Burkina Faso: L’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de la lutte contre la corruption (ASCE-LC) accuse Kafando et Zida de gabegie

Burkina Faso: L’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de la lutte contre la corruption (ASCE-LC) accuse Kafando et Zida de gabegie

Dès son accession au pouvoir, le nouveau président burkinabé Roch Kaboré a commandé un audit de la gestion des autorités de la transition auprès de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE). L’audit a porté principalement sur la “gestion de la commande publique“. A la suite d’enquêtes minitieuses, le contrôleur général vient de publier son rapport.

Des conclusions du rapport, il ressourt que le gouvernement de la transition, mis en place après la chute du président Blaise Compaoré en octobre 2014, s’est rendu coupable de mauvaise gestion et surtout de nombreuses irrégularités dans la passation des marchés ou la mauvaise gestion de certains fonds publics. Entre autres irrégularités, le rapport dénonce le «recours abusif à l’entente directe pour les commandes publiques», le «non-respect de la réglementation des achats publics dans l’exécution de la commande publique» dans l’administration publique durant la transition.

Selon toujours le rapport d’audit, le gouvernement de la transition a eu massivement recours aux “procédures exceptionnelles“, c’est-à-dire le gré à gré et l’entente pour les marchés publics. Ces marchés de gré à gré concernent au total 63,1 milliards de francs CFA (environ 96 millions d’euros), soit environ 55,33% du montant total des commandes publiques passées pendant la période de la transition. Ce taux est d’ailleurs très au-delà de la norme de “15%”admise dans l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

« Cette situation a pour conséquence des risques élevés de collusion, de corruption, d’enrichissement illicite et de gaspillage des ressources budgétaires», indique le rapport qui dénonce par ailleurs «l’existence de nombreuses dépenses sans pièces justificatives».

Le rapport révient également sur la gestion des attributions de parcelles à la Société nationale d’aménagement de terrains urbains (Sonatur), et accuse nommément l’ex-Premier ministre de la transition Isaac Zida et dix-huit membres de son gouvernement, des membres de leur famille, de s’être fait attribuer des parcelles dans le quartier chic de Ouaga2000 en violation flagrante des textes.

Ce qui pourrait entacher l’impartialité du rapport d’audit de l’ASCE, c’est qu’il porte uniquement sur la gestion des affaires sous le gouvernemt de transition. C’est pour éviter ce risque de suspicion et de partialité que le contrôleur général d’Etat auprès de l’ASCE, Luc Marius Ibriga plaide pour l’institutionalisation de ce type de contrôle au Burkina. « C’est la première fois que ça se fait. Le gouvernement demande à ce que l’on contrôle sa gestion. Et nous avons dans notre rapport proposé que l’exercice se fasse chaque année pour mettre dans la tête de ceux qui gèrent les biens publics de le faire avec parcimonie et rigueur pour éviter que l’Etat perde beaucoup d’argent», explique-t-il.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*