Burkina : l’ex-RSP conseillé par Dienderé et Bassolé “refuse” de désarmer

Burkina : l’ex-RSP conseillé par Dienderé et Bassolé “refuse” de désarmer

L’état-major général des armées a annoncé lundi dans un communiqué que l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), auteur d’un coup d’Etat avorté contre le gouvernement de transition, “refuse” de poursuivre le désarmement.

Ce processus de désarmement, prévu par un accord entre putschistes et armée loyaliste et entamé vendredi, est “dans une impasse”, souligne l’état-major.

Le Général Pingrenoma Zabré dénonce “le refus de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle de poursuivre le désarmement en créant des incidents et en agressant le personnel chargé de cette mission”.

L’état-major relève également “le comportement ambigu du général Gilbert Diendéré”, le chef des putschistes, sans donner plus de détails.

Depuis l’échec du putsch dont il avait pris la tête, le général se trouvait à l’intérieur de la caserne Naaba Koom 2 du RSP, située juste derrière le palais présidentiel, dans le sud de Ouagadougou.

la caserne Naaba Koom 2 du RSP Burkina : lex RSP conseillé par Dienderé et Bassolé refuse de désarmer

Dans leur communiqué, les Forces armées nationales du Burkina Faso (FAN) appellent “les vaillantes populations du Burkina (…) à se tenir prêtes à appliquer les mesures de sécurité qui pourraient être données incessamment”.

Elles réaffirment leur ferme volonté à faire respecter les dispositions prises par les autorités politiques.

Source: BBC

___________

La transition révèle une résistance du Rsp organisée par Dienderé et Bassolé

Le gouvernement de transition accuse lundi les putschistes déchus du Rsp d’avoir pris en otage des soldats.

A travers un message du gouvernement de transition sur la situation nationale, Ouaga dénonce les agissement du général putschistes Diendéré et d’un autre pro-Compaoré et dont les comptes ont été récemment gelés, Djibril Bassolé.

Djibril Bassolé Burkina : lex RSP conseillé par Dienderé et Bassolé refuse de désarmer

“Malgré les gages de bonne foi, le processus de désarmement commencé samedi 26 septembre et qui se poursuivait normalement a été brutalement remis en cause hier 27 septembre par le général Diendéré, qui a fait savoir à ses éléments que le RSP ne saurait être dissout par la Transition et qu’il valait mieux résister. Cette résistance s’organise actuellement autour d’une poignée d’éléments putschistes, instrumentalisés par le général Diendéré, appuyé désormais par le général Djibril Bassolé”, relève t’on du document transmis qui poursuit “cette poignée d’irréductibles a pris en otage non seulement les membres de l’ancien RSP désireux de rejoindre le camp de la raison, mais aussi le personnel des forces armées nationales chargé de l’enlèvement des armes.”

Ouagadougou qui indique  avoir connaissance de la mobilisation de forces étrangères et de groupes djihadistes que les résistants auraient, à en croire les autorités, appelé à leur secours dans la réalisation de leur” funeste dessein”, mentionne également que plusieurs éléments de l’ancien Rsp se sont rendus et ont rejoint “le camp de la raison”

A l’image de l’Etat major plus tôt (voir article lié, ndlr), le gouvernement en appelle à “la mobilisation et à la vigilance” en maintenant et renforçant “la mobilisation générale et le patriotisme dont nous avons toujours su faire preuve dans les moments critiques de notre histoire.”

“Ensemble, défendons les acquis de notre insurrection populaire, préservons les biens publics et privés, évitons les actes de représailles et la vengeance privée, rassurons les membres de l’ancien RSP et leurs familles.Ne cédons ni à la panique, ni à la haine, ni au désespoir.Nous avons déjà démontré par le passé que nous sommes un peuple vaillant capable de surmonter les pires épreuves.” conclu la déclaration du Gouvernement de la Transition.

Boa

Source: Koaci.com

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE