Comme une rébellion, le RDR crée sa banque !

Comme une rébellion, le RDR crée sa banque !

Décidément, le Rassemblement des républicains (Rdr), une formation politique ivoirienne, reste à vérifier si c’est vrai, s’illustre négativement depuis qu’il est aux affaires d’Etat, le lundi 11 avril 2011. A la manière d’une rébellion. D’aucuns le traitent de club de soutien, attaché uniquement à la personne d’Alassane Dramane Ouattara, Ado pour les intimes et les damnés de la proximité. Beaucoup d’analystes et d’observateurs pensent que le Rdr se disloquera après le départ du président Alassane Ouattara du pouvoir d’Etat en Côte-d’Ivoire. Et que cette vision apocalyptique de ce parti politique est l’une des raisons principales du projet référendaire d’Alassane Ouattara pour modifier la Constitution ivoirienne.

Si par malheur, la Constitution était changée, ce que les Ivoiriens ne veulent pas sauf si on leur marchait sur le corps, la première et seule victime s’appellerait Soro Kigbafory Guillaume, président de l’Assemblée nationale. En frère autochtone, je le lui dis : cette « ingratitude à la Ponce Pilate » ne serait pas pour lui seul !

L’autre option que visent les milliards qu’on distribue à ses militants et le changement de la Constitution est que, non seulement Alassane Ouattara veut faire sauter le verrou de l’article 35 pour rendre la terre ivoirienne plus apatride que jamais, ce que le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) d’Henri Konan Bédié en sourdine récuse, mais Alassane Ouattara veut aller au-delà de trois mandats, voire mourir au pouvoir pour ne pas voir le triste spectacle de la déchirure entre ses « ADOrateurs » qui aboutira à la disparition du Rdr de l’échiquier national. Déjà, de son vivant, la guerre est ouverte ! Et, on craint le pire à tout moment.

Concernant la création d’une banque pour les militants uniquement, pourquoi s’en étonner ? Leur président a sorti de sa bouche : « Il s’agit d’un simple rattrapage » ! Ethnique, ajouteraient certains. Quand Alassane Ouattara construit un pont métallique de Gbéléban, son village maternel, vers la Guinée-Conakry, alors que c’est une piste qui relie Morokro sous-préfecture à l’autoroute du Nord au Pk 120, sur une distance de 19 kilomètres, évidemment, «  il s’agit d’un simple rattrapage ». Quand il ne s’attaque pas aux « microbes », il s’agit d’un simple rattrapage. Quand il ne donne pas d’armes aux policiers ivoiriens pour les traquer, il s’agit d’un simple rattrapage. Quand, en souvenir de l’Ivoirité, il trahit Bédié et le Pdci, pour ce qui concerne l’alternance en 2020, il s’agit d’un simple rattrapage. Quand Alassane Ouattara maintient le président Laurent Gbagbo, son épouse et leurs compagnons en prison, c’est bien sûr au nom de « il s’agit d’un simple rattrapage. Sous Gbagbo, les ressortissants, soit 40% de la population, étaient exclues des postes de responsabilité ».

Qu’Alassane Ouattara se rattrape et rattrape ethniquement, c’est son problème. Qu’il ignore royalement les faiseurs de roi, Henri Konan Bédié et son Pdci, et les autres formations politiques de l’alliance des houphouétistes, c’est sa cuisine intérieure.

Mais, la préoccupation des Ivoiriens est la suivante : d’où proviennent ces milliards pour la banque des militants du Rdr ? N’est-ce pas des caisses de l’Etat ? Monsieur le Premier ministre ivoirien, ces milliards que le Rdr distribue, comme on distribue des moutons pendant la tabaski, ne proviennent-ils pas des caisses de l’Etat de Côte-d’Ivoire ?

C’est ici que le contribuable ivoirien doit prendre ses responsabilités pour exiger des comptes à Alassane Ouattara. Par tous les moyens légaux que lui offre la Constitution pour défendre ses droits de ne pas se faire voler, impunément ! Depuis ce maudit lundi 11 avril 2011, on nous a déjà trop volés !!!

Notre combat, l’unité des autochtones du sud, de l’est, du centre, de l’ouest et du nord de la Côte-d’Ivoire !

Fait en Abidjan, le lundi 19 septembre 2016

Gnamantêh Nanankoua

Autochtone ivoirien, mieux, Ivoiritaire !

Cel : 08796057 / 05977634

Mail : srikanga@yahoo.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE