Coïncidence?: Ceci serait le programme économique de l’Allemagne nazie

Coïncidence?: Ceci serait le programme économique de l’Allemagne nazie

Le 22 juin 1940, en tant que grand chef du plan quadriennal, Herman Göring a ordonné qu’on réfléchisse à l’organisation économique de l’Europe après la guerre. Suite à cela, la chancellerie du Reich produisit un memorandum le 9 juillet 1940 qui servira de base pour l’organisation de la nouvelle Europe économique voulue par les nazis. Dans ce mémorandum, on y trouve quelques pistes de travail :

Les parties de l’Europe sous l’influence de l’Allemagne doivent être unifiées de la même façon que d’autres zones continentales, par exemple les États-Unis et la Russie. Cette création d’une zone économique à l’échelle européenne a été empêchée arbitrairement après la Première Guerre mondiale par le traités de Versailles”

Idée: zone économique européenne

“un des problèmes a été que le traité de Versailles (et suivants) a créé 7000 km de nouvelles frontières douanières.”

Idée:  les frontières sont des obstacles

“Les monnaies d’Europe centrale doivent être placés sur une base uniforme en établissant un taux de change fixe entre ceux des autres pays et le Reichmark.”

Idée: un taux fixe entre les monnaies européennes 

“Les barrières douanières en Europe centrale doivent être abolis.”

Idée: suppression des barrières douanières 

Les dommages aux industries individuelles peuvent être évitée par la conclusion de quotas, de prix et d’accords de vente entre les groupes économiques dans les pays respectifs. De la même façon l’agriculture pourraient être protégés par des mesures qui doivent être adoptées par les agences du Reich et leurs homologues dans les autres pays concernés.”

entre autre idée: faire une politique agricole commune

Et, toujours d’après le mémorandum, voici les principaux avantages que procurerait une communauté économique selon les nazis:

“La possibilité d’une production rationnelle et de concentrer les préoccupations les plus efficaces dans les sites les plus favorables, éliminant les usines inefficaces et en finir avec le mouvement non rentable des marchandises.”

Idée: délocaliser les emplois vers le plus rentable pour les entreprises

“Élargissement de l’espace commercial sans droit de douane”

Idée: un marché unique

Augmentation de l’effet de levier dans les négociations commerciales et les relations avec d’autres pays.”

Idée: ensemble on est plus fort dans l’économie mondiale. 

Ce mémorandum a été traduit en anglais ici. On y trouve le lien vers l’original en allemand. On tint une réunion au ministère de l’économie du Reich chapeauté par Walther Funk le 22 juillet 1940 où l’on travailla sur ces pistes et le même Walther Funk donna un discours le 25 juillet 1940 explicitant sa manière d’arriver à ses objectifs et la transformation de l’Europe en économie de paix sous leadership allemand. Il précise que cela prendra du temps et qu’il faudra procéder par étape.
Ici d’autres textes des archives nazies mis en évidence, traduits ou non, par la fondation Rath.

Donc résumons les idées:

– Une zone économique européenne

– sans frontières

– sans barrières douanières

– un marché unique,

– une politique agricole commune

– la relocalisation des usines au plus rentable,

– un taux fixe entre les monnaies,

– et l’idée que plus cette zone économique de libre échange est large et plus elle aura de poids pour négocier dans le commerce international.

Voilà donc le plan nazi pour l’économie d’après guerre en Europe ! Il est nul besoin d’un fort esprit critique pour se rendre compte que chacune de ses propositions ont été entreprise et mise en application aujourd’hui et quecela s’appelle maintenant l’union européenne

On savait pourtant déjà à l’époque ce que ses idées entraineraient si elles étaient mise en application. 
L’ambassadeur italien à Berlin, Dino Alfieri, fit un rapport à Mussolini le 01 août 1940 concernant le plan économique allemand. Il y explique la volonté nazie de diviser le monde en zones économiques, d’ancrer sur le Reichmark les monnaies de l’Europe, et que sous l’égide d’une monnaie stable (forte), le Reichmark, l’Allemagne se réserverait les productions industrielles aux dépends des autres pays. Alfieri précise aussi que dans ces circonstances le rôle de l’Italie ne serait plus qu’agricole et que le pays a pourtant aussi besoin d’une large activité industrielle pour pouvoir assurer de l’emploi à toutes les forces de travail. Il continue en donnant son opinion, “compte tenu de la situation industrielle et commerciale” du pays, il était opposé, écrit-il, à “la constitution de ces zones économiques où nos intérêts seraient fatalement sacrifiés”.
Ce rapport peut se trouver dans le livre «Storia delle relazioni internazionali» , aux éditions Monduzzi.

Si certains avaient encore quelques doutes sur l’essence nazie de l’Union européenne, et sur les résultat qu’elle procurerait, il est maintenant nécessaire de tirer les conclusions qui s’imposent. 

“On” a fait tout ce qu’auraient fait les nazis s’ils avaient gagné la guerre. 

Source: quandcafaithouille

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE