Burkina Faso: La rue gronde à nouveau contre l’impunité. Le premier ministre répond en promettant de punir tous les crimes de Compaoré

Burkina Faso: La rue gronde à nouveau contre l’impunité. Le premier ministre répond en promettant de punir tous les crimes de Compaoré

Le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques a organisé une marche-meeting à Ouagadougou pour réclamer vérité et justice pour Nobert Zongo, ses compagnons tués le 13 décembre 1998 et pour l’ensemble des Burkinabè morts de façon suspecte sous le régime de Blaise Compaoré. Le Premier ministre de la transition Isaac Zida et quelques membres de son gouvernement ont participé au meeting à la Place de la Révolution. Occasion pour Zida de faire certaines déclarations et des promesses. 

Il n’était pas prévu dans le protocole que le Premier ministre prenne la parole à la tribune, ce 13 décembre 2014. Mais les manifestants à la Place de la Révolution l’ont réclamé. Le lieutenant-colonel Isaac Zida s’y est donc résolu, appelant à ses côtés le président du Conseil national de la transition le journaliste Moumina Cheriff Sy (vêtu d’un tee-shirt « Justice pour Nobert Zongo ») et les quatre membres du gouvernement qui l’ont accompagné.

LA RUE GRONDE À NOUVEAU AU BURKINA CONTRE L’IMPUNITÉ Burkina Faso: La rue gronde à nouveau contre limpunité. Le premier ministre répond en promettant de punir tous les crimes de Compaoré

Sa première réaction a porté bien évidemment sur le sujet principal du jour : le dossier Nobert Zongo sera-t-il rouvert ?

Justice sera rendue. « Je suis venu ce matin pour entendre ce que le peuple veut. Le message est très clair, le peuple veut la justice. Je puis vous rassurer que la justice sera rendue au camarade Norbert Zongo. Justice sera rendue à tous ceux qui sont  tombés sous les balles assassines de Blaise Compaoré. Nous allons y travailler », a déclaré le Premier ministre Zida, sous les ovations de la foule.

Une foule qui, quittant la sphère de la justice, fait la première digression  en scandant :  «dissoudre le RSP (Régiment de sécurité présidentielle) ! Dissoudre le RSP ! »

gouver Burkina Faso: La rue gronde à nouveau contre limpunité. Le premier ministre répond en promettant de punir tous les crimes de Compaoré

Temps d’observation, puis le Premier ministre réagit : « Je vous  assure que j’ai déjà donné ma position concernant le RSP». Réponse insatisfaisante. Le public lui demande de répéter ce qu’il avait dit.  « Je vous ai dit que le RSP ne va plus assurer la sécurité du président », répète donc Zida. Mais encore ?

Le RSP. « Je vous l’ai dit et je le répète, le RSP est une unité militaire qui sera rattachée à l’armée de terre pour d’autres missions. Des missions de lutte contre le terrorisme, des missions de lutte contre le banditisme ». La réponse semble cette fois satisfaire.

Puis, deuxième digression. Zida affirme qu’il a compris aussi que le peuple veut que le gouvernement fasse plus d’efforts dans le domaine de la santé. C’est alors que le locataire de la Primature fait une révélation : « Pas plus tard qu’une semaine, le ministre de la santé a reçu un milliard pour l’hôpital Sanou Souro ».

NationaliserIl change de sujet et affirme qu’il a compris également que le peuple veut que certaines sociétés soient nationalisées. « Le ministre de l’habitat a reçu des instructions pour nommer un Directeur général de la SOCOGIB.  La SOCOGIB a été vendue à un franc symbolique. C’est le patrimoine du peuple. Nous allons les retirer pour le peuple », promet le Premier ministre, qui ajoute que le « camp fonctionnaire » sera également retiré pour en faire « un parking municipal ».

13 dec 2014 norbert Burkina Faso: La rue gronde à nouveau contre limpunité. Le premier ministre répond en promettant de punir tous les crimes de Compaoré

Isaac Zida a enfin terminé son « speech » par un reproche qui lui est fait continuellement (on le lui a d’ailleurs signifié de vive voix ce 13 décembre 2014) sur une promesse qu’il a faite le 31 octobre et qu’il tarde à réaliser : « désormais, les décisions seront prises à la Place de la Révolution ».

Isaac Zida et la Place de la Révolution. Un mois plus tard, le lieutenant-colonel a tenu à préciser sa pensée : « C’était simplement pour dire que les décisions se prendront avec  le peuple et pour le peuple. Mais si vous êtes à la maison, je ne peux pas m’asseoir ici tout seul comme un fou pour travailler ! ».

LA RUE GRONDE À NOUVEAU AU BURKINA CONTRE L’IMPUNITÉ 2 Burkina Faso: La rue gronde à nouveau contre limpunité. Le premier ministre répond en promettant de punir tous les crimes de Compaoré

Eclats de rire dans la foule que le Premier ministre a clos par un « merci camarades », banal dans la bouche d’un Me Bénéwendé Sankara, mais fort étonnant sur les lèvres d’un Premier ministre.

Chryzogone droit dans ses bottes. Qu’à cela ne tienne, Chrysogone Zougmoré, président du Collectif, ne s’est pas laissé décontenancer pour autant. Intervenant après le Premier ministre, il a rappelé que toutes les revendications sont consignées dans une plateforme qui sera remise au gouvernement et le Collectif attendra des réponses écrites. « Ensuite, nous vous reviendrons », adresse Zougmoré au public. « Y compris sur la question de la dissolution du RSP ! », ajoute-t-il, pince-sans-rire.

Abdou ZOURE avec Mouniratou LOUGUE
 
Source: Burkina24

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.