Burkina Faso: demande d’invalidation de la candidature à la présidentielle de 4 ex-pro Compaoré

Burkina Faso: demande d’invalidation de la candidature à la présidentielle de 4 ex-pro Compaoré

L’un des candidats à la présidentielle du 11 octobre au Burkina a introduit samedi un recours en annulation des candidatures de quatre ex-proches du président déchu Blaise Compaoré, figurant sur une liste provisoire publiée par le Conseil constitutionnel.

“J’ai bel et bien déposé auprès du Conseil constitutionnel un recours aux fins de voir déclarer inéligibles les candidats Djibril Yipéné Bassolé et Yacouba Ouédraogo (…) pour avoir soutenu la modification de la constitution”, a déclaré à l’AFP l’avocat Bénéwendé Sankara.

Selon le candidat de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), MM. Bassolé et Ouédraogo, respectivement ancien chef de la diplomatie de Compaoré et ex-ministre des Sports, sont “solidairement responsables des décisions du conseil des ministres qui a pris la lourde responsabilité d’adopter un projet de loi (…) en vue de modifier la Constitution et ne peuvent donc pas ignorer leur responsabilité”.

Ce recours vise également Ram Ouédraogo et Salvador Yaméogo, deux “responsables politiques de l’ex-majorité réunis autour du Front Républicain qui a soutenu le projet de modification de l’article 37”, a-t-il ajouté.

Les députés du parlement intérimaire ont voté en avril une loi rendant “inéligibles” les personnes ayant “soutenu un changement inconstitutionnel portant atteinte au principe de l’alternance démocratique”.

Eddie Komboïgo, le candidat du parti de Blaise Compaoré, a été déclaré “inéligible” à l’élection présidentielle du 11 octobre, en vertu de cette loi visant ceux qui ont soutenu l’ancien président dans son projet de modifier la Constitution.

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’Alliance pour la Fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), un partisan du pouvoir Compaoré a également été exclu pour les mêmes motifs.

Seize candidats -sur 22 enregistrés- ont été retenus pour la présidentielle par le Conseil constitutionnel sur une liste provisoire pouvant être contestée uniquement par ces mêmes candidats préalablement retenus.

La liste définitive des candidats à la présidentielle sera publiée à l’issue des recours, possibles jusqu’à dimanche.

Des élections présidentielle et législatives se tiendront le 11 octobre au Burkina afin de doter ce pays de nouveaux dirigeants après la “transition démocratique” d’un an mise en place après la chute de Blaise Compaoré, chassé par la rue après 27 ans de pouvoir.

str/eak/dom

Source: AFP

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE