Brussels Airlines menacée

Brussels Airlines menacée

Après la faillite retentissante de la Sabena, voici Brussels Airline, sa pâle suivante, menacée !

Le délitement d’un non-état à la lente agonie conduit à ce que les restes de son économie, jadis florissante, soient avalés les uns après les autres à bas prix par les gros poissons de l’économie globalisée …

“Le Soir” (Bruxelles) rapportait vendredi soir que l’actionnaire allemand entendait mettre la main sur le bloc de 55 % d’actions qu’il ne détient pas encore pour un petit prix. “Le prix sera fixé en fonction de la convention conclue en 2008 dont une clause prévoyait le cas de figure où Brussels Airlines serait endettée au cours de l’exercice où a lieu cette évaluation”, expliquait hier soir une source proche du dossier à la “Libre”. “C’est de fait le cas ici puisque Brussels Airlines a aujourd’hui une dette de 45 millions d’euros vis-à-vis de Lufthansa. Les actionnaires belges ne seraient donc pas en mesure de négocier le montant de leur ticket de sortie. Un ticket de sortie” que “De Tijd” chiffrait vendredi soir à 2,6 millions d’euros. “Une misère pour certains actionnaires belges de la première heure”.

Extrait :

“Mercredi prochain,  le sort de la compagnie belge devrait être scellé. Le passage de la compagnie belge Brussels Airlines entièrement sous pavillon allemand n’est sans doute plus qu’une question de jours. Nous avons en effet eu confirmation vendredi soir que le conseil de surveillance de Lufthansa se penchera mercredi prochain sur une proposition de son comité de direction relative au rachat des parts que le géant allemand ne détient pas encore dans la compagnie née sur les cendres de la défunte Sabena (…) Pour rappel, Lufthansa est actionnaire, depuis 2009, à hauteur de 45 % de SN Airholding, le véhicule financier qui contrôle Brussels Airlines. Et détient, depuis lors, une option d’achat sur le solde du capital, option qui court jusqu’en 2017. Dès lors, le passage complet de la compagnie belge dans le giron allemand était inscrit dans les astres. Le scénario avait d’ailleurs été à de multiples fois évoqué ces dernières années.”

LIRE LA SUITE ICI

Luc Michel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE