Commandement FRCI d’Abidjan-Sud: Le remplaçant de Wattao s’installe sous haute protection | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Commandement FRCI d’Abidjan-Sud: Le remplaçant de Wattao s’installe sous haute protection
Commandement FRCI d’Abidjan-Sud: Le remplaçant de Wattao s’installe sous haute protection

Commandement FRCI d’Abidjan-Sud: Le remplaçant de Wattao s’installe sous haute protection

Le débarquement du lieutenant- colonel Issiaka Ouattara alias Wattao de la tête du commandement militaire de la zone Abidjan-sud est effectif depuis hier avec l’installation de son successeur, le lieutenant Tuo Souleymane.

Le nouveau promu, qui fut pendant trois ans, l’adjoint de Wattao dans cette même zone, a été officiellement présenté à la troupe au camp EGS de Marcory par le colonel-major N’dri Kouamé Julien, représentant le général Gaoussou soumahoro, commandant des forces terrestres.

Deux faits notables ont marqué cette cérémonie. Le premier constat, c’est l’absence remarquée de Wattao. Le commandant sortant de la zone Abidjan-Sud dont les éléments s’étaient vigoureusement opposés à la passation de commandement initialement prévue, lundi dernier, ne s’est pas présenté au camp EGS. Wattao aurait-il boycotté la cérémonie ou était-il simplement empêché ? Difficile de le savoir.

Les différents intervenants n’ont pas prononcé un mot sur l’absence de l’ex- chef de guerre qui, de toute vraisemblance, serait en disgrâce au sein du régime Ouattara. Interrogé sur la question par la presse, le représentant du commandant des forces terrestres a répondu que la présence de Wattao n’était pas indispensable.

«Il n’est pas dit qu’il devrait être là forcement », a-t-il affirmé. Même son de cloche pour le commandant Inza Fofana dit « Grumman », successeur de Wattao à la tête du commandement des opérations du CCDO, présent lui aussi à la cérémonie.

Le deuxième fait qui a retenu l’attention, c’est que le camp EGS était sous haute protection militaire. Plusieurs hommes armés avaient pris position autour du camp pour, dit-on, assurer la sécurité de la cérémonie qui n’a enregistré aucun incident contrairement à la première tentative avortée.

L’éviction de Wattao de deux commandements importants des FRCI (Abidjan-Sud et CCDO) en l’espace de quelques jours dénote d’un malaise certain au sein du régime ouattara.

Jean Khalil Sella

Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.