres tueurs comme lui, il a pris part à l’exécution de plusieurs meurtres politiques à travers les USA ainsi qu’à l’étranger entre Mars 1974 à août 1985. Ces activités meurtrières eurent pour cible des individus de différents secteurs dont des activistes politiques, des chercheurs médicaux, des artistes et des musiciens dont les idées et les influences “représentaient une menace pour les intérêts des États-Unis”, a-t-il révèlé.

Pris de remords avant sa mort, Bill Oxley explique qu’il avait un sentiment mitigé sur la mort de la star mondiale du reggae qu’il décrit comme un «homme bon, une belle âme» avec des «dons artistiques profonds». Il “ne méritait pas de mourir si tôt”, a regretté Oxley. Cependant, l’ex agent de la CIA a soutenu que le légendaire chanteur Jamaïcain était un énorme obstacle aux yeux de la CIA, menaçant ainsi l’existence des États-Unis.

«Il réussissait à créer une révolution en utilisant la musique comme un outil plus puissant que les balles et les bombes. Bob Marley en 1976 était une menace très sérieuse pour le statu quo mondial et pour les contrôleurs de puissance cachés mettant en œuvre leurs plans pour un nouvel ordre mondial. En ce qui concerne l’agence, Bob Marley prenait trop d’ampleur, il était très célèbre, trop influent … Une Rastafarie Jamaïcain qui a commencé à utiliser ses propres fonds et sa renommée pour soutenir des causes à travers le monde qui étaient en conflit direct avec la CIA … pour dire la verité, il a signé son propre arrêt de mort», a expliqué Bill Oxley.

Il fallait donc soit éliminé sans émotion.

«Je n’ai eu aucun problème à commettre le meurtre de Bob Marley parce que j’étais un patriote, je croyais en la CIA et je n’ai pas remis en question la motivation de l’agence. J’ai toujours compris que des sacrifices doivent parfois être faits pour le plus grand bien de tous», a révélé Bill Oxley.

Monsieur Oxley a également donné les détails macabres de l’exécution de l’assassinat de Bob Marley. Selon Oxley, il s’est présenté journaliste – photographe travaillant pour le New York Times. L’assassinat a été exécuté par l’intermédiaire d’une paire de Converse All Stars de taille 10 qu’il a offert à Bob Marley lors de leur rencontre.

«Il y a eu un certain nombre de meurtres de personnalités contre-culturelles aux États-Unis à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Lorsque l’époque de Bob Marley est arrivée, nous pensions que la subtilité était à l’ordre du jour. Plus de balles et de cervelle mouchetée», a lâché l’ex agent de la CIA. Avant d’expliquer les détails du meurte.

«Je lui ai donné une paire de Converse All Stars. Taille 10. Quand il a essayé la chaussure droite, il a crié ‘AAÏÏÏEE’. C’était ça. Sa vie s’est terminée là. Le clou qui se trovait dans la chaussure était imprègné du virus et de bactéries cancérigènes. Si cela traverse ta peau, c’est que tu es fait, c’était au revoir la vie pour Bob».

Monsieur Oxley dit avoir maintenu un contact étroit avec Bob Marley pendant les dernières années de sa vie, s’assurant que le dispositif médical qu’il a reçu à Paris, à Londres et aux Etats-Unis “accélérerait sa mort plutôt que de le guérir”.

Pour rappel, Bob Marley est mort du cancer le 11 mai 1981 à Miami (États-Unis). Il n’avait que 36 ans.

De son vivant, Bob Marley a rencontré un succès mondial inégalé. Il et reste à ce jour le musicien le plus connu et le plus vénéré du reggae, puisqu’il a permis au mouvement rastafari de connaître une audience planétaire. Il a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde.

Eburnienews.net (avec stessmagazine.com)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE