Combattant pour la démocratie et les libertés, Laurent Gbagbo a 69 ans aujourd’hui: Joyeux anniversaire!

Combattant pour la démocratie et les libertés, Laurent Gbagbo a 69 ans aujourd’hui: Joyeux anniversaire!

Aujourd’hui, samedi 31 mai 2014, le président Laurent gbagbo, injustement détenu à la Cpi depuis le 30 novembre 2011, célèbrera ses 69 ans dans une ambiance de sobriété, a-t-on appris. il sera entouré de quelques proches.

Né le 31 mai 1945 à babré, un quartier de Gagnoa, et non à Mama (son village) comme certains l’écrivent, Laurent Gbagbo est le plus jeune des leaders ivoiriens de premier plan qui marquent la vie politique de notre pays depuis Félix Houphouët-Boigny. Gbagbo est certes le cadet de Bédié (80 ans), Ouattara (72 ans) et feu Guéi (il aurait eu 73 ans, le 16 mars dernier), mais il demeure le plus doué de tous en matière de politique. Tous les observateurs sont unanimes, Houphouët et Gbagbo sont les deux grands «animaux» politiques et hommes d’etat de grande envergure que la Côte d’Ivoire ait connu depuis 1960.

Laurent Gbagbo, c’est d’abord et avant tout, un engagement ferme pour la démocratie et la liberté d’expression en Côte d’Ivoire. Dans les années 60, alors jeune étudiant, il s’était opposé à l’endoctrinement du MEECI, le mouvement estudiantin inféodé au parti unique de l’époque, le PDCI-RDA.

Enseignant du secondaire puis universitaire, ses prises de position et sa liberté de pensée mais surtout son attachement à la démocratie, dans un environnement de pensée unique, ont été des signaux avant-coureurs de l’homme politique qu’il est depuis plus d’une vingtaine d’années. Fondateur du front populaire ivoirien (parti d’obédience socialiste), opposant charismatique à félix Houphouët-Boigny, Laurent Gbagbo est reconnu en Côte d’Ivoire, à travers l’afrique et le monde, comme l’artisan majeur du processus démocratique en Côte d’Ivoire. L’affirmer n’est pas un culte de la personnalité. Sans le combat de Gbagbo et de ses amis, on n’aurait certainement jamais parlé de démocratie dans ce pays. Malheureusement, depuis le 11 avril 2011, un coup de massue a été donné à cet acquis de longue lutte.

La démocratie est en berne en Côte d’Ivoire et la dictature a pris le dessus. Torture, prisonniers politiques, liberté de la presse embastillée, fraude électorale en préparation, opposition martyrisée etc. Le tableau est sombre. Quant à Gbagbo, il est dans les serres à la Haye comme mandela à robben island. Les ivoiriens qui ne perdent pas espoir comme les sud africains, hier, pour Mandela, attendent la libération de Gbagbo afin qu’il apporte son aura pour remettre le pays sur la voie de la réconciliation, de la paix et de la démocratie.

La CPI saura-t-elle répondre à cette attente en prononçant un non-lieu pour Gbagbo, le 13 juin prochain ? Tous les regards sont tournés vers la Haye.

Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.