Côte d’Ivoire : Affoussiata Bamba traitée de «bordelle» par un journal camerounais

Côte d’Ivoire : Affoussiata Bamba traitée de «bordelle» par un journal camerounais

pix 1400503404e124324 2 Côte dIvoire : Affoussiata Bamba traitée de «bordelle» par un journal camerounais

C’est le buzz du moment. La ministre de la communication, Madame Affoussiata Bamba Lamine qui avait séjourné au Cameroun dans le cadre d’une visite officielle en avril dernier a été publiquement insultée, pour des raisons à cette heure ignorées, par un journal local dénommé « La Scène »

Le média camerounais dans son édition de jeudi dernier a osé taxer la ministre d’être la “bordelle du syndicat crime ivoirien” comme on peut le lire et le vérifier sur sa une en illustration de l’article.

« Les révélations chocs du séjour de la bordelle du syndicat du crime ivoirien au Cameroun», lis-t-on sur la une et révélant par la même occasion que cette dernière était au pays de Paul Biya pour “ivoiriser” la presse de ce grand pays de l’Afrique centrale.

Rappelons que l’ex-membre de la rébellion avait indiqué lors de sa conférence de presse tenue à Yaoundé qu’elle était venue promouvoir l’image de la Côte d’Ivoire dans les médias camerounais, après, selon elle, qu’une certaine presse au discours rétrograde ait tenté de déformer la réalité des faits relatifs à la crise post électorale en Côte d’Ivoire.

Une démarche à l’évidence peu appréciée par certains journalistes camerounais passionnés pour un grand nombre par la Côte d’Ivoire notamment depuis les événements de 2011 qui l’ont porté à la une de l’info mondiale.

Par ailleurs, un autre ivoirien de taille, Guillaume Soro est annoncé par un autre journal camerounais (Mutation, ndlr) sous peu à Yaoundé peut être dans la continuité de l’initiative de la ministre, ancienne proche de Soro, salie.

Cette animosité publique à l’encontre de l’avocate devenue ministre de Ouattara, ne choquera pas les observateurs avertis tant le nouveau régime ivoirien ne semble pas avoir la cote du côté de Yaoundé.

En effet, lors de la crise post-électorale qui a fait plus de 3000 morts selon l’ONU , nombre de médias, de réseaux et d’activistes camerounais avaient porté leur soutien à Laurent Gbagbo au détriment d’Alassane Ouattara devenu par la suite un “lieu commun” de mépris en tout genre.

Le plus emblématique sera celui de l’écrivain français d’origine camerounaise, Calixte Beyala, émis depuis Abidjan mais souillé par la suite par des révélations de “valises d’argent” reçues pour se faire.

Alors que l’autorité de régulation de la presse au Cameroun a ce vendredi réagit sur cette affaire sans sanction annoncée pour l’heure et que les autorités diplomatiques ivoiriennes au Cameroun tentent de s’activer, reste désormais à savoir si plainte d’Abidjan sera portée devant les tribunaux camerounais à l’encontre de “la scène”.

A suivre…

Donatien Kautcha

Source: koaci.com
 

About admin

One comment

  1. qu est ce qui est étonnant tout le gouvernement est pareil a commencer par celle que certains appellent la premiere dame qui s assemble se ressemble ainsi va la république dramanienne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.