Ceux qui ont tué Rocard étaient à ses obsèques

Ceux qui ont tué Rocard étaient à ses obsèques

Ceux qui ont ourdi la mise à mort politique de Michel Rocard, le 19 juin 1994, étaient aussi présents ce 7 juillet pour lui rendre hommage aux Invalides.

Le destin politique de Michel Rocard a été scellé un dimanche, le 19 juin 1994. C’est ce jour-là que l’ancien Premier ministre de François Mitterrand sort définitivement de la scène politique nationale, à la suite d’une « révolution de palais » au sein du PS. Rocard est mis en minorité. Il démissionne de la direction du PS et ceux qui tirent les ficelles de ce « conseil national » (le parlement du parti) sont encore là, 22 ans plus tard, en ce 7 juillet 2016, aux Invalides pour lui rendre un dernier hommage. Au premier rang desquels Laurent Fabius. Le « crime politique » contre Rocard n’a pas payé, en fait, car Fabius ne sera jamais désigné candidat à la présidence de la République par sa famille politique… On notera la cohérence de Ségolène Royal, absente aux Invalides : elle n’aimait pas Rocard et c’était réciproque (*).

L’épisode de 1994 est intéressant tant la situation catastrophique du PS de l’époque n’est pas sans rappeler le marasme des socialistes d’aujourd’hui. Pour bien comprendre les enjeux, il faut revenir au soir du 12 juin 1994 : Michel Rocard, patron du parti et tête de liste du PS aux européennes, essuie une lourde défaite avec seulement 14,49 % des voix. Un score tout à fait comparable à l’impopularité actuelle de François Hollande… Nous sommes alors à un an de la présidentielle. Rocard, qui se voyait en « candidat naturel » de son camp, perd d’un coup cette étiquette… Sept jours plus tard, le 19 juin 1994, il doit assumer cette déroute devant le conseil national du parti. En coulisse, les dagues sont tirées.

Cambadélis invente la Belle Alliance deux fois, à 22 ans d’écart

La situation n’est pas pour déplaire à François Mitterrand qui, de plus en plus malade, n’est plus que l’ombre de lui-même dans les couloirs de l’Élysée. Laurent Fabius tire la première salve en se déclarant favorable à une candidature de Jacques Delors. En coulisse, il rencontre Henri Emmanuelli – un jospiniste – pour le pousser à se déclarer candidat à la présidence du parti. Avec l’appoint de l’aile gauche emmenée par Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon, le coup est parti ! Rocard ne pourra l’arrêter. Le retournement d’alliance se vérifie dans les votes : au conseil national, le projet présenté par Michel Rocard est repoussé par 129 délégués ; 88 soutiennent le projet Rocard, dont Jean-Christophe Cambadélis, Pierre Moscovici, DSK et Jean-Marie Le Guen ; 48 s’abstiennent, dont Lionel Jospin lui-même… Deux refusent de voter, dont Ségolène Royal qui, déjà, se singularise… Emmanuelli succède provisoirement à Rocard jusqu’au congrès suivant, en décembre, à Liévin, où il sera confirmé. Sous sa houlette, le parti met un coup de barre à gauche…

Les jospinistes sont apparus divisés. En effet, Dominique Strauss-Kahn, issu de ce courant, a été convaincu de se présenter contre Emmanuelli. DSK est battu. Jusqu’ici, les jospinistes avaient emboîté le pas à Michel Rocard : Lionel Jospin et Jean-Christophe Cambadélis l’avaient même convaincu d’anticiper le résultat des européennes en proposant, le 7 juin (soit deux jours avant le scrutin), de dépasser le PS par une « nouvelle alliance » lors d’un meeting à Créteil.  Une alliance des progressistes, milieux associatifs et syndicats compris… Tiens, tiens, mais ne serait-ce pas, 22 ans plus tard, la même idée, rebaptisée la « Belle Alliance populaire », que le même Cambadélis tire de son sac pour tenter de sauver le soldat Hollande ? L’histoire socialiste repasse les plats…

Qui réclamera le « droit d’inventaire » du quinquennat Hollande ?

La situation de 2016 est, en revanche, beaucoup plus compromise. Si, en 1994, le PS est si faible, la gauche, elle, est encore debout. En fait, de très nombreux électeurs socialistes se sont évaporés du côté de la liste conduite par Bernard Tapie (radicaux de gauche), qui en croque 12,03 %. Beaucoup y voient la dernière balle de Mitterrand tirée contre son ennemi intime, Rocard. Les rocardiens soupçonnent du reste les héritiers de Mitterrand, Fabius en tête, d’avoir appelé discrètement leurs électeurs à soutenir la liste Tapie… On n’est jamais trahi que par les siens.

LIRE LA SUITE ICI

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*