CEI : Prêts à revendre

CEI : Prêts à revendre

“La CEI n’accuse aucun retard sur le chronogramme du scrutin. Nous demandons aux populations de se tenir prêtes”. C’est en ces termes que Victoire Alley, porte-parole de la CEI, Commission électorale “indépendante”, mais acquise à Ouattara veut exhorter les populations ivoiriennes et pseud-ivoiriennes à se préparer en vue des scrutins nationaux d’octobre2015. L’agence chinoise Xinhua rapporte l’évènement, mais il est presque passé inaperçu.

Curieuse formulation, due peut-être au style pompeux de la dame qui a voulu impressionner son auditoire. En somme, si je la comprends bien au premier degré, puisque la CEI travaille dans le temps à elle imparti, il faut que les populations soient prêtes à… aller voter le jour dit… et non le lendemain.

Pour être sûre d’avoir bien compris, j’ai recherché la définition “se tenir prêt” dans le Larousse en ligne: “Équivaut à être (avec un aspect de vigilance, de décision, de volonté) : Se tenir prêt à toute éventualité.Se tenir sur ses gardes”. La recherche sur Google met en parallèle aussi la célèbre parole de Jésus “Si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » (Luc 12,39)

Se tenir prêt 8 mois avant les élections, c’est bien joli, mais ce qui intéresse les Ivoiriens maintenant, c’est comment vivre,comment trouver du travail, comment instruire les enfants, comment se soigner,comment faire son deuil face à tous les morts et disparus, comment faire face aux emprisonnements des proches, comment récupérer les biens et les maisons spoliées, comment soutenir financièrement la famille au pays et en exil.Croyez-vous que le “chronogramme”, programme,organigramme,monogramme, infogramme, et autre mot savant se terminant en gramme, ou kilogramme, mais qui ne représente aucun poids en vivres et victuailles, va pouvoir être brandi comme un “sésame ouvre-toi” par les Ivoiriens, et combler leurs attentes, et surtout leurs assiettes et le présent et l’avenir de leurs enfants? Se tenir prêt, c’est être vigilent scruter l’horizon, pour voir d’où viendra le danger ou la rédemption. Se tenir prêt,c’est être en phase avec celui que l’on attend pour qu’il n’ait pas à attendre,pour ne pas le mettre en retard.

Mais qu’est-ce que cela a à voir avec un calendrier d’échéances électorales? Se tenir prêt lorsque l’ordre de marche interviendra. se tenir prêt pour un rendez-vous à ne pas manquer, parce que l’enjeu est énorme. Là, face à une commission électorale, présidée à nouveau par l’ami de Ouattara, déja fraudeur en 2010, et entièrement acquise,quel peut être l’intérêt de faire campagne?

“les Ivoiriens doivent démontrer qu’ils ne veulent plus retourner à la crise électorale de 2010” , poursuit la bonne dame. Ainsi donc, les victimes doivent prouver au bourreau qu’elles sont prêtes à se faire gruger une seconde fois !L’Ivoirien qui n’a rien reçu pendant le premier mandat de Ouattara, si ce n’est humiliation, pauvreté, violence, mépris et indifférence du gouvernement, doit prouver qu’il veut tourner définitivement la page de la Côte d’Ivoire de l’ère Gbagbo. Alors que le pays commençait à sortir du tiers et du quart monde avec une école gratuite, des dettes contractées avant la venue au pouvoir de Gbgabo qui se résorbaient, un pays qui payait et honorait ses fonctionnaires, ses enseignants, une assurance maladie qui allait se mettre en place, des infrastructures autoroutes et ponts planifiés, qui auraient été gratuites, un pays au service public digne de ce nom, notre ivoirien-émergent doit maintenant appeler de ses vœux la Nouvelle Côte d’Ivoire vendue et en faillite, en proie à la violence et à la corruption, où l’argent circule de poche en poche,comme les marchés de gré à gré, mais miraculeusement est promise à l’émergence, parole d’économiste ! Vœux pieux du même Ado-solution de 2010 qui n’a su apporter dans ses bagages que corruption, incompétence et liquidation du patrimoine ivoirien au profit des siens et des lobbies étrangers.

Au programme donc, de cette nouvelle campagne, toujours le chaos, -les ex rebelles ne sont toujours pas démilitarisés-, la mort à petit feu avec un système de santé qui se résume à “vu à la télé”, l’injustice, -suivez le procès de Simone Gbagbo et autres accusés pour vous édifier-, l’absence d’avenir, pas d’emplois, pas d’écoles, pas d’universités dignes de ce nom, encore et toujours l’asservissent total aux lobbies de la finance par le biais de la privatisation à outrance. Tenons-nous donc prêts pour un “Ado le retour” ou “2010 en pire“, puisque toutes ces calamités n’ont pas disparues, malgré le mandat du messie qui nous a été imposé par les armes ou par les urnes,  deux termes presque synonymes. Tout ça pour ça! Se tenir prêt pour accueillir en pleine figure un nouveau déluge et saluer sur le rivage, à  marée montante, l’arche du néo-Ado rempli d’animaux et collabos, mais qui ont oublié d’embarquer la colombe de la paix et son rameau d’olivier.

Se tenir prêt, “les reins ceins et le bâton à la main” pour passer, non pas la Mer Rouge et avancer en direction de la libération de l’esclavage, mais revenir en arrière, en version sécularisée, et saluer le déclin, la pauvreté, la misère, l’endettement de masse d’une nouvelle génération d’esclaves, encadrés par quelques gardes chiourmes, bien dodus, bien gras, nouveaux kapos de cette Côte sans ivoire, à l’éléphant édenté, fatigué, usé et sans forces.

Depuis le 19 février, une campagne publicitaire s’étale dans tous les journaux: le président Ouattara propose une Côte d’Ivoire virtuelle avec un ordinateur ou une tablette et une connexion à prix exceptionnel. On ne sait pas très bien ce qui est à prix exceptionnel, si c’est l’ordinateur ou la connexion, mais tout le monde va se précipiter, c’est évident; voici l’occasion de s’équiper puisque depuis l’arrestation de 1000 propriétaires de cybercafés soupçonnés d’abriter les brouteurs/égorgeurs d’enfants, il y a grand besoin de se connecter pour vivre en direct la pub et la com de la Côte d’Ivoire, ce pays de cocagne que tout le monde nous envie, où tous les Ivoiriens dans la bouche du couple Ouattara sont des “chers frères, chères sœurs”! Assurément les habitués des cybercafés, qui n’avaient pas les sous pour une connexion internet à domicile, vont trouver sous un caillou ou dans un chou, l’argent nécessaire pour s’acheter cet ordinateur à prix réduit. Tout cette campagne pour faire un peu de vent, diffuser une bonne nouvelle totalement virtuelle, et dans cette grisaille ambiante nous faire croire que l’émergence frappe à la porte !

L’autoroute, le pont à péage inaugurés en grande pompe semblent ne pas tenir leur promesse d’infrastructures exceptionnelles, une pluie de 30 minutes a suffi à noyer l’insubmersible pont HKB, des trous béants apparaissent sur le bitume des autoroutes, et même du pont fraichement inauguré! Peu importe, notre infatigable vagabon-voyageur a repris son bâton de pêle-rien, l’autre bâton-Can ayant pris le relais, n’a fonctionné que deux petites semaines : tout le monde était heureux, communiait aux jeux, Ouattara était aux anges, sa réconciliation et son vivre ensemble devenaient réalité, le temps d’une Com émergente, qui n’a pas duré.

Entretemps, les bulldozer ont repris leur travail d’assainissement; l’objectif: raser 25 quartiers précaires d’Attécoubé, Port-Bouet, Yopougon et Cocody. Selon le communiqué du FPI dénonçant ces déguerpissements, ce ne sont pas moins de 70 000 personnes qui se trouvent à la rue, des personnes qui avaient cru trouver travail et toit dans la capitale…Même les écoles n’ont pas été épargnées. Les médias ont annoncé une indemnisation des familles, mais il semble que les promesses soient restées virtuelles. Seule réalité aujourd’hui, des milliers de familles sans abris, des enfants sans racines et sans école. 70 000 électeurs potentiels qui n’intéressent pas le gouvernement; le “tenez-vous prêt” de la porte parole de la CEI ne s’adresse pas à elles, à moins qu’elles ne figurent déjà sur le listing des fan de Ouattara, ceux qui remercient Ouattara et votent pour lui, automatiquement, sans même se déplacer dans un bureau de vote. D’ailleurs comment leur envoyer maintenant leur carte d’électeur? à quelle “Poste restante” ? Dans quels bureaux de vote iront-ils?

Selon des sources bien informées, madame Ouattatra récupérerait ces terrains pour des projets immobiliers au standing plus élevé, rien à voir avec l’accession à la propriété de milliers d’Ivoiriens qui attendent les logements sociaux. Son ami, le Dr Christian Delmotte, monte lui aussi un business de cliniques privées, en lien avec des compagnies d’assurance. Il était aussi le médecin référent qui devait plancher sur la nouvelle CMU, mais au lieu d’un plan social, un système de santé de pour tous, voilà que des cliniques privées vont sortir de terre…

Et vous dites, Madame la porte parole de la CEI, que les populations doivent se tenir prêtes en vue des élections? Pour signer un blanc sein au futur poulain de la Communauté électorale, Ouattara ou un autre tocard de son choix, alors que l’avenir de l’Occident se rétrécit de plus en plus et que les ponctions et succions vampiriques risquent de tuer les ivoiriens et les Africains de la sous-région liée à cet Occident ? 

En somme, si je vous résume, “Tenez-vous prêt pour faire harakiri...”. J’espère, chère madame, que le peuple répondra bien avant la date à votre sollicitation, et que les moutons de Panurge ivoiriens n’avanceront pas sagement sur le chemin qui mène à l’abattoir, mais fondront d’un même élan sur leurs faux bergers pour les bouter dehors.

Shlomit Abel, 26 février 2015

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE