Corruption : Plusieurs hauts responsables de la Fifa ont été arrêtés tôt mercredi matin par la police suisse

Corruption : Plusieurs hauts responsables de la Fifa ont été arrêtés tôt mercredi matin par la police suisse

La justice américaine a inculpé neuf élus et cinq fonctionnaires de la Fifa pour corruption, tandis que sept arrestations ont eu lieu à Zurich dans la matinée. L’UEFA demande le report de l’élection du président de la Fifa, prévue vendredi.

L’élection à la présidence de la Fifa aura-t-elle lieu ce vendredi comme prévu ? Suite aux scandales de corruption qui secouent la Fédération internationale du football, l’Union des associations européennes de football (UEFA) qui s’est réunie ce mercredi après-midi, a réclamé le report de l’élection qui voit s’affronter deux prétendants : l’indéboulonable Joseph Blatter, âgé de 79 ans, qui briguera un cinquième mandat, face à l’unique autre candidat encore en lice, le prince jordanien Ali Bin Al Hussein.

Ce vote « n’a rien à voir » avec le double scandale de corruption révélé mercredi, a déclaré un porte-parole de la Fifa, qui a par ailleurs tenu à souligner que ni son président (à la barre depuis 1998) ni son secrétaire général Jérôme Valcke n’ont été inculpés. Un avis loin d’être partagé par l’ONG Transparency International, qui a estimé que « ces scandales ont eu lieu sous la surveillance de Sepp Blatter » et qu’il doit « se retirer ».

Il s’agit d’une corruption « rampante, systémique et profondément ancrée », a confirmé Loretta Lynch, ministre de la Justice américaine, qui évoque au moins 150 millions de pots de vin. « C’est la coupe du monde de la fraude, et aujourd’hui nous donnons un carton rouge à la Fifa », a ajouté Richard Weber, en charge de l’enquête pour le fisc américain.

11 personnes suspendues de la FIFA

C’est un moment difficile pour le football, les supporteurs et la Fifa“, a réagi mercredi soir le président de l’instance mondiale Sepp Blatter, après le nouveau scandale déclenché par l’arrestation de sept responsables soupçonnés de corruption. “De tels comportements n’ont pas leur place dans le football et nous nous assurerons que ceux impliqués seront exclus du jeu“, a ajouté M. Blatter dans un communiqué où il livrait sa première réaction.

La Fifa a suspendu mercredi provisoirement 11 personnes, dont Jeffrey Webb, un de ses vice-présidents, après la procédure engagée par la justice américaine. Parmi les personnes suspendues de toutes activités liées au football figurent également Eduardo Li, Julio Rocha, Costas Takkas, Jack Warner, Eugenio Figueredo, Rafael Esquivel, José Maria Marin, Nicolás Leoz, Chuck Blazer et Daryll Warner.

La Confédération d’Amérique du nord, centrale et Caraïbes (Concacaf) de football a promis mercredi de “collaborer pleinement” avec les autorités judiciaires. La Concacaf, dont les locaux à Miami ont été perquisitionnés mercredi, s’est également dite “profondément inquiète des développements d’aujourd’hui et des arrestations de plusieurs responsables du football, dont ceux de (sa) Confédération”, dans un communiqué, ajoutant qu’elle ne ferait pas de commentaires sur le fond du dossier.

14 personnes inculpées

Mercredi, la police suisse a mené à Zurich, à la demande des autorités américaines, un coup de filet spectaculaire, arrêtant, dans le luxueux hôtel où séjournaient quelque 300 officiels de la Fifa, dans l’attente du congrès de l’organisation, sept hauts responsables du football. Ils ont été placés en détention et doivent faire l’objet d’une procédure d’extradition simplifiée vers les Etats-Unis – même si six d’entre eux ont déclaré s’y opposer. Les suspects sont soupçonnés de corruption en lien avec l’attribution de Coupes du monde (notamment le Mondial 2010 en Afrique du Sud), de droits marketing et de droits télé. Au total, la justice américaine a indiqué avoir inculpé neuf élus et cinq fonctionnaires de la Fifa, pour des faits s’étalant sur les 24 dernières années, tandis que le siège de la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), situé à Miami, a été perquisitionné.

Parmi les personnes arrêtées en Suisse figurent notamment Jeffrey Webb (président de la Concacaf et vice-président de la Fifa), Jack Warner (ancien président de la Concacaf et vice-président de la Fifa), ou encore Eugenio Figueredo (ancien président de Conmebol, la fédération d’Amérique du sud, et vice-président sortant de la Fifa).

Fonds bloqués

La fédération internationale du football est aussi sous le coup d’une autre enquête concernant, elle, les attributions des Coupes du monde de 2018 à la Russie et 2022 au Qatar. Des processus jugés conformes, en novembre dernier, par la chambre de jugement de la commission d’éthique de la Fifa, en dépit des protestations de l’Américain Michael Garcia , avocat et ancien procureur, chargé du rapport d’enquête interne.

Un rapport transmis au ministère public suisse à l’automne, qui a ouvert, le 10 mars dernier une procédure pénale contre X pour soupçon « de blanchiment d’argent et gestion déloyale ». La justice a saisi ce mercredi, dans le cadre de cette enquête, des documents électroniques au siège de la Fifa à Zurich. Parlant aux journalistes lors d’un séjour à Mexico, la présidente brésilienne Dilma Roussef, dont le pays avait été l’hôte de la Coupe du monde 2014, a estimé : “S’il faut enquêter, il faut enquêter sur toutes les coupes, toutes les activités”.

Si les procédures suisse et américaine ne sont pas directement liées, elles sont « coordonnées », a affirmé Folco Galli, porte-parole de l’office fédéral suisse de la justice, ajoutant que des comptes sur lesquels auraient transité des fonds en lien avec ces affaires ont été bloqués dans des banques suisses. 

Election sous haute tension

La Fifa tiendra jeudi et vendredi son congrès annuel au cours duquel Sepp Blatter, âgé de 79 ans et à la tête de la puissante fédération depuis 1998 , briguera un cinquième mandat. En position de favori, l’inusable Suisse se disait ce mardi « confiant » – c’était avant que n’éclate ce nouveau scandale de corruption. Se présente contre lui le prince Ali Bin Al Hussein de Jordanie, 39 ans, avec pour thèmes de campagne le « changement » et l’« éthique ». Il a évoqué ce mercredi « un jour triste » pour le football. Michael van Praag, le président de la Fédération néerlandaise, et l’ex-Ballon d’or Luis Figo se sont tous deux retirés de la course en critiquant le processus électoral.

Source:Les Echos

______________

Qui sont les neuf responsables de la Fifa inculpés par la justice américaine ?

Sept d’entre eux ont déjà été arrêtés en Suisse pour des accusations de corruption par le Département américain de la Justice .

Jack Warner : président de la Confédération nord-américaine de football (Concacaf) et ex-vice-président de la Fifa, déjà impliqué dans de nombreuses affaires de corruption. Il a démissionné de tous ses mandats liés au football en juin 2011 et la Fifa a indiqué, à la suite de ces démissions, que toutes les procédures menées à son encontre par la Commission d’éthique étaient closes, et la présomption d’innocence demeurait.

Qui sont les neuf responsables de la Fifa inculpés par la justice américaine 1024x646 Corruption : Plusieurs hauts responsables de la Fifa ont été arrêtés tôt mercredi matin par la police suisse

De gauche à droite et du haut en bas : Rafael Esquivel, Nicolas Leoz, Jeffrey Webb, Jack Warner, Eduardo Li, Eugenio Figueredo and Jose Maria Marin

Bravant cela, Warner a été suspendu pour enquête après avoir été soupçonné d’avoir acheté des voix au sein de la Concacaf (confédération nord-américaine) avec l’homme d’affaires qatari et président de la Confédération asiatique (AFC), Mohamed Bin Hammam, qui s’était posé en rival de Blatter en se présentant à l’élection présidentielle de la Fifa en mai 2011.

Accusé dans d’autres dossiers d’avoir utilisé sa position dans les instances du football à des fins lucratives personnelles, Warner avait prédit un “tsunami” s’il était mis en cause.

De nationalité trinidadienne, Jack Warner a affirmé mercredi qu’il était “innocent de toute accusation”.

” J’ai quitté la politique du football mondial pour m’impliquer dans l’amélioration de la vie du pays où, à la grâce de Dieu, je mourrai… Les actions de la Fifa ne me concernent plus, “, a-t-il déclaré.

Nicolas Leoz : ancien président de la Confédération sud-américaine (1986 et 2013), était déjà impliqué dans une enquête menée par la commission d’éthique de la Fifa. Il avait contribué à classer une affaire dans laquelle le président de la Fédération internationale de football association (Fifa), Joseph Blatter, était accusé. Le dossier a été classé faute d’un code d’éthique à la Fifa avant l’automne 2004, à l’époque.

Une première enquête était déjà arrivée aux mêmes conclusions. Elle examinait des contrats exclusifs de droits TV pour la Coupe du monde pour lesquels la justice suisse avait accusé Joao Havelange, ex-président la Fifa (1974-1998), et Ricardo Teixeira, patron de la puissante fédération brésilienne (1989-2012) d’avoir perçu des pots-de-vin pour la Coupe du monde.

Les autres responsables actuels ou passés de la Fifa sont poursuivis par le ministère de la Justice américain pour corruption sont :

Jeffrey Webb : vice-président de la Fifa et président de la Concacaf.

Eduardo Li : membre des comités exécutifs de la Fifa et de la Concacaf.

Julio Rocha : chargé du développement à la Fifa.

Costas Takkas : attaché au cabinet du président de la Concacaf.

Eugenio Figueredo : actuel vice-président de la Fifa.

Rafael Esquivel : membre du comité exécutif de la Conmebol;

José Maria Marin : membre du comité d’organisation de la Fifa pour les jeux Olympiques.

Source: La Voix de l’Amérique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.