Boko Haram : Le Tchad comme prochaine cible ?

Boko Haram : Le Tchad comme prochaine cible ?

L’interdiction stricte depuis le vendredi aux usagers en motocyclettes ou en bicyclettes de circuler sur le pont de NGueli à cheval entre les villes de Koussérie au Cameroun et N’Djamena au Tchad, pourrait-elle tuer dans l’œuf les velléités sanguinaire de la nébuleuse Boko haram de s’en prendre à notre pays? La présentation vidéo d’une allocution en Boudouma où un individu se réclamant représentant de l’organisation terroriste au Tchad, n’est-elle pas un signe de plus que beaucoup de nos compatriotes ont commencé a embarqué dans le bateau de l’ignominie piloté par cette secte sanguinaire et barbare? Pourra-t-on étendre un filet étanche pour empêcher aux terroristes de porter atteinte à notre pays connaissant la porosité des frontières?

L’heure est sérieusement grave pour ne pas verser dans les discours et des pantalonnades, depuis l’intervention de notre pays au nord du Mali, le Tchad a été inscrit sur la liste noire des groupes terroristes qui écument dans le sahel. Avons-nous les moyens pour faire valablement échec aux ambitions malsaines de destruction et de chaos de ces Hommes sans foi ni loi? Au lieu de compter sur l’appui des puissances étrangères, le Tchad doit d’abord compter sur ses propres moyens, mobiliser ses forces, sensibiliser toutes les couches de la population et songer à taire les dissensions en ouvrant une porte a un véritable dialogue national inclusif. Le terrorisme se nourrit des ressentiments des personnes qui se sentent exclus de la société, si les gouvernants refusent de partager équitablement les richesses de notre pays, d’offrir des emplois à tous et d’asseoir une véritable justice pour tous les citoyens, alors Boko Haram aura le Tchad comme terreau fertile pour ses ambitions nuisibles.

Il est regrettable que les scènes macabres et inhumaines qui se répètent souvent au Nigeria, se déplace dans notre pays accusé par Boko haram de complice des “Boko” ou Blancs pour sa participation à la coalition militaire contre ses actions barbares, la présence des militaires américains sur notre territoire n’est pas de bonne augure pour nous, elle ne fait qu’accentuer la rage de cette secte envers la terre de Toumai. Il ne faut pas attendre un premier attentat et la destruction de vies des paisibles citoyens pour sonner le tocsin, car l’ennemi est partout, probablement dans nos rues, nos villes et dans les polders du Lac-Tchad, guettant le moment opportun pour donner le coup fatal.

Interdire la circulation aux utilisateurs des engins à deux roues n’est pas la solution, connaissant qu’entre Kousseri et N’Djamena, il y a des pirogues, des piétons…Et que dire des pirogues des pêcheurs qui sillonnent librement les eaux et les ilots du Lac-Tchad? La vigilance doit-être de mise, ceux qui risquent de subir les foudres de cette section violente sont les paisibles citoyens, les usagers de la route, les marchands et leurs clients dans les marchés, les écoliers, loin de ceux qui se cachent dans leur tour d’ivoire et qui envoient leur progéniture dans des écoles à des milliers de kilomètres de notre territoire a couts de millions de francs.

Abbas Kayangar

Source: Alwihda Info

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.