# EODE-TV/ LUC MICHEL: COMMENT ANALYSER LE RAPPORT DU PARLEMENT FRANÇAIS SUR L’AFRIQUE from EODE-TV on Vimeo.

Comment analyser le rapport du parlement français sur l’Afrique

Parlement français: Questions autour d’un rapport controversé

Dans le cadre des missions et prérogatives qui leur sont reconnues, des parlementaires français membres de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale de leur pays ont effectué il y a quelque temps une « mission d’information sur la stabilité et le développement de l’Afrique francophone ».

Une réflexion axée sur la politique africaine de la France. Avec, au bout du compte, un rapport ponctué de constats et de commentaires sur l’évolution de l’Afrique depuis les indépendances des années soixante. A l’aune, cela va de soi, des intérêts bien compris de l’Hexagone. Normal que tout ça, dans le cadre des activités parlementaires d’un Etat souverain.

Sauf que ledit rapport, avant même que sa publication ait pu être autorisée, s’est retrouvé comme par enchantement dans la presse qui en a fait les choux gras. Fuite organisée ? Difficile à dire. Autre curiosité du document dont les conclusions n’ont pas fait l’unanimité au sein même de la commission : celui-ci consacre un long développement au Cameroun, dans une tonalité on ne peut plus alarmiste. Le président Paul Biya, y étant taxé d’illégitimité, bien que réélu à la régulière en octobre 2011 face à sept autres candidats. Bien plus : de tous les chefs d’Etat africains, lui seul essuie des critiques. Comme par hasard…

Il convient de relever que le rapport des parlementaires français inonde les médias et l’opinion au moment où les Camerounais, dans leur immense majorité, se sont mobilisés autour du chef de l’Etat, chef des Armées, pour combattre la nébuleuse Boko Haram. Indépendamment des chapelles politiques, des divergences idéologiques, des clivages ethniques et religieux. En somme, une union sacrée magistralement étalée à la face du monde à l’occasion de la récente célébration de l’Unité nationale le 20 mai dernier à travers l’ensemble du territoire national. Les auteurs du rapport voulaient-ils prendre à contre-pied cette belle dynamique qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Force est de constater pour le déplorer que le Cameroun fait l’objet par intermittence, ces dernières années, de campagnes médiatiques aussi virulentes que grotesques.

Sans que, à première vue, l’on puisse comprendre les motivations profondes des instigateurs de ces démarches pour le moins tendancieuses. Tant le parti pris, les lieux communs et autres clichés réducteurs véhiculés tranchent avec la réalité telle que vécue au quotidien. La région de l’Extrême-Nord a-t-elle été si marginalisée, délaissée ces trente dernières années ? Que dire alors des infrastructures et équipements dont la réalisation dans certains cas n’a été interrompue que par les assauts sanglants de Boko Haram ?

L’acharnement médiatique nimbé de désinformation qui place périodiquement sur la sellette le Cameroun et son chef, le président Paul Biya, laisse songeur l’observateur attentif et suscite moult interrogations.

On peut ainsi se demander si la stabilité politique avérée du Cameroun doit être perçue comme une tare pour ses dirigeants.
Et si le nœud du problème résidait dans le fait, selon les auteurs du rapport, qu’on ne puisse voir « quelle force politique pourrait aujourd’hui faire descendre les gens dans la rue ». En tout cas, on peine à décrypter ces signaux brumeux récurrents entre deux partenaires liés par une coopération connue pour être dense, multiforme, solide. Toutes choses qui ont fait dire à Bernard Cazeneuve, ministre français de l’Intérieur à l’issue d’une audience au palais de l’Unité le 15 mai dernier que son pays et le Cameroun étaient engagés dans une relation marquée par « un très haut niveau de confiance ».

Dans les lignes qui suivent, CT a choisi de laisser parler les faits. Afin d’édifier ses lecteurs sur les réalités complexes et plurielles d’un monde en marche incessante.

MAKON ma PONDI

Source: 237online

__________

Lire ici “Affaire “rapport explosif d’un député français sur l’Afrique censuré par Elisabeth Guigou”: Voici ce que dit le rapport

EODE TV AMTV LM rapport du Parl. fr 2015 06 14 FR 3 746x1024 Comment analyser le rapport du parlement français sur lAfrique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.