Burkina Faso: Le Mogho Naba rassure « Ils sont venus nous dire qu’ils vont remettre le pouvoir aux civils »

Burkina Faso: Le Mogho Naba rassure « Ils sont venus nous dire qu’ils vont remettre le pouvoir aux civils »

L’homme fort de la transition au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Zida, a déclaré mardi au roi des Mossi, le plus influent chef traditionnel du pays, qu’il comptait “remettre le pouvoir aux civils”, a indiqué ce dernier à un journaliste de l’AFP.

“Ils sont venus nous dire qu’ils vont remettre le pouvoir aux civils. Nous les avons encouragés à aller dans ce sens. Le pays doit retrouver la quiétude et la paix afin d’envisager son développement”, a déclaré le Mogho Naba sur le perron de son palais après son entretien avec M. Zida.

Celui-ci, entouré d’une demi-douzaine de militaires, a rendu visite au Mogho Naba, chef très respecté de la plus importante communauté burkinabè, qui l’a reçu assis sur son trône, avec à ses côtés l’archevêque Philippe Ouédraogo et l’imam Sana, le chef de la communauté musulmane.

Accompagné de sa garde militaire, il s’est engouffré dans un gros 4X4 noir sans faire de commentaires après l’entretien.

Il devait rencontrer à 11H45 heures (locales et GMT) le président du Conseil constitutionnel.

Le Mogho Naba rassure « Ils sont venus nous dire qu’ils vont remettre le pouvoir aux civils » Burkina Faso: Le Mogho Naba rassure « Ils sont venus nous dire qu’ils vont remettre le pouvoir aux civils »

Mardi 4 novembre 2014. Ouagadougou. Palais du Mogho Naaba. Le chef de l`Etat de la transition, le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida, s`est rendu chez le Mogho Naaba, chef suprême des Mossé, pour une rencontre avec les autorités coutumières et religieuses sur la situation nationale

Ce dernier ne s’est pas exprimé depuis le début de la crise, en dépit de l’annonce par l’armée vendredi de la suspension de la Constitution et de la dissolution de l’Assemblée nationale.

M. Zida avait déjà ouvert la porte lundi à une transition civile, déclarant que “le pouvoir exécutif sera conduit par un organe de transition dans un cadre constitutionnel”, et que “cet organe de transition sera dirigé par une personnalité consensuelle désignée par tous les acteurs de la vie nationale”, dans un délai “le plus bref possible”.

Le Burkina Faso est plongé dans une crise politique après la chute du président Blaise Compaoré, chassé par une insurrection populaire après 27 ans de pouvoir.

Dans l’après-midi, M. Zida recevra des chefs d’entreprises et des responsables des syndicats, après avoir rendu visite à des malades de deux hôpitaux, a annoncé un militaire chargé de sa communication.

bur-de/sba

Source: 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.