Congo-Brazzaville: Sassou N’guesso avertit et menace «Notre souveraineté ne doit être tenue à la lisière par personne.» (Vidéo)

Au moment où le comité central du Parti congolais du travail (PCT), le parti au pouvoir, se prononce en faveur d’un changement de Constitution, avant 2016, le président Denis Sassou-Nguesso vient d’annoncer, lors de son adresse de nouvel an à la nation, qu’il revient au peuple de trancher.

La révision de la Constitution, adoptée il y a douze ans, permettrait donc au président Denis Sassou-Nguesso de briguer un nouveau mandat. L’objectif de la révision est donc de faire sauter certains verrous dans la perspective de la présidentielle de 2016. L’actuelle loi fondamentale interdit de toucher au nombre de mandats présidentiels.

Mais, le président du Congo, lors de son adresse à la nation le 31 décembre 2014, estime  que «si des divergences persistent entre responsables politiques, seul le peuple souverain sera appelé à trancher, par le vote». Même s’il n’a pas dit clairement que la constitution sera révisée, Sassou-Nguesso indique, néanmoins, que «le désordre et la violence sont bannis». Et de terminer, comme une mise en garde : «Notre souveraineté ne doit être tenue à la lisière par personne. Elle ne doit, en aucun cas, être aliénée (…). Les affaires des Congolais sont et seront réglées par les Congolais eux-mêmes, de préférence par le dialogue».

Source: Oeildafrique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.