Burkina Faso : la France reconnaît avoir aidé à la fuite du président Compaoré

Burkina Faso : la France reconnaît avoir aidé à la fuite du président Compaoré

Blaise Compaoré, l’ancien président du Burkina Faso, contraint à la démission et à la fuite face à un mouvement de contestation populaire, a été évacué « sans drame » avec l’aide de la France. En déplacement au Canada, François Hollandea reconnu que la France, très discrète depuis le début de la crise politique dans ce pays, a contribué « sans y participer » à son transfert vers la Côte d’Ivoire, où il est réfugié depuis vendredi.

Le président français est ainsi sorti de la discrétion caractérisant l’attitude française depuis le début de la crise au Burkina. « Dès le début de cette crise, la France a joué son rôle et mis en garde » M. Compaoré, a affirmé le chef de l’Etat, en soulignant lui avoir conseillé par écrit de « ne pas engager la révision de la Constitution » pour se maintenir au pouvoir après vingt-sept ans, qui lui a finalement coûté son poste.

QUINZE JOURS POUR RENDRE LE POUVOIR AUX CIVILS

Dès vendredi soir, des militaires, menés par le lieutenant-colonel Isaac Zida avaient pris le pouvoir et s’étaient installés dans le palais présidentiel de Ouagadougou. Adoubé par les militaires mais contesté par une partie de la rue, il a assuré qu’il voulait mener une transition démocratique « dans un cadre constitutionnel », laissant entrevoir qu’un civil – et non plus un militaire – pourrait prendre la tête de la transition. Mais il s’est bien gardé de communiquer un calendrier.

Lundi soir, l’Union africaine – réunie pour un conseil de paix et de sécurité enEthiopie – s’est, elle, chargée de fixer une date butoir, donnant quinze jours aux forces armées pour rendre le pouvoir aux civils, faute de quoi elle imposerait des sanctions.

François Hollande, lui, a mis en garde le nouveau pouvoir militaire, estimant que « c’est au pouvoir civil » d’organiser les élections. « La France appelle tous les acteurs à poursuivre leurs consultations afin de mettre en place dans les meilleurs délais une solution qui s’inscrive dans le cadre constitutionnel du Burkina Faso », a ajouté, dans un communiqué, le Quai d’Orsay.

Quelque 3 500 Français résidents au Burkina Faso – la plus importante communauté étrangère dans ce pays –, une quarantaine de filiales d’entreprisesfrançaises y sont présentes dans la plupart des secteurs de l’économie, et Parisest son principal bailleur de fonds. En outre, le Burkina est une pièce importante dans le dispositif militaire de lutte antiterroriste au Sahel Barkhane.

Source: Le Monde.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.