Burkina Faso: Un autre enrégistrement audio fait polémique

Burkina Faso: Un autre enrégistrement audio fait polémique

Le procès des militaires de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’ancienne garde de Blaise Compaoré, inculpés dans la tentative de libération des généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé a repris samedi 7 Janvier 2017 au Tribunal militaire de Ouagadougou.

Près d’une dizaine d’inculpés sont déjà passés à la barre. Tous nient être impliqués dans un quelconque projet visant à libérer les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé détenus à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). Lors de cette première journée d’audience, d’intenses échanges entre les avocats et le commissaire du gouvernement ont eu lieu à propos d’un document audio qui aurait été découvert et se rapporterait à une réunion de tentative de libération des généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. Les avocats de la défense demandent que ce document audio soit mis à l’écart, car il serait obtenu «illégalement» mais aussi parce qu’ils n’en ont pas écouté tout le contenu. Pour les avocats de la défense, cet document audio n’est pas un élément probant pour mettre en accusation l’ensemble des prévenus.

« La légalité de cette pièce étant remise en cause, la pièce doit quitter le dossier. Le deuxième élément qui fait que la pièce doit quitter le dossier, c’est qu’il y a des passages qui ont été rayés. Par qui ? On ne sait pas. S’il y a des passages qui ont été enlevés, il n’est pas exclu qu’on en rajoute d’autres », a argumenté Maître Christophe Birba. A la suite de Maître Christophe Birba, Maître Amidou Ouattara souligné que l’authenticité de ce document audio pose problème.

«Dans quelle condition cet enregistrement sonore a été obtenu ? Qui l’a fait ? Et quel est cet élément et quels sont les éléments qui sont contenus dans cet enregistrement ? », s’est-il interrogé. Maître Amidou Ouattara a par ailleurs dénoncé le fait que les autres militaires ayant assisté à la présumée réunion de préparation des attaques n’étant pas sur le banc des accusés comme leurs camarades d’armes.

« Il y a le nom des gens qui sont cités et qui n’ont jamais été entendus, ni au niveau de l’enquête préliminaire par les officiers, ni par le juge d’instruction. Il est très important de faire comparaître ces personnes. D’autant plus que ce sont ces personnes-là qui ont désigné d’autres personnes, qui sont, elles, inculpées », a recommandé Maître Amidou Ouattara.

Les auditions se poursuivront lundi 9 Janvier 2017.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*