Citoyen ivoirien ! La paix et la stabilité par l’effort conjugué ou le chaos sociopolitique par inertie et le statisme

Chronique : Changeons notre société en 2020 ou avant 2020, si ? Cela d’une manière ou d’une autre. Les protestations verbales et déclaratives ne suffissent plus, il nous faut agir sur notre destin, pour obtenir un environnement propice à des joutes électorales ouvertes, transparentes et équitables. Oui, citoyen ivoirien, un système politique de voyoucratie monarchiste et absolutiste nous tiens en côte d’ivoire. S’il n’y a pas d’actions de contestations soutenues de cette situation d’arbitraire dictatoriale, par une ligue citoyenne majeure « un tous ensemble solidaire » pour le respect des droits inaliénables et des libertés fondamentales, dans la société. Il n’y aura pas plus malheureux, que l’ivoirien de demain « la génération future », dans le concert des nations.

Nous avons toujours dit et répéter, qu’en politique un pouvoir d’état assis uniquement sur la force matérielle des armes, et sur une portion suiviste du peuple « communautaire et clanisme de rattrapage » ne peut emprunter la voie du consensus politique, la voie de l’égalité de tous en droit et devoir, la voie vers la justice juridique et sociale, la voie de la liberté de tous et pour tous, la voie de la démocratie réelle et la voie de la tolérance envers les convictions d’autrui, la voie vers le consensus républicain. Non ! Ce pouvoir ne peut emprunter ces voies salvatrices, de valeurs sociales incommensurables. Parce que cela suppose qu’il accepte de se remettre en cause, de remettre en cause ses tartes de gouvernances et ses travers politiques, cette remise en cause peut sonner sa perte du pouvoir d’état qu’il a accaparé de force. Tout le problème de la côte d’ivoire avec le pouvoir Ouattara est là. Nous sommes conscients que le pouvoir d’Alassane Ouattara n’ouvrira pas un jeu politique qu’il perdra à coup sûr.

C’est pourquoi, en lieu et place d’un organisme électoral impartial, neutre, apolitique, autonome, totalement indépendant, capable d’organisé des élections démocratiques pluralistes, multipartites et propres, nous assistons à une tentative de passage en force programmée dans une commission électorale inféodé au pouvoir d’état avec le soutien des manges-mils saisonniers. Et aussi en lieu et place d’une logique politique pour la réconciliation nationale, l’intérêt général est actuellement dissout dans une campagne mafieuse de soutien au pouvoir d’Alassane Ouattara motivé par la préservation des intérêts égoïstes et égocentriques. Alors que les élections sont l’occasion pour tout parti politique, qui a pour vocation la (Ré) conquête du pouvoir d’état, de mesuré son assise électorale, substrat de son existence dans le temps et dans l’assiette territoriale nationale ouverte à tous.

D’où l’exigence d’un organisme électoral impartial, neutre, apolitique, autonome, totalement indépendant, capable d’organisé des élections démocratiques propres. Parce que la majorité populaire et électorale d’un parti politique, d’un groupe de partis politiques, d’un leader politique, se dégage au cours des élections démocratiques propres. Mais hélas ! Que voit-on un passage en force programmé par le pouvoir Ouattara. C’est pourquoi ce qui devait être logiquement une fête électorale en 2020 risque fort bien d’être une nouvelle catastrophe nationale pour la côte d’ivoire. Parce que des hommes politiques malhonnêtes, carriéristes, opportuniste, arrivistes et mafieux se sont rassembler pour la défense de leurs avantages et leurs privilèges indus, qu’ils tirent de l’exercices du pouvoir d’état, sans tenir compte des affinités politiques et des obédiences idéologiques des membres.

Des individus politicards, nihilistes, iconoclastes, qui ne reculent devant aucune catastrophe sociopolitique pour assouvir ostensiblement leur dessein mortifère, mafieux, rassemblés au terme des compromissions alimentaires, pour œuvrer dans l’interpénétration des affaires mafieuses dans la politique étatique. Surtout aveuglés par des intérêts égoïstes éperdument égocentriques. Et qui n’aiment pas admettre s’être trompé en faisant fausse route a la tête du pays devenu de merde ou le désespoir se le dispute à la misère. Ils accordent ainsi peu d’importance à la démocratie, au nom de laquelle trop de sangs innocents ont été versé en côte d’ivoire. Ici le peuple souverain ne compte pas, ici, il est considéré comme une vache qui ne demande qu’à manger. La stratégie du pouvoir d’Alassane Ouattara, dans la reforme de commission électorale, est de ne rien céder manifestement. Les piranhas et les sangsues « 15 au total », lâchés contre le peuple, doivent contrôler la commission électorale pour servir le pouvoir d’Alassane Ouattara, pour qu’il dirige la côte d’ivoire comme un monarque insatiable du golf arabique.

Le pouvoir d’Alassane Ouattara, sacrifie ainsi l’avenir de la totalité sociale d’une nation sur l’autel de la conservation ou de l’acquisition des intérêts égoïstes. Il n’accorde ainsi aucune importance au bonheur du citoyen et de tout homme vivant dans notre pays la côte d’ivoire. Bonheur qui ne peut être réalisé que dans la paix sociale avec un peuple réconcilié, fier de ses représentants « élus », dans lesquels il se reconnait, parce qu’issus des élections indiscutables. Persuader que sa représentation nationale « élus » transcendera les intérêts politiques politiciens, pour en fin mettre l’homme au centre du débat politique, le citoyen au cœur du débat développemental, pour l’avènement d’une société plus juste. Qui ne laisse aucun citoyen au bord de la route du progrès de la société commune, d’une société plus cohérente, d’une société plus égalitaire, d’une société plus humaine, d’une société solidaire et régie par des normes de régulation sociale consensuelle acceptées par tous.

Donc le peuple ivoirien a le devoir absolu de se libéré des contraintes de non-droit, en s’inscrivant dans la ligne droite de l’exigence : D’une commission électorale autonome et Apolitique, qui gèrera librement tout le système électoral sans aucune interférence de qui que ce soit et qui s’adjoindra librement tous les expertises quelles qu’elles soient.*- 2- qui nommera librement des Juges des élections impartiaux « conseil constitutionnel judiciaire ». 3- Qui procédera à un Découpage électoral équilibré sous les conseils des experts qu’elle s’attachera. 4*- Qui produira une liste électoral consensuelle  *-5- Qui fera une identification claire des électeurs *-6- Qui fixera une Condition claire d’accession à la candidature  *- 7- Qui se procurera des Instruments fiables et des modes de scrutins *- 8- qui exigera de l’état, des normes juridiques de régulation sociale et de régulation électorale pour, le bon fonctionnement juridico-politique de son organisme ainsi totalement indépendant, etc. ».

Oui, s’inscrire dans la ligne droite est un devoir absolu pour l’ivoirien aujourd’hui, parce qu’un peuple endormi par un pouvoir d’état mafieux, doit se réveiller dans la rue, opposante consensuelle et équilibriste critique, en l’état de débilité mentale avancée, et ne doit connaitre que la ligne droite. Parce que le pouvoir qui rend le peuple fou et débile par son intransigeance face à l’intérêt général doit payer cash cette folie et cette débilité. Bien que nous ne se sommes pas pour les exemples copiés-collés, tout près de nous (hier le Mali en 1991, et aujourd’hui l’Algérie et le Soudan) des pouvoirs ont rendu ces peuples fous et ont payé cash ces folies. Notre méthode de lutte doit changer, le besoin de régulation l’exige et l’impose comme postulat dans notre pays.

Notre option de lutte est et doit rester une ligue synergique citoyenne libre, c’est à dire la fédération novatrice conscientisée des forces vives de la nation et la coalition des énergies citoyennes dans une lutte synergique sans couleur politique pour le changement politique dans notre pays. Que nous appelons un tous ensemble y compris dans les urnes ou dans la Rue. Au besoin chacun dans son périmètre d’évolution « social ou corporatiste », dans toute l’assiette territoriale nationale de notre pays. Oui plus que jamais prête, la Rue opposante consensuelle et équilibriste critique appelle le peuple souverain ivoirien a la lutte ouverte pour la Décomposition/Recomposition. Le pouvoir mafieux d’Alassane Ouattara est devenu dispensateur de misères, de désespoirs, de désolation et le non-droit est devenu son socle liberticide. Citoyen ivoirien ! La Rue opposante consensuelle et équilibriste critique appelle et s’impatiente. La CEI en ébauche actuellement « 15 membres » chargée d’organiser les élections est inféodée de représentants du pouvoir d’Alassane Ouattara et ses valets, cooptations de validations.

Oui ! Ne nous trompons pas, se leurrer se serait suicidaire pour demain. Autour de la recomposition de la commission électorale, la stratégie du pouvoir d’Alassane Ouattara, est de ne rien céder, jusqu’au passage en force qu’il a programmé « géré, calé, et bouclé ». Donc les piranhas et les sangsues doivent contrôler la commission électorale pour servir le pouvoir d’Alassane Ouattara, pour qu’il dirige la côte d’ivoire comme un monarque du golf arabique. Et pour se faire, Alassane Ouattara veut modifier la constitution, pour Ré-limité l’âge de candidature à la présidence de république a 75 ans, qui exonérait le président de la république en n’exercice devenu président avant cette date 75 ans, dont les mandats sont renouvelables. Bédié et Gbagbo serait ainsi éliminés de faits pour 2020. Celui qui en doute qu’il me dit qui est le président du conseil constitutionnel ?

Donc, citoyens Ivoiriens ! Espérons de la sagesse de notre éternel gyroscope FELIX Houphouët Boigny, de la persévérance de Nelson Mandela, de l’endurance de Gandhi, et du courage de Martin Lutter King, l’ampleur de la victoire remportée par ses illustres personnes doit être un exemple, un éclairage pour nous tous ivoiriens. Oui, citoyens ivoiriens ! Conformément à l’idéal de la stabilité sociopolitique et de la paix sociale, restons dans la logique d’une lutte salvatrice pour pouvoir obtenir un organisme électoral impartial, neutre, apolitique, autonome, totalement indépendant, capable d’organisé des élections démocratiques, pluralistes, multipartites et propres en 2020. Et la Rue opposante consensuelle et équilibriste critique appelle et s’impatiente. Citoyens ivoiriens ! Changeons notre société d’une manière ou d’une autre en 2020 ou avant 2020 si ? La paix et la stabilité par l’effort conjugué ou le chaos par inertie. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Boigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

*Une chronique de Lepetitfils Da Candy Leader de la Légitimité Citoyenne (en exil).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.