Burkina Faso : Le Conseil de Sécurité demande le retour sans délai des autorités de transition et menace de sanctions

Burkina Faso : Le Conseil de Sécurité demande le retour sans délai des autorités de transition et menace de sanctions

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont agité ce jeudi la menace de sanctions contre les putschistes.

Le Conseil a tenu des consultations à huis clos et selon des diplomates, la France, soutenue notamment par le Tchad, a plaidé en faveur de sanctions si le pouvoir légal n’était pas rétabli.

Dans une déclaration unanime, les membres du conseil ont réitéré leur demande d’une libération immédiate du président Michel Kafando et de son Premier ministre, détenus par les auteurs du putsch militaire.

Ils ont exigé que les putschistes “restaurent l’ordre constitutionnel et rendent le pouvoir aux autorités civiles de transition sans délai” et qu’ils respectent le calendrier de la transition, “notamment la tenue d’élections libres, équitables et crédibles”, prévues pour le 11 octobre.

“Les auteurs de cette prise inconstitutionnelle du pouvoir par la force doivent rendre des comptes”, affirment les 15 pays qui se disent “prêts à envisager des mesures supplémentaires si nécessaire”, une allusion implicite à des sanctions.

Le Conseil a par ailleurs “exhorté aussi tous les protagonistes au Burkina à s’abstenir de toute violence”. Il réaffirme son “ferme soutien” aux efforts de médiation du représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest Mohamed Ibn Chambas qui a rencontré jeudi le chef des putschistes, le général Gilbert Diendjéré.

Source: BBC

_______________________

Le Conseil de Sécurité demande le retour sans délai des autorités de transition

Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé le 17 Septembre 2015 du Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, sur la crise au Burkina Faso.

Les membres du Conseil de sécurité condamnent dans les termes les plus forts la saisie inconstitutionnelle et par la force du pouvoir perpétrée les 16 et 17 Septembre 2015, par des éléments du Régiment de sécurité présidentielle contre les autorités de transition du Burkina Faso. Ils ont réitéré leur demande que le Président Michel Kafando et le Premier ministre Isaac Zida du Burkina Faso, ainsi que d’autres fonctionnaires détenus, soient libérés en toute sécurité et immédiatement.

Les membres du Conseil de sécurité ont exhorté les auteurs á rétablir l’ordre constitutionnel et rendre le pouvoir aux autorités civiles de la transition sans délai. Ils ont exhorté tous les acteurs à respecter le calendrier de transition, notamment la tenue d’élections libres, justes et crédibles, prévue pour le 11 Octobre 2015. Ils ont exhorté tous les acteurs au Burkina Faso à s’abstenir de toute violence.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur ferme soutien aux efforts du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, ainsi que ceux de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union africaine et d’autres partenaires internationaux pour préserver la transition au Burkina Faso.

Les membres du Conseil de sécurité ont souligné que les auteurs de cette saisie inconstitutionnelle et par la force du pouvoir doivent être tenus responsables et, à cet égard, exprimé leur volonté de suivre de près la situation et d’envisager des mesures supplémentaires si nécessaire.

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.