Bouaké: Le massacre des gendarmes que madame Aïchatou Mindaoudou et l’ONU ont décidé d’ignorer

Bouaké: Le massacre des gendarmes que madame Aïchatou Mindaoudou et l’ONU ont décidé d’ignorer

Dans un courrier adressé à la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU dans le pays, Aïchatou Mindaoudou, un groupe d’ex-rébelles proches du régime Ouattara et dirigé par Samba Koné a demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d’engager des poursuites contre Guillaume Kigbafori Soro.

Pour motiver leur soif de justice, Samba Koné et ses amis ont rappelé le massacre, le 6 octobre 2002 à Bouaké (le fief des ex-rebelles), de plus de 60 gendarmes, une cinquantaine de leurs enfants et quelques victimes civiles, tous détenus dans la prison du camp militaire du 3ème bataillon d’infanterie. «Certains survivants ont été contraints de transporter les cadavres et de les enterrer dans des fosses communes », a rappelé monsieur Koné et ses amis de l’ex commando invisible. A ces assassinats effroyables ont pouvait, selon Samba Koné, ajouté les casses des agences de la BCEAO le 20 novembre 2003, à Bouaké, Man et Korhogo.

Au-delà de ces cas, il y a eu aussi toutes ces personnes (environ 80) qui furent enfermées dans un container de 40 (pieds) à Korhogo et Bouaké, le 21 juin 2004, par les hommes de Soro Guillaume. « Ces personnes enfermées sont toutes mortes par asphyxie sous l’effet de lacrymogène en lieu et place de l’eau que celles-ci réclamaient », ont révélé ces ex-combattants pro-Ouattara.

Pour tous ces crimes, «nous exigeons, au nom des lois internationales et au nom du peuple de Côte d’Ivoire, que soient ouvertes des poursuites judiciaires par la CPI contre Monsieur Guillaume Soro, ex-secrétaire général des Forces nouvelles (FN), qui à n’en point douter, est entièrement responsable de faits reconnus par les ONG internationales», ont précisé monsieur Koné et ses amis dans leur courrier adressé à madame Aïchatou Mindaoudou. Et concomitamment à ces poursuites judiciaires, Monsieur Koné et ses amis souhaitaient que la représentante de l’ONU en Côte d’Ivoire mette tout en œuvre pour que les avoirs de Soro Guillaume soient gelés. Cette décision de gel devrait être suivie d’une mesure d’interdiction de voyager à l’étranger.

Monsieur Koné, le porte-parole de ces ex-membres du commando invisible,  disait regretter le fait que des auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité de la trampe de Guillaume Soro continuaient de « bénéficier des largesses » du pouvoir. Il a expliqué que leur initiative visait à «donner plus de crédibilité aux institutions internationales, aux yeux des populations de tous les bords».

Le courrier des ex-combattants du fameux commando invisible qui fut envoyé à Aïchatou Mindaoudou, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, date de Août 2013. Trois ans plus tard, aucune suite ne semble avoir été donnée à Samba Koné et à ses amis. Madame Aïchatou Mindaoudou a certainement décidé d’ignorer le massacre à Bouaké des 60 gendarmes et des membres de leurs famille.

Eburnienews.net

_____________

Lire aussi:

Retour sur la casse de l’agence de la BCEAO à Bouaké: Francis Kpatindé raconte les dessous du hold-up

Plus de 10 ans après, voici la vérité sur les casses de la BCEAO

 

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE