Cache d’armes découverte à Atécoubé : L’activiste Steve Beko dénonce une arnaque du gouvernement Ouattara

Cache d’armes découverte à Atécoubé : L’activiste Steve Beko dénonce une arnaque du gouvernement Ouattara

Le 27 Septembre, la presse ivoirienne et internationale rendait compte d’une importante cache d’armes découverte à Attecoubé. Les autorités politiques et militaires ont présenté ce jour, en plus des armes, une carte d’identification pourtant la mention « groupement guerrier pour la dignité et la justice en Côte d’Ivoire » en précisant que c’était une organisation inconnue.
Et pourtant, le régime Ouattara vient encore une fois d’être pris en flagrant délit de mensonge.

Le Groupement Guerrier pour la Dignité et la Justice en Côte d’Ivoire

Les autorités prétendent ne pas connaitre ce mouvement mais les preuves surabondent pour prouver le contraire. Le journal L’intelligent d’Abidjan dans son édition du 25 mai 2011 nous propose l’interview d’un commandant des FRCI présenté comme Traoré Zanga, Commandant du « Groupement guerrier pour la dignité et la justice en Côte d’Ivoire ». Ce dernier avait son bureau situé dans les locaux du Commissariat du 1er Arrondissement au Plateau

ECOUTONS LE:

« Dans la stratégie d’attaque, depuis Abobo, un groupe devait progresser vers Williamsville et un autre vers le Plateau avec le commandant Chérif Ousmane. Donc, nous faisions partie du groupe qui devait progresser vers le Plateau. Après avoir conquis le Plateau, étant donné que le Commissariat du 1er Arrondissement est un poste stratégique, nous avons posté des éléments-là. »

« Nous sommes venus de Bouaké. Nous étions à Abobo. Avec l’entêtement de Laurent Gbagbo à rester au pouvoir, nous avons pris des dispositions. Nous avons commencé à Abobo Pk 18, ensuite à Abobo avocatier, à Abobo gare jusqu’au Samanké où nous avons détruit des chars. »

« J’ai de bons rapports avec le commandant Wattao avec qui j’échange. Tout comme avec le commandant Chérif avec qui j’évoluais dans l’offensive. »

« Aujourd’hui, les pères de la victoire sont connus. Il y a, entre autres, moi, Traoré Zanga, Coulibaly Sindou à Abobo derrière rails avec Sangaré Fousseni. Quand on évolue vers Adjamé, il y a Coulibaly Ibrahim, Ouattara Lacina dit Barbu et Abass. Ce sont les personnes-là qui ont combattu et qui continuent de combattre. »

Comment avec toutes ces informations, les autorités militaires peuvent-elles parler de découvertes de caches d’armes et de ce groupe de combattant ? Ce sont des gens qui ont aidé Ouattara dans son offensive militaire. Depuis 2011, ils revendiquent leur appellation de « Groupement guerrier pour la dignité et la justice en Côte d’Ivoire ». Comment fait-on pour découvrir ce dont on a déjà connaissance.
Ces précisions sont nécessaires avant que l’on accuse encore des partisans du président Gbagbo d’être les commanditaires.

En conclusion, ce groupe existe depuis 2011, il est connu des autorités politiques et militaires. Alors soit, c’est un règlement de compte entre FRCI ou une tentative de diversion mais en aucun cas une découverte.

Steve Beko

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE