Choqué par le témoignage à “décharge” de Sam l’Africain, Al Moustapha veut aller dire “la vérité” à la CPI

Choqué par le témoignage à “décharge” de Sam l’Africain, Al Moustapha veut aller dire “la vérité” à la CPI

A peine avons-nous fini de décortiquer le témoignage de Sam l’Africain pour le compte de l’accusation que Al Moustapha, un autre témoin à charge se signale. Selon des sources, Al Moustapha reproche à Sam l’Africain de ne pas avoir dit la vérité sur les acteurs majeurs de la crise qui, selon lui n’étaient autres que dans camp Gbagbo.

Très remonté contre son collègue témoin à charge Sam l’Africain, Al Moustapha indique que contrairement à ce dernier lui ira dire la vérité sur ce qui s’est passé: «Je n’irai pas pour inventer des faits, mais pour dire des choses que tout le monde peut vérifier. Je n’ai pas peur de témoigner.» Al Moustapha précise qu’il a le devoir d’aider à établir une vérité historique qui ne tienne pas compte du sort qui sera réservé aux accusés: «il s’agit de faire ma part face à l’histoire. Le reste dépendra des juges, du Procureur, du travail de la défense et surtout de Dieu. Ce n’est pas mon témoignage qui va enfoncer, ou libérer. Mais il aidera à comprendre ce qui s’est passé. Nous devons au-delà de la prison, au-delà du sort de Charles Blé Goudé et de l’ex président Laurent Gbagbo, parvenir à établir une vérité historique», indique-t-il.

Le prochain témoin à charge du procureur soutient avec persistance que tout le chaos de la crise postélectorale a été voulu et préparé par le camp Gbagbo dont il prétend avoir été un membre actif: «des choses se sont passées dans notre pays. J’étais dans un camp. J’ai senti que la situation allait devenir grave. J’ai participé à des réunions pour planifier la résistance, et pour dire non à l’arrivée au pouvoir du Président Ouattara, par tous les moyens. J’ai alerté mes amis, qui m’ont insulté», a-t-il confié à l’Intelligent d’Abidjan quelques jours seulement avant son témoignage à la CPI.

Rappelons que Al Moustapha a par le passé confié qu’il n’y a jamais eu de violence dans le nord de la Côte d’Ivoire lors du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2010. Il soutient que les allégations de fraude dans le Nord particpait du plan du camp Gbagbo de gagner ces élections là vaille que vaille. Contrairement à Sam l’Africain, Al Moustapha informe que le slogan “On gagne ou on gange” n’est pas un simple slogan de campagne. C’est un plan bien pensé. L’annullation des résultats dans des circonscriptions du Nord serait un exemple concret de l’exécution de ce plan, assure Al Moustapha.

La vidéo qui suit, donne le ton de la “vérité” que Al Moustapha s’apprête à aller dire à la CPI.

Eburnienews.net

About Tjefin

One comment

  1. Je suis désolé,mais je ne vois pas en quoi un djoula,fut-il Moustapha (jurant sur le coran)peut avoir le moindre propos qui réponde à ce qu’on peut présumer de vérité.Le djoula,avant même de parler ment et son visage le dit bien!Bouffon et escroc,il fait toujours l’âne pour avoir le foin!Ce fanfaron de Al Moustapha était celui qui rampait ou rasait les murs de la présidence,qui a eu toutes les faveurs du Pr Gbagbo.Un des exemples était le contrat de construction des logements.Il a eu des largesses sans rien faire au bout du compte.Un tel escroc,que peut-il avoir de bon à dire puisqu’il est de basse moralité!Le djoula va te jurer la main au ciel “au nom de Djé” pour te raconter des sornettes. Al Moustapha peut aller témoigner librement.Avant cela,qu’il rende toutes les sommes d’argent escroquées en construction d’habitat des militaires et autres.Voleur,sa bouche se penchera comme l’autre gros menteur qui endeuille et endette le pays lourdement:Dramane Wattra…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.