Burkina Faso: L’ex-chef putschiste déclare l’assaut sur la caserne « terminé », dit vouloir « se mettre à la disposition de la justice » (Audio)

L’ex-chef putschiste, le général Gilbert Diendéré, auteur du coup d’Etat avorté au Burkina, a déclaré mardi à l’AFP que l’assaut de l’armée contre une caserne où ses hommes étaient retranchés était terminé, ajoutant qu’il se mettrait à la disposition de la justice.

Selon l’état-major, l’assaut est bien avancé mais n’est pas terminé.

Joint au téléphone, le général Diendéré, a déclaré que l’assaut (de l’armée loyaliste) est terminé sur le camp de Naaba Koom II, qui jouxte le Palais présidentiel de Ouagadougou.

Je ne suis plus au camp (…) je me mettrais à la disposition de la justice de mon pays, a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions, notamment sur l’endroit où il se trouve.

Auparavant, l’ex-chef putschiste avait appelé sur une radio burkinabè ses hommes à déposer les armes pour éviter un bain de sang.

Je demande aux éléments du RSP (l’ex-Régiment de Sécurité présidentielle), de déposer les armes pour éviter un bain de sang, a déclaré le général Diendéré cité par la radio Oméga.

L’armée avait annoncé peu avant avoir donné encore chance aux putschistes retranchés dans une caserne à Ouagadougou de se rendre pour éviter qu’il y ait un affrontement.

Quatre tirs d’armes lourdes ont visé mardi en fin d’après-midi la caserne Naaba Koom II et des volutes de poussière provenant des impacts se sont élevées dans le ciel au-dessus de la caserne, a constaté un journaliste de l’AFP.

A la tombée de la nuit, des traces de tirs nourris étaient ensuite visibles autour de cette même caserne, selon la même source.

Anciens putschistes et autorités légales avaient poursuivi leur bras de fer toute la journée, alors que des soldats du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP, ancienne garde prétorienne de l’ex-président Blaise Compaoré), auteurs du coup du 17 septembre, rechignaient à désarmer pour conserver des moyens de pression.

Cinq jours après sa dissolution officielle par le Conseil des ministres de vendredi, le RSP était toujours retranché mardi dans sa caserne de Naaba Koom II. Après avoir renoncé au putsch, ses hommes tentaient de ralentir leur désarmement pour pouvoir mieux négocier.

Mais les autorités semblaient avoir adopté une attitude ferme pour les faire plier. Depuis mardi matin, l’armée encerclait toute la zone autour de la caserne, plaçant véhicules blindés, pick-up et hommes armés de mitrailleuses et de RPG aux carrefours, a constaté un journaliste de l’AFP.

Situé à proximité, l’aéroport de Ouagadougou a été fermé mardi jusqu’à nouvel ordre, a-t-on appris de source aéroportuaire. Tous les vols au départ et à l’arrivée ont été annulés.

La circulation était interdite dans ce secteur et le chef d’état-major, le général Pingrenoma Zagré, a pour des raisons de sécurité, invité les populations à éviter tout mouvement dans la zone de Ouaga2000, quartier sud où se trouvent le Palais présidentiel Kosyam et la caserne.

Source: AFP

About Tjefin

3 comments

  1. 261135 610217How a lot of an distinctive article, keep on posting much better half 635072

  2. 532712 57211Some genuinely good stuff on this website , I enjoy it. 790373

  3. 187974 45489Im having a small problem. Im unable to subscribe to your rss feed for some reason. Im utilizing google reader by the way. 340621

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.