Burkina Faso: Kafando fait machine arrière dans le dossier Sankara

Burkina Faso: Kafando fait machine arrière dans le dossier Sankara

Alors qu’il s’était maintes fois prononcé en faveur d’une réouverture rapide de l’enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara, le président de transition burkinabè Michel Kafando a publiquement fait marche arrière sur cette sensible affaire. Explications.

Les responsables de la transition se sont-ils emballés sur le dossier Thomas Sankara ? Au lendemain de leur nomination aux postes de président et de Premier ministre, Michel Kafando et Yacouba Isaac Zida, sans doute portés par l’enthousiasme révolutionnaire ambiant, avaient multiplié les déclarations publiques au sujet de la réouverture prochaine de l’enquête sur l’assassinat de l’ex-président burkinabè.

Quelques semaines plus tard, le vent de justice qui tourbillonnait autour de la tombe de “Tom’ Sank'” semble être retombé. Jeudi 22 janvier, alors qu’il s’exprimait devant des patrons de presse du pays, le président Kafando a douché les espoirs des sankaristes et d’une bonne partie de la population, qui attend depuis 27 ans la vérité sur la mort du héros national. “Je crois qu’il y a eu une incompréhension entre le gouvernement et la famille Sankara”, a lâché le président Kafando à propos d’une récente lettre ouverte des avocats de la famille pressant les autorités de “procéder sans délai à la réouverture du dossier”, enterré pendant de longues années par le régime de Blaise Compaoré.

Réouverture de la tombe de Sankara

“À l’évidence, la famille a des problèmes à faire ces investigations, a poursuivi le chef de l’État. Mais il ne faut pas trop vous attendre à ce que ce soit la transition qui commence les expertises ! C’est à la famille d’engager les procédures pour qu’ensuite le gouvernement l’accompagne et l’aide à identifier le corps.” En clair : c’est aux proches de Sankara et non au régime de transition de relancer le complexe processus judiciaire. Un de ses principaux enjeux est la réouverture de la tombe de Sankara, à Ouagadougou, pour expertiser le corps et vérifier qu’il s’agit bien de celui de l’ex-capitaine révolutionnaire.

“Zida et Kafando ont fait tout un tas de promesses sur les dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo. Ces annonces ont été très populaires mais tout laisse penser qu’elles ne resteront qu’au stade de déclarations”, analyse sans détour une source diplomatique à Ouagadougou. Même son de cloche du coté du ministère de la Justice, où l’on affirme en privé que ces affaires sensibles seront ouvertes mais pas clôturées par le régime de transition.

Benjamin Roger

Source : jeuneafrique.com

About admin

2 comments

  1. On ne demande pas au gouvernement de transition d’arriver tout de suite à des conclusions.

    Mais Le gouvernement de transition a le devoir d’ouvrir le dossier et de mettre en place les moyens: nommer un juge ou des magistrats et leur donner les moyens d’investigations notamment pour mener à bien l’autopsie pour au moins identifier le corps du Capitaine.

    Le gouvernement de transition le doit aux sankaristes du Burkina et de toute l’Afrique qui attendent un geste depuis 27 ans! . Merci d’avance.

    Après, nous souhaitons que le dossier soit repris et mené à son terme.

  2. GUILLAUME L'EBURNEEN

    PATRIOTISME-SOLIDARITE-TOLELANCE,,,,,

    TROP DE PRECIPITATION TRANSITAIRE AU BURKINA-FASO!

    Un HOMME SAGE ecoute,observe,analyse puis se prononce sur des questions de JUSTICE.
    Voila que dans une PRECIPITATION,le GOUVERNEMENT de transition BURKINABE n’a pas cherche l’origine des CRIMES de HAUT DEGRE puis a fait rever les Populations en promettant tambours battants que les MEURTRES de SANKRA et de ZONGO seraient leurs AFFAIRES.

    Aujourd’hui,la VERITE se degage et KAFANDO et son Equipe gouvernementale se rebiffent.
    Auraient-ils oublie que ces MEURTRES etaient commandes par deux nations?

    Non.ils le savent bien et d’ailleurs tres bien.

    Ou est desormais refugie l’EXECUTANT de ces CRIMES en Ex-Haute Volta?
    Pourquoi ce pays d’accueil lui serait favorable?

    Qui est donc CHANTAL,l’Epouse de l’Ex-President Compare pardon Compaore?

    D’ou venaient les Ordres sous regionaux a executer pour ces MEURTRES?

    Quel pays occidental ou Europeen etait derriere cette AFFAIRE?

    Qui a installe le DRAMATIQUE OUATTRAOGO ALLASSANE l’autre CRIMINEL Voltaique en COTE D’IVOIRE?

    Toutes ces questions devaient etre abordees,analysees avant de se prononcer sur une solution en terme de decision.
    Ma foi,Ce qui n’a pas ete le cas du Gouvernement actuel dit de TRANSITION quand le pouvoir arrache aux mains des TUEURS lui a ete remis par la Population Revolutionnaire.

    Y-aurait-il des mises en GARDE ou MENACES venant des MAITRES des DIRIGEANTS Africains?

    Serait-ce la FRANCAFRIQUE?

    Ce dossier est tellement PESANT que son traitement ne peut avoir lieu que par des HOMMES et FEMMES de la TREMPE de SANKARA THOMAS et son Epouse ou de GBAGBO LAURENT soutenu par SIMONE.

    Oui de VRAIS PANAFRICAINS.

    C’est une TRANSITION qui devait se doter d’une ligne de conduite pendant son MANDAT a court terme.Voire l’elaboration d’un PLAN Strategique de RESTAURATION de l’Etat de DROIT puis leguer au Pouvoir Constitutionnel suite a l’Election prevue en Octobre 2915.C’est celui-la qui,a ma CONNAISSANCE pourrait diligenter des enquetes pour aboutir a des solutions de soulagement populaire Burkinabe.

    Le compte rendu ici rapporte me donne froid dans le dos car,apres sa LECTURE et sa CONPREHENSION,j’ai deduit qu’il s’agit de signes de PEUR,de MEFIANCE et de PRUDENCE de la TRANSITION.

    Il y a alors MENACES EXTERIEURES.Que se passe-t-il?

    Attention.l’exemple BURKINABE est une ECOLE pour l’Afrique qui se veut LIBRE,DEMOCRATIQUE et INDEPENDANTE.Faut-il commencer une CHOSE quelque part et par quelqu’un.C’est bien ce SOULEVEMENT populaire Burkinabe qui d’ailleurs a ete soutenu et felicite par la classe politique mondiale.Pourquoi ne pas continuer dans cette VOIE?C’est cette MEURTRISSURE qui depuis 27 ans a donne courage et bravoure aux populations de degager le TUEUR de leur FILS DIGNE et INTREGRE THOMAS SANKARA.L’attente de ce PEUPLE est que soient situes les FAITS,les CAUSES et les CONSEQUENCES de sa DISPARITION.

    Dire une CHOSE et dire son CONTRAIRE est une FUITE de RESPONSABILITE.

    ALLEZ JUSQU’AU BOUT,CHER COMITE DE TRANSITION.

    A bon Entendeur,Salut:GUILLAUME L’EBURNEEN.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.