Commémoration du 19 septembre : Soro menace Ouattara de « faire aboutir le combat » commencé en septembre 2002

Commémoration du 19 septembre : Soro menace Ouattara de « faire aboutir le combat » commencé en septembre 2002

19 septembre 2002-19 septembre 2017, cela fait bien 15 ans que la rébellion du nord défigurait la Côte d’Ivoire. Au moment où chacun (victimes,  coupables, vainqueurs et vaincus) célèbre à sa manière cette triste date (c’est selon), le bras armé de cette rébellion du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (Mpci), Guillaume Soro n’a pas voulu être en reste.

Auréolé de son nouveau statut de président de l’Assemblée nationale (Pan) fruit de sa victoire dans le sang des Ivoiriens, l’ancien chef rebelle est sorti de sa brève réserve. Cette fois, non pour crier victoire. Mais pour crier ‘’haro sur le baudet’’. Ca pourrait être Alassane Dramane Ouattara (ADO) et son Rdr. Signe que ses regrets son incommensurables, Soro annonce qu’il va faire « aboutir le combat de la réconciliation » qui aurait motivé sa guerre contre la partie du sud de son pays. Ce qui suppose que « ceux qui ont profité et ceux qui jouissent des fruits » de sa rébellion ont raté le double objectif de l’unité nationale et de la réconciliation.

Dans un tweet posté ce 19 septembre 2017, pour selon lui, marquer un temps d’arrêt, Guillaume Kigbafory Soro se met encore dans tous ses états. Le Pan met un encrage sur le 3ème congrès ordinaire qu’il traite de tous les maux et péchés d’Israël. Soro a donc dénoncée une politique d’exclusion en règle au sein du Rdr, « Savamment orchestrée par des individus avides de pouvoir et qui usurpent un destin qui est loin d’être le leur », réagit-il en liminaire contre l’esprit malsain qui a prévalu lors des assises où les caciques du Rdr dont Henriette Dagri Diabaté ont une fois de plus fait allégeance à leur mentor Ouattara. Avant de faire cette révélation qui laisse croire qu’Alassane Ouattara a aiguillonné l’ancien chef d’Etat du Nigeria, Olusegun Mathew Okikiola Aremu Obasanjo, pour l’aider à convaincre Soro de sa présence aux assises du Rdr.

«Pour tout l’honneur que je dois à mon aîné Mr Olusegun Obasanjo, qui a offert ses bons offices pour me convaincre à prendre part au congrès, j’ai décidé de rester sur ma position de n’y pas participer parce qu’il s’est tenu sur des a prioris et de la délation. J’ai apprécié cette démarche mais telles que les choses ont été préparées, telles que nous, nous savons ce que les uns pensent de ma personne, j’ai expliqué à mon interlocuteur que ma présence à ce congrès équivaudrait à une présence dans un panier à crabes », s’explique le ‘’rebelle’’ Soro, dans sa saison 2. Une sortie dans laquelle il ne manque de jeter son regard critique sur les temps forts du 3ème congrès. « Comme par intuition, j’ai préféré éviter le congrès et je pense que je suis loin d’avoir eu tort. Le Congrès a démontré que nous avions affaire à un club d’amis réunis pour placer des pions et non pas pour définir la véritable ligne de relance du parti. J’ai refusé d’être complice de telles initiatives qui ne profitent qu’à un groupe et non au parti et encore moins à ses militants dans leur ensemble », peste Soro qui pour rappeler à qui de droit, relevant « devant des témoins », que l’actuel chef du régime, Alassane Dramane Ouattara (ADO) donc, a promis que quand il finirait ses deux mandats, « il cédera la place à Guillaume Soro », s’explique Soro sans détour.

Le rappelant, Soro précise sur son tweet qu’en tant que ‘’démocrate’’ (sic !), clame-t-il, sa préoccupation fondamentale n’est pas le pouvoir pour le pouvoir. Avant d’ajouter que ce n’est pas une affaire familiale. Mais il reproche à Ouattara dans des mots voilés, de n’avoir pas tenu ses promesses. Tout comme sur un autre style d’appréciation, Soro soutient voir d’un bon œil l’attitude de Ouattara de se retirer de la présidence. Mais il poursuit pour dire que des prédateurs politiques au sein du parti Rdr utilisent des faveurs pour se croire favori à une élection. Comme pour signifier qu’Alassane Ouattara a opté pour des personnalités, qualifiées d’opportunistes. Contre qui Soro pense que le moment est arrivé pour redoubler d’ardeur. Pour qu’aboutisse le combat qu’il dit avoir mené depuis septembre 2002, pour que ceux qui sont aujourd’hui au pouvoir en jouissent pleinement et ceux y aspirent en jouissent aussi pleinement. « Au moment où d’autres manquaient de courage pour s’affirmer au grand jour », conclut-il sur ces mots. Les péchés d’Israël sont donc dans la géhenne, à chacun au Rdr de reconnaître les siens. Soro a parlé. Avec promesse de faire, advienne que pourra, « aboutir le combat » commencé dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002.

Par Marcel Dezogno

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE