Comité national des supporters des Eléphants (Cnse): La colère des supporters contre Yaya Touré

Comité national des supporters des Eléphants (Cnse): La colère des supporters contre Yaya Touré

Très présents dans les stades de Malabo depuis le début de la Can 2015, les supporters attendent un peu plus de considération de la part de leurs joueurs. La rencontre de ce mercredi permettra de vérifier tout cela.

Ça grogne dans les Vivendas Sociales (logements sociaux) à Malabo Dos où sont logés les supporters ivoiriens du Comité national des supporters des Eléphants (Cnse), depuis l’ouverture de cette Coupe d’Afrique des nations «Guinée-Equatoriale 2015».

Hier matin, profitant de notre visite dans leur quartier général, ils étaient nombreux à décrier l’attitude du nouveau capitaine des Eléphants, Yaya Touré. «Nous ne sommes pas contents de Yaya Touré», commence par balancer Marius Koudou, coordinateur du Cnse.

Avant de mieux exprimer sa pensée: «En tant que capitaine, il doit donner l’exemple. Avec près de 500 personnes, nous créons le carré orange dans les tribunes de l’Estadio de Malabo. Tout ce monde anime durant 120 minutes chrono, soit 15 minutes avant le début du match et 15 minutes après. Des personnes qui animent durant toute une rencontre et à la fin, vous ne daignez même pas les remercier en les saluant, c’est frustrant. Ce n’est pas gentil. Yaya Touré qui est le nouveau capitaine devrait imiter Didier Drogba qui n’oubliait jamais de nous saluer quel que soit le résultat final».

Marie-Josée Prégnon, à côté, acquiesce avant d’ajouter : «Si dans son caractère, Yaya Touré est soliste, il doit faire beaucoup d’efforts pour surmonter cela». Cissé Mamadou dit Yékini, lui, regrette que les joueurs ne mesurent pas les efforts des supporters qui laissent leurs familles pour venir les soutenir. Et Marius Koudou de conclure : «Les supporters ivoiriens sont vexés».

La rencontre de ce mercredi (18 h Utc) Eléphants-Lions Indomptables du Cameroun devrait donc donner l’occasion aux joueurs et particulièrement à Yaya Touré de se faire pardonner. Espérons-le.

GFY, envoyé spécial à Malabo

Source : Nord-Sud

About admin

One comment

  1. C’est tout simplement un problème d’éducation

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE