Burkina Faso: La justice militaire va relancer les mandats d’arrêt contre Soro et Compaoré

Burkina Faso: La justice militaire va relancer les mandats d’arrêt contre Soro et Compaoré

Revirement de situation au Burkina Faso, 24 heures après l’annulation des mandats d’arrêts contre Blaise Compaoré et Guillaume Soro, pour vices de procédures, selon la cour de Cassation.

En effet, le procureur militaire annonce vendredi qu’il va relancer les mandats d’arrêt internationaux contre ces deux derniers, après leur annulation la veille, apprend KOACI.COM du ministère de la justice.

Cette fois ci, nous assure t’on du côté du ministère, ils seront en bon et du forme et transférés sous peu aux autorités ivoiriennes.

L’annonce intervient après les nombreuses réactions survenues après celle jeudi soir de la cour de cassation, à l’image de celle de Me Bénéwendé Sankara qui nous précisait vendredi matin qu’«annulés» et non «levés», les mandats d’arrêts pouvaient être renouvelés (voir article lié).

Par ailleurs, le chef de l’Etat Burkinabé, Roch Kabore, vendredi en marge de la journée du Paysan à Tenkodogo dans la province du Boulgou, s’est prononcé sur ce sujet.

Tout en précisant le principe de la séparation du pouvoir, qui ne lui permettait d’interférer dans les décisions de justice, il a déclaré que même en rêve les concernés ne pouvaient s’attendre à ce que leurs mandats soient annulés, ce qui instaurerait, selon lui, une suite logique à l’impunité et à la déstabilisation de son pays.

« Ce que je peux dire, c’est que même dans leurs rêves les plus fous, ni Blaise Compaoré, ni ceux qui ont fait le coup d’Etat ne pensent que nous allons lever les mandats d’arrêt pour donner une suite à l’impunité et à la déstabilisation dans notre pays. Ça, vous pouvez en être sûrs. Je crois qu’eux-mêmes ne rêvent pas à ça », a déclaré le président du Faso, avant de rassurer ses compatriotes: « J’ai foi en la justice parce qu’ils savent très-bien que ce qui a amené Blaise Compaoré à quitter le pays et à se naturaliser ivoirien reste les problèmes pour lesquels il doit venir répondre au Burkina Faso et que pour cela, il n’a pas le choix. C’est la cause même de l’insurrection populaire. Je pense qu’il n’y a pas de quoi avoir peur, les choses vont rentrer dans l’ordre ».

Blaise Compaoré poursuivi pour sa présumée responsabilité dans la mort de Thomas Sankara en octobre 1987, et Guillaume Soro pour son rôle joué dans le putsch manqué de septembre 2015 mis en lumière avec les écoutes avec Bassolé qui lui sont attribuées, ne sont pas encore tirés d’affaires, comme le laissait présager leur entourage après la décision judiciaire.

Donatien Kautcha, Abidjan avec Boa à Ouagadougou

Source: Koaci.com

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*