Burkina Faso : Vers la réhabilitation de Blaise Compaoré ?

Burkina Faso : Vers la réhabilitation de Blaise Compaoré ?

Chassé du pouvoir en 2014, Blaise Compaoré est de moins en moins ostracisé au Burkina Faso. Retour en grâce populaire, opportunisme politicien ou trompe l’œil de l’Histoire ?

« Je suis fier d’avoir servi le Burkina Faso aux côtés de Blaise Compaoré ». La phrase, entendue samedi 5 mai lors du 7e congrès ordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, l’ex-parti au pouvoir), ne devrait pas surprendre, tant le départ précipité de l’ancien chef de l’État, le 31 octobre 2014, n’a pas été suivi d’une purge drastique dans le Landerneau politique burkinabè.

Cette fois, pourtant, la déclaration d’empathie envers l’ex-président exilé n’était pas prononcée par l’un de ces caciques qui refusèrent de migrer vers le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), la formation politique opportunément créée par des proches du « beau Blaise », lorsque le trône de ce dernier donna les premiers signes de vacillement. Ce samedi, c’est Zéphirin Diabré qui valorisait son apprentissage politique à l’ombre de cette statue présidentielle qu’il invita pourtant à déboulonner.

Adversaire de son adversaire

« Trahison ! », lancent déjà des internautes à cette figure de proue de l’opposition politique, pré-insurrection et post-insurrection -, censément solidaire des insurgés de 2014.

C’est que Diabré est un stratège politicien qui connaît son principal acquis – à savoir être le leader du premier parti d’opposition à l’Assemblée nationale -, et son principal échec – qui a été de ne pas être parvenu à passer le cap du premier tour de l’élection présidentielle de 2015, Diabré a alors terminé second, derrière un élu déjà majoritaire.

Lire la suite sur jeuneafrique.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.