Bondoukou : Un couvre feu instauré à cause de l’insécurité

Bondoukou : Un couvre feu instauré à cause de l’insécurité

Les autorités administratives, coutumières, religieuses et les forces de sécurité de la cité « des milles mosquées » ont convenu d’instaurer un couvre feu à partir de 22 heures. Elles se sont réunies à la salle du foyer de l’Imamso le jeudi 20 novembre, pour réfléchir sur la question de l’insécurité à Bondoukou. En effet, il ne se passe pas de jour sans qu’un cas de braquage  sur les voies qui relient les autres localités, et de vols dans les domiciles ne soit signalé. A ce propos, le grand imam Timité Kolonga propose ceci : «si le préfet accepte bien, je souhaite qu’un couvre feu soit instauré à partir de 22 heures toutes les nuits, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Ce couvre feu débutera le vendredi 21 novembre », souhaite t-il. 

La proposition de l’imam a reçu l’assentiment de toutes les autorités. Pour l’imam Timité Kolonga « aux grands maux, les grands moyens ». Depuis quelque temps, les populations de Bondoukou vivent la peur au ventre partout ou elles se trouvent. A plusieurs reprises, lorsque la police arrête des malfrats, on en dénombre des FRCI. Le cas le plus flagrant s’est produit au mois d’octobre, quand la police a mis la main sur un groupe de voleurs. Ce fut un soulagement pour les populations. A la grande surprise de tous, un FRCI faisant parti des malfrats  a réussi à s’enfuir, les mains menottées.

Mais, cet élément est toujours en liberté. Pour le préfet de région, Goun François Germain,  les forces de sécurité ne seront jamais efficaces sans un service de renseignement. Et ces renseignements viendront toujours des populations. 
Il a appelé les populations à collaborer avec les forces de sécurité pour vaincre l’insécurité. Même appel lancé par le commissaire Douabou Kehiba. L’imam a recommandé la même collaboration.

Source: Notre Voie

————————————————–

Germain François Goun (préfet) «le couvre-feu instauré à Bondoukou était nécessaire»

Germain François Goun, préfet de Région, préfet du Département de Bondoukou (519 km, Nord-Est) a expliqué, samedi, à Yézimala, sous-préfecture du même nom que le couvre-feu instauré, le 21 novembre dernier, à Bondoukou sur sa décision était ‘’ nécessaire’’ pour protéger les populations de l’insécurité galopante dans sa région administrative.

Le Préfet de la Région du Gontougou, préfet de Bondoukou, Germain François Goum, a tenu ces propos à l’occasion de la remise des kits téléphoniques aux administrations publiques de la région par l’Agence nationale du service universel des télécommunications (ANSUT).

‘’ Nous sommes confrontés à un réel problème d’insécurité dans la région et singulièrement à Bondoukou, chef-lieu de département où l’oisiveté étant la mère de tous les vices, certains jeunes portés sur le gain facile font ce qui n’est pas recommandé de faire, c’est le braquage, les vols à mains armées… au lieu d’utiliser la vigueur de leurs forces », déclare M. Goun.

Dans ces conditions, poursuit-il, ‘’ nous sommes obligés d’utiliser les grands moyens pour porter secours à nos populations afin qu’elles dorment en paix » ajoute Germain François Goun pour expliquer le couvre-feu ‘’ nécessaire » qu’il a été amené d’instaurer ‘’ de 22 h à 06h depuis le vendredi 21 novembre dernier ».

‘’ Depuis que nous avons pris cette mesure, en concertation avec les leaders communautaires, il règne une quiétude dans la cité. Nous avons agi dans le sens de l’intérêt des populations pour leur permettre d’être en sécurité » se félicite le patron de la région administrative du Gontougou.

Selon l’autorité préfectorale, la mesure qui connaît un ‘’ allègement », en ce moment, pourrait être ‘’renouvelée en fonction des circonstances sécuritaires ».

En ce qui concerne la cérémonie de remises de kits téléphoniques, ce sont des combinés téléphoniques sans fil et des modems que M. Goun a réceptionnés des mains d’Ibrahim Tidiane Konaté Directeur général adjoint de l’ANSUT pour le compte des 19 administrations publiques bénéficiaires de la région, notamment, 1 préfecture, 1 gendarmerie, 6 sous-préfecture et 11 centres de santé.

Cette remise de kits téléphoniques CDMA (Code Division Multiple Access) entamée le 10 octobre à Ananda dans la région de l’Iffou prendra fin le 13 décembre prochain à Agboville (76km à l’Est) dans la région de l’Agnéby-Tiassa.

Source: APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.