Boko Haram: Le Cameroun fait la guerre contre les Islamistes de Boko Haram en se passant de l’appui des alliés de Paris. | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France | Boko Haram: Le Cameroun fait la guerre contre les Islamistes de Boko Haram en se passant de l’appui des alliés de Paris.eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France

Boko Haram: Le Cameroun fait la guerre contre les Islamistes de Boko Haram en se passant de l’appui des alliés de Paris.

Les autorités camerounaises entreprennent leur guerre contre les Islamistes de Boko Haram en se passant de l’appui des alliés de Paris.

Selon des témoins, le week-end a été le théâtre d’un transfert massif de troupes dans le septentrion. Un peu moins d’une vingtaine de véhicules transportant fantassins, équipements du BIR (Bataillon d’Intervention Rapide) ont investi le Diamaré dès dimanche tandis que des blindés et autres matériels de guerre entraient dans la Bénoué.

Objectif : surveiller la bande frontalière avec le Nigéria sur l’axe Nord-Extrême-nord.

Ces troupes devraient peut-être bénéficier d’appui aérien et de munitions puisqu’il est rapporté que les soldats du BIR attaqués à Waza récemment avaient battu en retraite parce que leur stock ne pouvait faire face au surnombre des flibustiers de Boko Haram.

Les autorités de l’Extrême-nord ont renforcé le couvre-feu. La nuit y est désormais réservée à une soldatesque dont le commandement est en état d’alerte à Yaoundé.

Des rumeurs subodorent une action militaire en solo du Cameroun, c’est-à-dire à l’exclusion stricte des Occidentaux et des voisins.

C’est que, le chef de l’État camerounais, Paul Biya, n’aurait pas confirmé lors du sommet de l’Élysée sa volonté de prendre part à l’opération multipartite suggérée par François Hollande et impliquant notamment la France. Ambiance.

Après les opérations «Serval», «Sangaris» et autres «United Protectors», l’homme d’Étoudi ne serait pas plus convaincu que vous et moi sur la bonne foi des «généreux» occidentaux.

Allié intermittent

Le président tchadien Idriss Déby Itno, allié intermittent de Paris au Mali et en Centrafrique, aurait d’ailleurs été érigé en missi dominici pour en persuader Paul Biya. Il s’en serait retourné presque bredouille face à l’indéchiffrable Biya. Cette information n’est pas confirmée.

À Paris, les Français n’auraient même pas pu faire accepter leur offre de médiation (unilatérale) entre Yaoundé et leur «grand ami» Goodluck Jonathan Ebele Azikiwe en vue d’une action militaire – incluant la France — contre Boko Haram.

La guerre des nerfs ne fait donc que commencer.

Cela fait un moment que Yaoundé esquive les «généreuses» solutions militaires de la France. On s’impatiente donc à Paris. Mais c’est une France qui sait s’y faire avec les médias. La pression médiatique augmente. Le Cameroun serait devenu en peu de temps un pays dans l’étau. Mais l’opinion camerounaise a, peut-être, une longueur d’avance en matière de lecture des pièges de la «communauté internationale».

Jean-Marc Soboth

Source: cameroonvoice

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.