Capitalisme et  Développement : Mythe ou Réalité ?

Capitalisme et Développement : Mythe ou Réalité ?

Au regard de la situation socio-économique mondiale, un constat s’impose : les gouvernements de par leurs politiques ne contribuent pas au bien-être de leurs citoyens. De plus en plus agressifs, les gouvernements ont, de nos jours facilement recours à leur puissance militaire, à des politiques de financement nuisibles, à l’oppression et à l’invasion d’autres pays jugés faibles. Tout cela pour dissimuler l’échec de leurs politiques défaillantes.

Mais, pour tout dire, il s’agit d’une répétition de l’histoire, due au  désir intemporel de l’humain de contrôler ou de diriger le monde par tous les moyens.

Cette obsession a créé trois catégories d’êtres humains : celui qui a choisi de diriger/présider, celui qui a choisi le rôle de serviteur et un troisième qui  est subordonné à tous les autres humains.

Cette catégorisation de l’espèce humaine dont les racines remontent aux origines du temps se perpétue de génération en génération.

Ainsi, en partant de 1884, date à laquelle à Berlin, les pays européens ont décidé d’envahir l’Afrique et en passant par les grandes guerres des derniers siècles (la première guerre mondiale, la  seconde  guerre mondiale, la guerre du Vietnam, la guerre de Corée, la révolution chinoise et toutes les guerres par procuration),  nous sommes toujours confrontés au même scénario.

Derrière chaque guerre se cache cette catégorisation de l’espèce humaine et une

attention particulière doit être portée à la première catégorie (celle des

gouvernants) qui par la voracité de l’appétit  impérialiste de ses membres, ajouter aux problèmes socio-économiques et aux politiques défaillantes des gouvernements, dissimule mal son approche impérialiste du monde. 

I-  L’ECONOMIE EUROPEENNE ENTRE 1850 ET 1884

La révolution industrielle n’a pas eu que des conséquences heureuses pour l’Europe. Elle a entre autres été à la source d’un déficit croissant de la balance commerciale européenne. Ce déficit était dû à une diminution des exportations et à un protectionnisme accru des marchés en raison de la récession.

Face à cette situation économique périlleuse, la Grande Bretagne, l’Allemagne, la France et d’autres pays industriels européens ont vu dans le continent africain, considéré comme un « continent barbare et non civilisé », un  marché ouvert pour le surplus de leurs produits.

La partition de l’Afrique en morceaux aux sorties de la conférence de Berlin peut être considérée à juste titre comme un moyen pour les Européens d’éliminer la guerre en Europe.

La Grande-Bretagne est devenue la première nation post-industrielle dans le monde.  Le secteur des services financiers est devenu de plus en plus important dans son économie. En outre, elle n’a pas hésité à investir des fonds à l’étranger, dans des matériaux peu coûteux et dans des ressources naturelles qui parce qu’elles étaient simplement exportées étaient très rentables.

Cet état des choses ne pouvait qu’encourager l’évolution de l’impérialisme qui a commencé par se manifester en raison de la nécessité de trouver des ressources naturelles indisponibles en Europe. Il s’agit en particulier du cuivre, du coton, du caoutchouc, de l’huile de palme, du cacao, du diamant, du thé, de l’or et de l’étain. En effet, l’Europe était devenue une grande consommatrice de ces matières dont son industrie était dépendante.

Par ailleurs, la Grande-Bretagne souhaitait conserver les côtes méridionales et orientales de l’Afrique qui lui servaient de port escale sur le chemin de l’Asie et de ses territoires de l’Inde.

La concurrence était rude entre les pays européens. De nouvelles puissances industrielles émergeaient. Tel est par exemple l’Allemagne, qui avait de nouvelles usines et une main-d’œuvre moins chère.

L’invasion, l’occupation, la colonisation et l’annexion du territoire africain par les puissances européennes au cours de l’ère Nouvelle de l’exploration Impérialisme entre 1881 et la Première Guerre mondiale, (1914) a bien évidemment rencontré de la résistance de la part des peuples africains. Cependant, les Européens, grâce à leur suprématie militaire ont réussi,  à l’exception de l’Ethiopie et du Libéria qui sont restés indépendants, à conquérir le territoire africain. Il faut souligner néanmoins que seulement 10% de l’Afrique a été conquis en 1870 et 90% le sera en 1914. 

II- LA PREMIERE  GUERRE MONDIALE : 1914 A 1918

La Première Guerre mondiale a été une catastrophe, une tragédie qui  a détruit l’humanité. Mais le pire, c’est les causes à la base de cette guerre dite « la grande guerre ». Il s’agit de  l’impérialisme, du nationalisme, de la recherche de l’hégémonie, le besoin inutile et incompréhensible d’être un magnat de la guerre et  l’exercice de prouesses économiques.

La révolution industrielle avait créé des marchés de consommation pour les entreprises. Toutefois, l’augmentation du nombre des producteurs se concurrençant sur le même marché a déclenché une compétition sauvage entrainant elle-même une stagnation de l’économie européenne à la fin du 19ème siècle.  Cette compétition entre les entreprises a entrainé un développement des sentiments nationalistes, sentiments favorisés par la propagande publique. La nation est devenue un critère déterminant dans les rapports entre les Etats et les autres nations sont diabolisées à souhait aux yeux du peuple.

A titre d’exemple, la Grande-Bretagne estimait qu’il était de son devoir de civiliser les barbares ou sauvages africains et asiatiques. La Russie, elle justifiait sa mainmise sur les Balkans et l’Autriche au début du XXème, par des motivations culturelles. . Le tsar russe Nicolas II souhaitait poursuivre ce qui a été identifié comme du “panslavisme” ou un effort pour rassembler toutes les populations slaves sous sa direction.

La politique économique des Etats à cette période consistait à imposer de lourdes taxes à l’importation, ce qui augmentait considérablement  le coût des produits étrangers et rendait les biens de la nation d’accueil moins chers pour les nationaux. Évidemment, cette politique était pratiquée également par les autres nations. Les prix ayant augmenté, le commerce s’est détérioré et le chômage a augmenté. Cette situation socio-économique n’a pas manqué d’entrainer des troubles internes et une instabilité sociale. En réaction, les politiciens ont cherché des boucs émissaires et ont  opportunément tenus les autres nations pour responsables. Cela a conduit à plus de droits de douane, le commerce a diminué, une hausse du chômage, des troubles, et ainsi de suite.

Par ailleurs, la révolution industrielle avait permis le développement de nouvelles technologies telles la fabrication d’armes nouvelles et le perfectionnement des anciennes armes telles que les pistolets, les navires en aciers plaqués et cuirassés. Ces nouvelles technologies, associées à une fierté nationaliste exacerbée, ont entrainé le monde dans une course à l’armement comme il n’en avait jamais connu auparavant.  A tous ces éléments, il fallait ajouter l’appétit insatiable de certains individus d’accroître par tous les moyens leurs richesses y compris le recours à la force militaire.  Ainsi, dès qu’une nation commence à développer son armement, ses concurrents faisaient la même chose et essayaient de surpasser la première nation. Ce qui ne faisait qu’alarmer la première nation, qui augmentait à son tour son armement et ainsi de suite. Chaque nation agissait conformément à ce qu’elle  ressentait et considérait comme de la légitime défense. Ce qui était considéré par les autres nations comme un acte d’agression.

Les Etats-Unis d’Amérique et la première guerre mondiale

En ce qui concerne les Etats-Unis d’Amérique, on peut légitimement se demander si la Première Guerre mondiale lui avait apporté un avantage économique? Si le système financier américain avait été profondément transformé à cause de cette guerre?

Avant la première guerre mondiale, l’économie Américaine était en dépression. L’entrée des États-Unis dans la guerre en 1917 a augmenté les dépenses fédérales et a fait passer la production nationale civile en productions de guerre.

Cette guerre a permis, entre 1914 et 1918,  le recrutement de trois millions (3, 000,000) de travailleurs supplémentaires dans l’industrie militaire et de  cinq cent mille (500,000) travailleurs dans l’administration. La perte d’emploi a chuté de 7,9% à 1,4 % en raison de la création d’emplois manufacturiers.

Hugh Rockoff, chercheur associé à NBER, estimait le coût complet de la Première Guerre mondiale aux États-Unis à la somme de $ 32,000,000,000.00 soit 52% du produit national brut à l’époque. Il estimait le soutien financier des Etats-Unis à l’entrée dans la guerre comme suit : 22% des impôts, 58% par des emprunts publics et 20% en création monétaire.

La preuve irréfutable des avantages économiques de la première guerre mondiale sur l’économie américaine est le vote du « The war revenue Act » de 1917 qui n’était ni plus ni moins une loi destinée à gérer le surplus de richesses apporté par l’entrée en guerre des Etats-Unis. 

Ce n’est donc pas à tort que les États-Unis sont considérés comme le grand bénéficiaire de la Première Guerre mondiale. En effet, quand la guerre avait commencé l’économie Américaine était en récession, le taux de chômage était  extrêmement élevé. L’Etat presque en faillite, était incapable de faire face à ses obligations monétaires internationales. Mais, après la guerre, les États-Unis ont pu lancer un grand projet international de financement  en Amérique latine. Ils ont récupéré à leurs avantages, le rôle traditionnellement joué par le Royaume-Uni.  New York est apparu comme l’équivalent de Londres et a su se positionner de sorte à devenir le principal centre monétaire mondial en raison de la guerre qui avait affaibli le Royaume-Uni. 

Les victimes de la première guerre mondiale et les statistiques 

Une approche simple qui permet de comprendre l’effusion de sang et le massacre qui a eu lieu durant la Grande Guerre est l’examen des chiffres. Il faut préciser qu’il n’existe pas de consensus sur les chiffres et cela est dû à la perception de chaque groupe des faits, à la défaillance du système d’enregistrement de l’époque mais surtout à la perte ou la destruction d’un certain nombre de documents officiels. Les statistiques présentées dans les tableaux ci-dessous indiquent des informations confirmées par plusieurs sources et sont conformes aux estimations actuelles de la plupart des Experts.

PaysTotal des Forces mobiliséesDécès BlessésPrisonniers et disparusNombre total de victimesPertes en% des forces
Puissances alliées et associées
Russie12,000,0001,700,0004,950,0002,500,0009,150,00076,3
Empire britannique8,904,4679083712,090,212191,6523,190,23535,8
France8,410,0001,357,8004,266,000537,0006,160,80073,3
Italie5,615,000650,000947,000600,0002,197,00039,1
États Unis4,355,000116,516204,0024,500323,0187.1
Japon800,000300907312100,2
Roumanie750,000335,706120,00080.000535,70671,4
Serbie707,34345.000133,148152,958331,10646,8
Belgique267,00013,71644,68634,65993,06134,9
Grèce230,0005,00021,0001,00027.00011,7
Portugal100,0007,22213,75112,31833,29133,3
Monténégro50.0003,00010.0007,00020.00040,0
TOTAL42,188,8105,142,63112,800,7064,121,09022,062,42752,3
Puissances alliées et associées
Allemagne11,000,0001,773,7004,216,0581,152,8007,142,55864,9
Autriche-Hongrie7,800,0001,200,0003,620,0002,200,0007,020,00090,0
Turquie2,850,000325,000400,000250,000975,00034,2
Bulgarie1,200,0008,500152,39027,029266,91922,2
TOTAL22,850,0003,386,2008,388,4483,629,82915,404,47767,4
TOTAL65,038,8108,528,83121,189,1547,750,91937,466,90457,5

En Afrique, les estimations des décès ont été faites en fonctions des frontières contemporaines par un journaliste russe du nom de Vadim Erlikman. L’estimation est parue en 2004 dans un manuel portant sur les pertes en vies humaines durant le 20ème siècle. Les estimations d’Erlikman sont basées sur des sources publiées en Union soviétique et en Russie. Ces chiffres portent uniquement sur le nombre de soldats décédés sans faire référence au nombre de civils tués tant pendant la guerre qu’après celle-ci.

Algérie (connues en 1914 sous le nom de l’Algérie française): 26 000 morts

Bénin (1914 partie de l’Afrique occidentale française): 27 000 morts

Burkina Faso (1914 partie de l’Afrique occidentale française): 17 000 morts

République centrafricaine (1914 connu sous le nom français de l’Oubangui-Chari): 1000 morts

Tchad (1914 partie de l’Afrique équatoriale française): 1500 morts

République du Congo (1914 partie de l’Afrique équatoriale française): 32 000 morts

Gabon (1914 partie de l’Afrique équatoriale française): 10 500 morts

Ghana (1914 connue sous le nom de Gold Coast): 16 200 morts

Guinée (1914 partie de l’Afrique occidentale française): 14 500 morts

Côte-d’Ivoire (1914 d’une partie de l’Afrique occidentale française): 12.000 morts

Kenya (1914 connu comme l’Afrique de l’Est britannique): 32.000 morts

Madagascar: 2.500 militaires

Malawi (1914 connu sous le nom du Nyassaland): 3000 morts

Mali (1914 partie de l’Afrique occidentale française): 60 000 morts

Maroc (1914 connue sous le protectorat français du Maroc): 8.000 morts

Mozambique : 52000 morts

Namibie (1914 connu sous le nom allemand du Sud-Ouest africain): 1000 morts

Niger (1914 partie de l’Afrique occidentale française): 1000 morts

Nigeria (1914 partie de l’Afrique de l’Ouest): 85 000 morts

Rwanda (1914 partie de l’Afrique orientale allemande) 15.000 morts

Sénégal (1914 partie de l’Afrique occidentale française): 36.000 morts

Sierra Leone (1914 partie de la Colombie-Afrique de l’Ouest): 1000 morts

Tanzanie (1914 partie de l’Afrique orientale allemande): 50 000 morts

Togo (1914 connu sous le nom Togoland allemand): 2.000 morts

Tunisie (1914 connu sous le nom français Tunisie): 2.000 morts

Ouganda (1914 connu sous le Protectorat de l’Ouganda): 1500 morts

Zambie (1914 connu sous le nom de Rhodésie du Nord): 2.000 morts

Zimbabwe (1914 connu comme Rhodésie du Sud): 5716 personnes d’origine européenne ont servi dans la guerre. 700 ont été tués. Dans les unités de la Rhodésie, 127 personnes ont été tuées, 24 personnes sont mortes de leurs blessures, 101 personnes sont décédées des suites d’une maladie et on compte 294 blessés. 31 Africains ont été tués sur le front, 142 sont morts d’autres causes et 116 ont été blessés.

Après la Première Guerre mondiale, les chercheurs ont décidé de rechercher les causes de cette guerre c’est-à-dire les motifs qui ont été déterminant dans son avènement. A la fin de la guerre, les Etats-Unis ont mis en place une commission ayant pour mission de déterminer pourquoi et comment les Etats-Unis se sont retrouvés impliquer dans la guerre. Cette commission a conclu à la suite de ses travaux que les Etats-Unis étaient entrés en guerre pour protéger leurs intérêts commerciaux internationaux, principalement dans le commerce des armes. Ainsi, contrairement à une croyance très répandue, les Etats-Unis ne sont pas rentrés dans la guerre pour défendre ou mieux, pour libérer le monde. En effet, bien que neutre, les Etats-Unis constituaient la principale source d’approvisionnement en armes pour les deux alliances: la Triple Entente (la Grande-Bretagne, la France et les Empires russe) et la Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie). En fin de compte, les deux coalitions ayant pris la décision de ne plus reconnaître l’impartialité des Etats-Unis, ont commencé à attaquer ses intérêts commerciaux. C’est ce qui a, en réalité, entrainé l’entrée en guerre directe des Etats-Unis.

La doctrine impérialiste a entrainé de nombreux affrontements entre les puissances européennes. Les vieilles puissances comme l’Angleterre et la France devaient s’efforcer de protéger leurs colonies contre de nouvelles puissances comme l’Allemagne qui avait des vues sur ces dernières.  Un facteur diplomatique qui a également joué dans les causes de la guerre était l’abus des alliances militaires secrètes. Ces multiples alliances ont instauré un climat de méfiance général. En fait, les deux principales alliances militaires pendant la Première Guerre mondiale, la Triple Entente et la Triple Alliance sont les conséquences directes de ces alliances. 

III- La deuxième guerre mondiale

A la fin de la Première Guerre mondiale, de nombreux désaccords étaient restés en suspens. L’Allemagne et les autres pays vaincus n’ont pas été invités à prendre part aux différents traités de paix signés à la fin de la guerre et l’accord de Versailles, signé à la fin de la Première Guerre mondiale, a placé l’entière responsabilité de la guerre sur l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

Parce que la responsabilité de la guerre a été imputée aux puissances centrales, elles devaient donc prendre en charge la réparation des dégâts et le payement des dettes de la France et de la Grande-Bretagne. Ainsi, alors que l’Allemagne était déjà sérieusement endettée et le peuple Allemand dévasté par l’état de sa patrie, l’Allemagne a été contrainte d’emprunter de grosses sommes auprès des États-Unis afin de rembourser à la France et la Grande-Bretagne, les réparations de guerre. Lorsque la Grande Récession a frappé les économies Américaines et Européennes, l’Allemagne ne pouvait plus avoir accès aux fonds provenant des États-Unis. Bien que ruinée, l’Allemagne a continué de payer  la France et la Grande-Bretagne.  L’échec de l’Amérique à se joindre à la Société des Nations a affaiblie l’Europe. L’Accord de Versailles était si faible et mal coordonné, qu’en raison de la détresse du peuple Allemand et de la ruine de l’Etat Allemand, il a permis à Adolf Hitler et au parti nazi de prendre le pouvoir. Il est juste d’affirmer que la Première Guerre mondiale était la principale cause de la seconde, car elle a été le premier maillon dans la chaîne d’événements qui ont finalement conduit à l’annonce de la seconde guerre mondiale en 1939.

La violence de cette guerre était justifiée par la ferme volonté de la coalition (Japon, Allemagne et Italie) d’englober dans le conflit leurs petits voisins et les anciennes puissances coloniales, notamment la Grande-Bretagne, la France et la Hollande. Avant 1914, on avait d’une part, la “Triple Coalition” composée de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Empire austro-hongrois et d’autre part, la ‘’Triple-entente’’, composée de la Grande-Bretagne, de la France et de la Russie. Mais la récession économique mondiale a incité les nations à créer désormais de strictes “coalitions” économiques afin de défendre leurs industries et les sources d’approvisionnement en matières premières. Des tensions sont nées lorsque des Etats comme le Japon et l’Allemagne ont voulu importer des ressources précieuses comme le pétrole et le caoutchouc. En outre, les barrières commerciales ont rendu nombre de ressources tout simplement trop coûteux à importer. La réponse à cette situation difficile pour le Japon et l’Allemagne était d’étendre leurs hégémonies par une invasion militaire, afin d’accéder aux ressources dont ils avaient besoin pour alimenter leurs économies.

La Grande Récession a eu des répercussions importantes dans le domaine politique. En 1932, l’agonie économique des Etats-Unis a conduit à l’élection du démocrate Franklin D. Roosevelt à la présidence. Roosevelt a introduit des changements majeurs dans l’organisation de l’économie américaine, par le biais d’une stricte réglementation gouvernementale et de substantiels investissements dans le domaine des travaux publics. Mais en dépit de cet engagement énergique, le chômage augmentait et la stagnation économique continuait. La récession a complètement pris fin peu après l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale en 1941. En Europe, la Grande Récession renforçait les forces radicales et a sérieusement porté atteinte à la démocratie libérale. En Allemagne, les difficultés économiques vont contribuer à l’ascension d’Adolf Hitler au pouvoir en 1933. 

Les victimes de la Seconde Guerre mondiale (Source: LE MUSÉE NATIONAL NEW ORLEANS)

PaysDécès militairesNombre de morts civils et militaires
Albanie30.00030.200
Australie3980040,500
Autriche261000384,700
Belgique1210086,100
Brésil10002,000
Bulgarie22.00025.000
Canada4540045,400
Chine3-4,000,00020,000,000
Tchécoslovaquie25.000345,000
Danemark2,1003,200
Indes néerlandaises3-4,000,000
Estonie51,000
Ethiopie5000100,000
Finlande95,00097,000
France217,600567,600
Indochine française1-1,500,000
Allemagne5,533,0006,600,000 – 8,800,000
Grèce20,000-35,000300,000-800,000
Hongrie300,000580,000
Inde87,0001,500,000-2,500,000
Italie301,400457,000
Japon2,120,0002,600,000 – 3,100,000
Corée378,000 – 473,000
Lettonie227,000
Lituanie353,000
Luxembourg2,000
Malaisie100,000
Pays-Bas17.000301,000
Nouvelle Zélande11,90011,900
Norvège3,0009,500
Papouasie Nouvelle Guinée15.000
Philippines57000500,000-1,000,000
Pologne240,0005,600,000
Roumanie300,000833,000
Singapour50.000
Afrique Du Sud11,90011,900
Union Soviétique8,800,000-10,700,00024,000,000
Royaume-Uni383,600450,700
États Unis416,800418,500
Yougoslavie446,0001,000,000

Pertes américaines dans la deuxième guerre mondiale

GuerreNombre serviceDécès au combatMaladies et accidentsBlessésNombre de victimes
Deuxième Guerre Mondiale16,353,659292,131115,185670,8461,078,162

Victimes de World-Wide *

Décès de bataille15,000,000
Blessés de guerre25,000,000
Décès civils45,000,000

* Les estimations de pertes World-Wide varient selon les sources. Le nombre de morts parmi les civils Chinois pourrait s’élever à plus de 50.000.000. 

IV- Le capitalisme est-il un modèle économique prospère ou une illusion?

D’Adam Smith à nos jours, il a défilé nombre de courants d’économistes, d’écoles qui avaient tous des théories ou des points de vue sur la façon d’appliquer les nouvelles et anciennes  théories, ou encore  comment combiner les deux pour résoudre les problèmes économiques et sociaux.

Néanmoins, aucun de ces économistes ou écoles n’a su résoudre le problème de l’inégale répartition des richesses tant dans le système capitaliste que communiste. Dans l’un comme dans l’autre de ces systèmes économiques, 99% de la classe moyenne est de plus en plus pauvre et l’autre 1% devient de plus en plus riche. Bien que la philosophie communiste ait disparu dans les années 90, peu de choses ont vraiment changé dans les anciens pays Soviétiques qui actuellement ont soient disant adopté le capitalisme comme modèle. Le système économique de ces pays est presque en faillite. C’est également le cas des autres pays Européens. Les dettes de la plupart de ces pays représentent en moyenne 95% de leur PIB.

Il semble que toutes ces théories soient plutôt là pour servir la classe dirigeante qui représente à peine 1% de la population. Les 99% qui travaillent réellement, en cumulant deux ou trois emplois et en rêvant d’être prospères, vivent un rêve.

Aux Etats-Unis, les dettes des prêts des étudiants sont au-dessus de 1 trillions USD (Mille Milliards de Dollars). Les taux d’intérêts sont en concurrence avec les cartes de crédits, l’emploi incertain et les chances de trouver un travail à la fin des quatre années de collèges sont minces. Tout cela ne prédispose pas d’un bel avenir.  De l’autre côté, si on prend le Zimbabwe, on constate qu’il a un bon système éducatif qui fonctionne correctement et ce, sans aucune aide internationale. Il a réussi à maintenir son système d’éducation abordable et finançable. Ce qui entraine, une nette diminution de la dette estudiantine.

La Grande Récession aurait pu commencer plus tôt avec l’effondrement  de la bourse de New York en Octobre 1929. Au cours des deux  années suivantes, les prix n’ont cessé de baisser aux Etats-Unis et ce, jusqu’à la fin de 1932. Par ailleurs, des milliers d’investisseurs individuels avaient perdu leurs investissements. Les banques ont été affectées de façon significative, la valeur des actifs et d’autres institutions financières ont chuté. En 1933, 11000 des 25 000 institutions financières avaient été mise en liquidation aux États-Unis. Le crash financier de certaines banques a créé une perte de confiance dans l’économie nationale. Le résultat de ce crash a réduit considérablement la production et a entrainé une hausse dramatique du taux de chômage. La production industrielle a chuté de 54 pour cent aux États-Unis en 1932, par rapport à son niveau de 1929 et la perte d’emploi avait augmenté de 12 à 15 millions, soit de 25 à 30 pour cent de la main-d’œuvre.

En outre, l’excès de production agricole a entrainé une baisse conséquente des prix et une dette croissante dans le secteur agricole et bancaire. Ce qui à son tour entraina  «l’effondrement de Wall Street” en 1929. Cette situation avait entre autres pour cause de graves erreurs politiques dans la gestion de la réserve fédérale. Ces erreurs ont conduit à une baisse de la masse monétaire et au ralentissement de l’économie.

En 1932, la valeur totale du commerce mondial avait chuté de plus de la moitié parce que la plupart des nations du monde cherchait à protéger leurs marchés intérieurs en imposant des tarifs élevés sur le commerce, en augmentant les impôts, et en fixant des quotas sur les importations étrangères. La conséquence de ces mesures de prévention, a été la diminution considérable de la taille et de la valeur du commerce international.

Avant et pendant la Première Guerre mondiale, le monde était en récession économique, une récession aggravée par l’échec de la politique économique et par l’idéologie impérialiste. Comme mentionné ci-dessus, le chômage était très élevé. Le total des forces armées mobilisées pendant la première guerre mondiale était de 65,038,810. Il en a résulté 37,466,904 morts et blessés qui représentait 57,5% des forces engagées. Les dommages collatéraux sont estimés à 10 millions. Pendant la Seconde Guerre mondiale, on a dénombré près de 85 millions de morts et de blessés. Entre la Première Guerre mondiale et la deuxième guerre mondiale, il y a eu plus de 132 millions de morts et de blessés, ce qui a finalement réduit de plus de 75% le taux de chômage mondial. Les projets de reconstruction ont créé ce qu’on a appelé la nouvelle économie qui a connu un bel essor à l’époque. Comme vous pouvez le voir avec le graphique ci-dessous, le taux de chômage des États-Unis avant la seconde guerre mondiale était de 37,6% et celui de l’Allemagne de 36,2%. Ces taux ont presque été tous résorbés pendant la guerre.

général Smedley Butler Capitalisme et  Développement : Mythe ou Réalité ?

Selon le général Smedley Butler, l’un des meilleurs stratèges de tous les temps : « La guerre est un racket». Les guerres sont déclarées pour protéger à peine 1% de la population. Elles sont déclarées afin de protéger les intérêts des entreprises et non pas des gouvernements. Au moins 21 000 nouveaux millionnaires et milliardaires ont été produits aux États-Unis tout au long de la guerre mondiale. Plusieurs ont reconnu leurs énormes gains de sang dans leurs déclarations d’impôt sur le revenu. Le Général Smedley Butler, s’est demandé combien de ces millionnaires de guerres ont déjà épaulé un fusil. Combien d’entre eux ont creusé une tranchée? Combien d’entre eux savaient ce que signifiait avoir faim dans un gourbi infesté de rats? Combien d’entre eux ont passé des nuits sans sommeil, terrifiés, dans des trous à rats à esquiver des tirs, des éclats d’obus et des balles de mitrailleuses? Combien d’entre eux ont contré une attaque de baïonnette d’un ennemi? Combien d’entre eux ont été blessés ou tués dans la bataille?

Quelle est la conséquence de ces guerres ? C’est des pierres tombales nouvellement placées, des organes déformés, des civils traumatisés, des cœurs et des foyers brisés, de l’instabilité économique, des impositions indignes pour des générations et des générations, etc.

Toutes ces choses nous poussent à nous reposer la même question:

Est-ce que le capitalisme est un modèle économique prospère ou est-il juste une illusion? On nous a dit que la classe moyenne est la pierre d’angle que le capitalisme a créé.  On lui fait croire que : « Si vous travaillez dur, vous pouvez avoir du succès! ». Or, le système de classe moyenne dans le capitalisme est juste une assignation temporaire ou le bail d’une richesse. Et donc, c’est juste une question de temps avant que le bailleur ne reprenne le contrôle de son bien. Avec le système capitaliste, le monde entier est en crise financière tous les 5 à 10 ans!

Les Etats-Unis d’Amérique sont le seul pays développé au monde à ne pas avoir été dévasté au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais avait dépensé au après la première guerre mondiale plusieurs centaines de milliards sur la pensée irrationnelle en oubliant qu’avant la guerre, le pays était gravement en récession et que le taux de chômage était très élevé. Ce choix irrationnel des dépenses est revenu après la Seconde Guerre et a créé des problèmes économiques que la guerre froide est venue aggravée. On attend donc la prochaine grande guerre pour résoudre le problème du chômage et de l’emploi.

En Conclusion, les capitalistes ont financé les idéaux communismes et son développement. Il s’agit donc d’un monstre artificiel. Seul 1% de la population des deux côtés jouissent des privilèges. Le communisme a fait son temps. Les pays communismes qui sont devenus capitalistes ne sont pas mieux lotis. Très endettés, ils sont voués à un avenir incertain. Le capitalisme a été et est toujours incapable de résoudre les problèmes de sociaux. Toutes ces théories ne sont que des illusions parce que si le capitalisme était une solution à nos problèmes de sociétés et de prospérité, on ne comprend pas pourquoi les grands pays capitalistes comme les USA, l’Europe, le Japon, etc.  sont presque en faillites avec des taux de chômages très élevés. Le FMI, la Banque Mondiale, les banques centrales interviennent seulement pour rendre les 1% déjà riches beaucoup plus riches et leurs conditions d’interventions ne font qu’empirer la pauvreté  déjà installée dans les pays. Les banques centrales sont des institutions privées, qui ne travaillent pas pour les intérêts du peuple.

Tout pays doit suivre un modèle développement économique basé sur son environnement. L’agriculture est la base du développement d’un pays. De l’agriculture de subsistance, on doit passer à l’agriculture commerciale qui entrainera l’industrialisation de l’agriculture. L’industrialisation de l’agriculture permettra de construire les rails et les trains pour transporter les produits pour leurs commercialisations. L’autosuffisance alimentaire ne serait plus une illusion et l’industrialisation du pays commencera sur la base des ressources locales du pays.

Comment un pays qui est incapable de nourrir sa population fait des prêts bancaires auprès des organismes internationaux  pour construire des hôtels de 35  à 50 étages ?  Le Nigeria, avant la découverte du pétrole, était un pays agricole. Il exportait ses produits agricoles même aux USA et grâce au développement basé sur l’agriculture, la monnaie Nigériane était devenue plus forte que le Dollars et a permis au Nigeria d’importer des équipements agricoles et autres. Dès que le pétrole a été découvert, la production agricole a été complètement anéantie. De nos jours, le Nigeria importe des produits agricoles sans cela il y aura la famine au Nigeria. Le Nigeria utilise l’argent du pétrole qui devrait être un plus pour importer les nourritures de base.

Combien de pays qui ont dévié de l’agriculture parce que telle ressource a été trouvée sur leur territoire importent des produits agricoles maintenant pour subsister? Dans les années 60 à 70 et même début des années 80, certaines maladies comme le cancer étaient considérés comme des maladies occidentales. Maintenant toutes ces maladies ont fait leurs lits dans plusieurs pays africains parce que beaucoup de pays et leurs dirigeants ont raté la conception du développement et pratiquent le «développement par devinette». Ces pays importent tout (eau, volailles, produits agricoles, viandes congelées) mais n’ont même pas de moyens de contrôle sur les produits importés!

Par Dr. Mehenou Amouzou 

CONTRIBUTIONS:

Dr. Amouzou received his Master in Business, from the European Advanced Institute of Management, also a Certificate in Finance and Investment in Paris, France. He completed his Post Graduation work in Political Strategy, International Relation and Defense Strategies and earned his Ph.D. in International Finance.

Contribution to this article and the aforementioned series was made by Raymond Bernhard West from West International Petroleum LLC; Fundacion Paraiso Sin Fronteras; Amouzou Nkrumah Production.

 

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE