Burkina Faso: Un recours a été introduit contre la candidature à la présidentielle de Roch Marc Christian Kaboré, le “concepteur de la modification de l’article 37”

Burkina Faso: Un recours a été introduit contre la candidature à la présidentielle de Roch Marc Christian Kaboré, le “concepteur de la modification de l’article 37”

L’un des candidats à la présidentielle du 11 octobre au Burkina a introduit dimanche un recours en annulation de la candidature de Roch Marc Christian Kaboré, un des favoris du scrutin et ancien pro-Compaoré, passé à l’opposition.

“Nous avons soumis au conseil constitutionnel un recours contre la candidature à la présidentielle de cinq personnalités dont Roch Marc Christian Kaboré, président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)”, a déclaré à l’AFP Ablassé Ouédraogo, candidat de “Le Faso Autrement”.

Les députés du parlement intérimaire ont voté en avril une loi rendant “inéligibles” les personnes ayant “soutenu un changement inconstitutionnel portant atteinte au principe de l’alternance démocratique” visant le maintien au pouvoir de l’ex-président Blaise Compaoré.

“C’est pour cela que nous avons soumis un recours contre (…) Roch Marc Christian Kaboré, concepteur de la modification de l’article 37”, a expliqué M. Ouédraogo.

Ancien baron du régime déchu, plusieurs fois ministre, et ex-président de l’Assemblée nationale (2002-2012), M. Kaboré avait d’abord été à l’origine d’un projet de révision constitutionnelle autorisant le maintien au pouvoir de l’ex-président, avant de tomber en disgrâce en 2012.

Après avoir fondé le MPP avec d’autres ex-apparatchiks, il avait ensuite mené la fronde en 2014 contre cette même tentative de révision constitutionnelle.

Selon M. Ouédraogo, “dans la loi burkinabè, le désistement n’est pris en compte que s’il est volontaire alors que Roch Kaboré et les autres du MPP n’ont pas quitté le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès, ex-parti présidentiel) de gaité de coeur. Ils y ont été contraints”.

Son recours vise également quatre ex-pro-Compaoré: Djibril Yipéné Bassolé (ancien chef de la diplomatie de Compaoré), Yacouba Ouédraogo (ex-ministre des Sports), Ram Ouédraogo et Salvador Yaméogo, deux responsables politiques de l’ex-majorité, dont les candidatures font déjà l’objet d’une demande d’invalidation introduite la veille par Me Bénéwendé Sankara.

Seize candidats -sur 22 enregistrés- ont été retenus pour la présidentielle par le Conseil constitutionnel sur une liste provisoire pouvant être contestée uniquement par ces mêmes candidats préalablement retenus.

Des élections présidentielle et législatives se tiendront le 11 octobre au Burkina afin de doter ce pays de nouveaux dirigeants après la “transition démocratique” d’un an mise en place après la chute de Blaise Compaoré, chassé par la rue après 27 ans de pouvoir.

Source: AFP

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.