Cameroun: Une femme arrètée avec 2750 munitions à Méïganga

Cameroun: Une femme arrètée avec 2750 munitions à Méïganga

Elle séjourne depuis le 12 mars 2015 à la compagnie de gendarmerie.

Dame Matchouang Vougmo née vers 1966 est depuis le 12 mars 2015 gardée dans les geôles de la compagnie de gendarmerie de Méïganga, chef-lieu du département du Mbéré dans l’Adamaoua. A l’origine de son arrestation, la détention de 2750 munitions de chasse de calibre 12. Selon une source policière, c’est au cours de l’embarcation des bagages de la dame dans une agence de voyage que l’affaire a été déclenchée. «Au moment d’embarquer ses bagages, le convoyeur a trouvé le sac de la dame suspect et a fait appel à la gendarmerie qui est immédiatement descendue sur les lieux.

Lorsque le sac a été ouvert, on a retrouvé 11 cartons de munitions de calibre 12, soit 2750 munitions de chasse. Elle sera immédiatement conduite à la compagnie de gendarmerie pour besoin d’enquête», indique notre source policière. «Depuis que nous vivons le triste évènement de l’Extrême-Nord, les populations nous apportent de plus en plus leurs collaborations à travers les renseignements qu’elles mettent à notre disposition. La preuve, c’est un convoyeur qui nous a permis de mettre la main sur cette dame», témoigne le policier.

Selon nos sources à la compagnie de gendarmerie de Méïganga, dame Matchouang Vougmo serait une enseignante. Elle serait même directrice d’une école primaire dans la localité de Yamba dans le département du Mbéré. Une zone réputée dangereuse au vu des assauts répétés dans antis Balaka qui sont indexés dans les multiples enlèvements de bergers enregistrer non loin de la frontière avec la République Centrafricaine. «Elle dit qu’elle a acheté ces munitions à Tsang pour les revendre aux chasseurs de Yamba où elle enseigne», explique un gendarme.

La gendarmerie qui veut bien savoir comment elle a pu se procurer une aussi importante quantité de munitions a demandé à dame Matchouang Vougmo de lui fournir son autorisation d’achat. Un document qui 72 h après son arrestation n’avait pas encore été fourni par cette dernière. Le 28 janvier dernier, une femme avait déjà été interpellée à Ngaoundéré en possession de 1500 munitions du même calibre, à destination du Mayo-Danay.

Francis Eboa

Source: L’Oeil du Sahel

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.