Contant Omari sur la CAN 2021 C: Tenons-nous enfin un Prix Nobel de Géographie Africain ?

Contant Omari sur la CAN 2021 C: Tenons-nous enfin un Prix Nobel de Géographie Africain ?

La CAN 2021 aura-t-elle lieu au Cameroun ? C’est une question qui fait perdre le sommeil aux amoureux du Football Camerounais et même Africain mais qui donne plutôt l´opportunité aux dirigeants de la CAF de noyer nos insuffisance dans des déclarations qui, à défaut de nous faire rire, pourraient nous faire miroiter, dans le cas présent, la revendication du prix Nobel de Géographie.

En effet, pour expliquer le changement de date du CHAN 2020, c’est-à-dire à 8 semaines de la compétition, Constant Omari, premier vice-président de la Confédération africaine de football (CAF), a annoncé à la surprise générale de toute la communauté scientifique international que la CAF venait de découvrir qu’au Cameroun, en Juin-Juillet, c’est la saison des pluies. Et Monsieur Omari est catégorique et péremptoire sur cette grande découverte du 21eme siècle qui risque de bouleverser l’avenir de notre planète. Une sortie qui fait croire aux jeunes naïfs Africains que l’Afrique tient enfin son prix Nobel de Géographie, alors que les Africains les plus avisés ne voient en cet homme que l’incarnation d’un Christophe Colomb des temps modernes.

Le Cameroun est un pays où le régime de Yaoundé essaye depuis près de 40 ans à imprimer à la population la malhonnêteté comme principe de la vie. Une malhonnêteté qui affecte tous ceux qui s’approchent de près ou de loin des dirigeants Camerounais. C’est précisément ce qui arrive aux dirigeants de la CAF qui vont de mensonges en mensonges sans se soucier des interrogations et de l’honneur des Africains.

Soyons clairs, les hommes sont libres d’être malhonnêtes ou cons, c’est leur choix. Mais ce qui ne passe pas c’est de vouloir prendre des Camerounais et les Africains pour de petites merdes.

Pour ne pas se perdre dans les conjectures, voici la réalité de la situation au Cameroun:

– Le Cameroun ne pouvait pas organiser la CAN 2019, la preuve, elle n’est toujours pas prête. Et au lieux de la lui retirer, les cadres de la CAF, par malhonnêteté ont opéré le glissement pour 2021.

– Les même dirigeants de la CAF savaient que le Cameroun ne pouvait pas organiser la CAN 2021, c’est pourquoi ils ont offert à Paul Biya, le CHAN 2020 comme compensation de leur malhonnêteté.

– Et enfin, comme en 2018, la CAF a déjà un plan B.

Donc, tous les discours que Mr Omari tient en ce moment en 2020 sur la CAN 2021 sont identiques au discours de Ahmad Ahmad en 2018 sur la CAN 2019 et ne sont que l’œuvre des malhonnêtes: “Il n’y a pas de plan B. C’est le Cameroun qui va organiser cette compétition “.

Par exemple, au micro d’Alain Foka su RFI, face aux inquiétudes légitimes de J. Remy Ngono (« car il y a un proverbe Africain qui dit lorsque vous avez été mordu par un serpent, vous vous méfiez des milles pates »), Mr Omari va jouer au grand Africain (qui met la CAF sous tutelle de la FIFA) et qui donne des leçons de patriotisme en déclarant : « J’ai fait Yaoundé, Douala, Bafoussam et Garoua, j’ai vu les réalisations, je peux vous dire que vous pouvez être fiers en tant que camerounais. Les pelouses que j’ai vues là, c’est les pelouses standards pour une coupe du monde. Je pense qu’il faut être fier plutôt que d’être pessimistes ».

Chers Africains, ne vous laissez pas impressionner par la fausse émotion de ces fossoyeurs de l’Afrique car ce Mr Omari prend bien la peine de ne se référer qu’aux pelouses, je dis bien pelouses. Il ne se réfère pas aux complexes sportifs, stades, hôtels, routes, rails, hôpitaux et surtout à la misère de la population Camerounaise.

Dans cette déclaration sur RFI, Mr Omari ne vous dit pas :

– Que J.Remy Ngono est un passionné du football Africain et qu’il souhaite comme tous les Camerounais qu’il y ait au Cameroun une bonne CAN et non une mauvaise CAN qui ne sera pas digne du pays du pays de Mbape Lepe, Tokoto, Mamga Ongene, Ekoule manga, Abega, Mbida, Djonkep, Milla, Thomas Nkono, Mboma, Bell, Foe, sans oublier les plus jeunes Song, Eto’o, Umtiti, Mbape, etc… Ce pays qui a disputé à sept reprises la finale de la CAN, avec cinq victoires.

– Qu’il n’est pas allé dans la zone Anglophone du Cameroun et qu’il est allé dans les différents stades par des moyens différents comparés aux moyens classiques que vont utiliser les usagers. En l’occurrence s’il utilise la route et le rail il risque de finir dans les ravins.

– Que sur l’ensemble du territoire Camerounais, a quelques semaines du CHAN il n’a pas vu un seul signe dans toutes les villes qui montre que le pays est à la veille d’une grande fête de Football Africain.

– Que le plus grand plateau technique hospitalier au Cameroun ne peut que vous conduire au cimetière pour le moindre panaris ou une fracture au doigt. Une situation tellement préoccupante que le ministre de la santé du Cameroun (lui-même) doit se rendre en France, en avion médicalisé, pour soigner la moindre égratignure sur son doigt.

– Etc…

En tant que Camerounais, ce sujet est vraiment sensible et je me dois de préciser que je serais le premier à me réjouir si les Camerounais pouvais réussir à se dépasser et se mobiliser pour organiser cette grande fête du Football Africain et mondial. Mais les dures réalités de la situation économico-politico-sociale du Cameroun nous ordonnent d’être pessimistes ou du moins prudents et la sortie récente de Mr Omari n’a vraiment rien de rassurant.

Ces hommes, enfermés dans la malhonnêteté contagieuse du régime de Yaoundé, font planer sur tout le continent une humiliation permanente. Voyez-vous, après la mise sous tutelle de la CAF, ce Monsieur vient retourner le couteau dans la plaie des Africains en expliquant au monde entier que :

– La CAF vient de découvrir, en 2020, qu’au Cameroun, en Juin- Juillet, c’est la saison de pluie. Quelle prouesse ? Mais d’où sortent ces hommes qui sont à la tête de nos organisation ?

– Le CHAN n’a aucune importance c’est pourquoi la date de cette compétition ne mérite pas de figurer dans l’agenda des fédérations Africaines et internationales, des différents sponsors et investisseurs et des medias. Bref, c’est un non évènement ! L’Afrique serait tellement en retard qu’elle ne sait pas que les évènements, en ce siècle, sont programmés plusieurs années en avance.

– Le Cameroun a les meilleurs pelouses du monde. Pour rappel, la ville de Paris (je ne parle pas de la région parisienne) je dis bien la ville de Paris a 10 fois plus de pelouse que l’ensemble du Cameroun. De plus une compétition de la CAN ne se résume pas un festin des « babadis » (le babadi est une sorte de sauterelle qui raffole des herbes vertes).

En attendant, malgré ce tableau sombre, on dit toujours qu’ « impossible n’est pas camerounais ». La course contre la montre, engagée par le régime de Yaoundé, étant perdue, nous naviguons entre scepticisme alimenté par les dures réalités et optimisme entretenu par ces malhonnêtes qui sévissent dans la jungle Camerounaise. Ce qui implique que nous devons nous préparer à une CAN 2021 amère, qui n’aura qu’une consonance politique ou coloniale et non une fête de football. Pour moi, Il n’est pas question d’organiser une CAN pour officialiser ou médiatiser notre honte et notre misère, c’est pourquoi il est fort probable que la prochaine déclaration de Mr Omari, c’est-à-dire après les élections, ne soit pas très différente des déclarations de Mr Ahmad Ahmad après les élections de 2018 au Cameroun.

Une fois de plus, les hommes sont libres d’être malhonnêtes ou cons, c’est leur choix. Mais ce qui ne passe pas c’est de vouloir prendre des Camerounais et les Africains pour de petites merdes. Je revendique ici un minimum d’honneur pour l’Afrique et les Africains.

Douala Ngando

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.