Côte d’Ivoire, la seule manière d’obvier le capharnaüm kafkaïen dans le futur

Côte d’Ivoire, la seule manière d’obvier le capharnaüm kafkaïen dans le futur

Eh bien ! Encore répétons-nous ici : Puisque ça discute toujours sur le processus électoral, une vérité mille fois dit vaut mieux que le mensonge éphémère, ou le leurre qui laisse la place à un réveil brutal. Oui, l’idéal ici est un corpus d’organisme électoral Autonome et Apolitique, qui puisse mettre tout le monde en confiance. Pour qu’ainsi, le processus électoral mis à l’abri des votes de la main de « Dieu », par ce qui s’y connaissent, puisse délibéré au terme juridique des élections, sur des résultats qui s’imposeront à tout le monde politique en compétition. Voici donc égrené ci-dessous, les instruments de musiques indispensables à l’olympiade démocratique. Donc il nous faut :

1*- une commission électorale autonome et Apolitique sans bidonnage politique.

*2- Un conseil constitutionnel judiciaire piloté par une main experte… «  Le  cadenas judiciaire se homogénéise autour de l’arène politique ivoirienne en prélude de 2020, pour que les éventuels recours obéissent à la volonté du monarque».

*3- Un découpage électoral équilibré et consensuel basé sur la quantification de la population administrée, avec le même nombre d’élus pour le même nombre d’administrés, partout dans l’assiette territoriale ivoirienne… « L’actuel découpage électoral fait la part belle à des portions territoriales privilégiées qui sont trop servi en élus au détriment des autres ».

*4- Un consensus autour de la liste électoral actuel afin d’intégré des millions de potentiels électeurs qui n’y figurent pas par dégout ou pour d’autres raisons «  je veux ma pièce d’identité seulement, rien ne changera, ce sont les même ».

*5- un consensus autour de l’identification actuelle des électeurs sur la base d’une nouvelle option de droit de la nationalité ivoirienne s’il le faut… « L’ancienne option de nationalité est celle des indépendances Africaines ou tout le monde était préoccuper par la protection de son identité nationale. Ici sans Micmacs et Zigzags Alassanéen, l’option du droit du sol avec l’exigence d’un lien ou d’un lieu initial de rattachement territorial effectif, serait conforme au temps présent du monde civilisé, et serait d’une longévité certaine. Puisque le code de nationalité de Alassane Ouattara est un non-sens juridique, ostensiblement Bâtard, un bidonnage hybride et débridé de non-droit, une compilation de volonté personnelle sans tête et sans queux, dans le seul but de se faire un troupeau de bétail électoral, aujourd’hui non-atteint».

*6- Proscrire : le parrainage des candidats par des élus ou par les signatures citoyennes, pour être admis candidat. Ce procédé peu démocratique, est un outil manifeste d’élimination mafieuse du processus démocratique. Et un objet d’obstruction de tous candidats gênants à l’électorat épars dans toute l’assiette territoriale.

*7- Proscrire le vote électronique qui n’a jamais été considéré comme une évolution du système électoral, au contraire il a démontré toutes ses failles, qui donnent une véracité incertaine au résultat des votes et a été taxé de très couteux. Et surtout ce système a l’inconvénient de ne pas pouvoir être contrôlé par le public, donc de rendre la fraude possible et difficile à détecter et à prouver, et par conséquent de la rendre probable.

*8- Aussi laisser toutes les compétences nationales évoluées sans restriction aucune, et sans promotion textuelle aucune. Avec le droit égal pour tous à toutes les candidatures électives, et de remplir une unique condition, être de nationalité ivoirienne au titre du code de la nationalité consensuelle-ment réécrit. Donc sans que cela ne s’impose à la politique interne des partis politiques, ne pas emprunter les effets de modes d’une textuelle répartition équilibrée des hommes et des femmes sur les listes de candidatures aux élections. Donc proscrire les normes juridiques de régulation sociale de la représentation politique fondée sur les quotas et la parité, ou fondée sur les considérations des sexes. Seule la capacité et la compétence de chaque citoyen et de chaque citoyenne doivent primées. Tout ce qui est donné par condescendance ne paye pas en politique, pire il anéanti toutes idées personnelles et toutes ambitions personnelles. Et tout ce qui est acquit par exception aux règles de compétition démocratique loyale ne sert pas une cause commune, il est formalisme de façade en politique. Il est constant que toute offre politique par pitié signe l’arrêt de mort politique, de l’homme politique.

Oui, il est reconnu et constant de par le monde que, les toutes puissantes gouvernantes : Angela Merkel en Allemagne, (Margaret Thatcher)-et Theresa May au royaume-Unis,  Kolinda Grabar-Kitarović en Croatie,  Beata Szydlo en polongne , Dalia Grybauskaité en Litianie, Marie-Louise Coleiro Preca à Malte, Erna Solberg en Norvège, Doris Leuthard en suisse, Kersti Kaljulaid en Estonie, Ellen Johnson Sirleaf au Libéria. Et aussi même dans les pays dit religieux : Indira Gandhi en Inde, Corazon Aquino aux Philippines, Benazir Bhutto au Pakistan, Sirimavo Bandaranake au Sri Lanka, Khaleda Zia au Bangladesh et Tansu Ciller en Turquie, « la liste est très longue », n’ont pas eu besoin de politique de quotas et de parité, fondée sur la considération d’appartenance sexuelle, pour gouverner leurs pays de main de maitre. Leurs capacité à se faire obéir par leurs gouvernés consentants et leurs capacités intellectuelles les a imposés dans l’arène politique. Et s’est de droit, dans le respect des règles de la concurrence politico-démocratique.

Voici égrené ci-dessus, les instruments indispensables à une olympiade démocratique, enviable de par le monde civilisé. Oui, il faut mettre tout le processus électoral ivoirien totalement à plat, et d’opter pour une nouvelle architecture procédurale consensuelle et universelle. Quand la fondation d’un système démocratique est hybride et bâtarde, toutes les institutions qui en résultent naissent hybrides, bâtardes et vermoulues. Oui exemple parmi les exemples, de l’indépendance jusqu’en 2002, la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny, doit retrouver sa place de pays d’exemple de paix et de stabilité sociopolitique. Ici il ne s’agit pas de tout rejeter en bloc, mais de tout récupère, pour mettre hors-Jeu, les armes « fusils » comme la mesure de valeur sociopolitique en côte d’ivoire, « autrement dit le « Mangouste-isme » politicien du pouvoir d’Alassane Ouattara ». Peuplé d’hommes politiques mafieux, d’ultra mange-mils, fortifiés par l’arbitraire du despotisme, et dans l’art de lancer des Anathèmes et des excommunications. Et surtout qui n’aiment pas admettre s’être trompé en faisant fausse route a la tête du navire ivoire qui fonce dans les rochers.

Des hommes politiques devenus fort d’une escouade de courtisans mange-mils, constitué en brigade de soutien et en une meute de clébards clanique et bornée d’acclamation. Qui ne songent qu’à japper derrière les opposants et mordre aux mollets de tous ceux qui les tournent le dos par dégout, y compris les exilés politiques, qu’ils tentent d’extrader par des moyens louches controuvés. Une peuplade d’ultra-mafieux d’individus ripoux, qui s’entredéchirent autour des intérêts égoïstes et égocentriques, sans se soucieux du devenir du peuple souverain ivoirien et de la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny. Surtout qui n’envisagent le combat politico-démocratique et les débats d’idées démocratiques, que sous la forme d’une guerre civile opposant deux « 2 » armées rivales qui ne pensent qu’à s’exterminer mutuellement, pour qu’advienne l’inacceptable et l’injustifiable. Et de s’imposer par la suite par les armes « fusils ». En d’autre terme, mettre les Armes hors-Jeu de la sphère politique ivoirienne, pour avoir des institutions crédibles, dirigées par des élus aux légitimités incontestables. Parce que parti tous sur la même ligne équidistante vers la conquête du pouvoir d’état, avec l’organisation et la gestion par un corpus d’organisme électoral accepté par tous au départ.  Donc il faut proscrire les culottes trouées, afin d’obliger tous les acteurs politiques à monter sur l’arbre de la transparence. C’est la seule manière d’obvier dans le futur, le capharnaüm kafkaïen « autrement dit la bêlêkilitique », ou les mangoustes seront à la fête sociopolitique chez pétaudière et vive les dégâts.

Donc soyons clair, sans nuance ou ambiguïté d’intérêt particulier, puisque ça discute sur le processus électoral. Répétons-nous ici encore: Il faut surtout une commission électorale autonome et Apolitique sans bidonnage politique. Parce que lorsque dans un système électoral, certains dirigeants de l’organisme électoral sont nommés par les différents pouvoirs de l’état « exécutif, législatif et judiciaire » sur la base de leurs appartenances de liens privilégiés, avec les dirigeants de ces pouvoirs. Et/ou sont nommés par les partis politiques et les candidats indépendants en compétition, donc nommé sur la base de leur adhésion à un parti ou de leur affinité pour un certain bloc de parti, ou partisans des candidats indépendants, la neutralité dans ce cas devient logiquement incertaine, sinon impossible. L’impartialité devient inconciliable avec la défense des intérêts politiques particuliers que sous-tendent les appartenances qui nomment au sein de l’organisme électoral. Or une élection ne peut connaître de succès, que si les participants au processus électoral « candidats ou citoyens électeurs » croient que les administrateurs électoraux accomplissent leurs tâches de façon neutre et sans partialité politique.

Ceci est l’idéal de par le monde. Au ca contraire, l’organisme de l’administration électorale et la crédibilité de tout le processus électoral seraient mise en jeu sous l’emprise des appartenances politiques et par conséquent, la fiabilité et la réputation de tout le système électoral en souffriraient. Parce que les nominations des administrateurs électoraux pour/par raison d’appartenance signifies clairement une partialité ostensible d’intérêt politique manifeste et un parti-pris grotesque et ostensible dans le processus électoral. Ainsi face aux intérêts d’appartenances à défendre ou à surveiller, les trucages des élections seront au rendez-vous, dans  le processus électoral, qui se doit pourtant d’être neutre et impartial. Oui, il est de principe universel que l’organisme électoral chargé du déroulement du processus électoral doit être à l’abri de toute ingérence de la part des autres pouvoirs d’État, principalement du pouvoir Exécutif, et faire preuve de neutralité totale et d’impartialité soutenue.

Détrompons-nous ici et maintenant. Le pouvoir d’Alassane Ouattara comme en 2010 et suivants, attend un vote de la main de « Dieu » en 2020. C’est pourquoi ils se plaisent dans des divinations sans retenus, du genre : « Allez dire aux ambitions présidentielles opposées à Alassane Ouattara que 2020 est déjà bouclée, est déjà géré, est déjà calé. En côte d’ivoire après Dieu c’est Alassane Ouattara ». Donc le vote de la main de « Dieu » est acquit pour son suivant direct dans la hiérarchie divine. Pour une fois optons pour le sérieux, le durable, pour l’universellement admise. Et montrons notre capacité à faire bouger les lignes sociopolitiques dans notre pays la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny.  Oui, pour une fois préférons un bon remède de fond, à une solution ponctuelle éphémère. Oui, osons la vérité crue et nue devant l’arbitraire du pouvoir monarchiste, unilatéraliste, absolutiste, autoritariste et despotique de Alassane Ouattara, pour préserver l’intérêt de la totalité sociale ivoirienne. Nous osons espérer des négociateurs d’un remède de fond et de longévité pour le corpus de l’organisme électoral ivoirien. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Bopigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

Un soit-dit en passant : de Lepetitfils. D-C. Leader de la légitimité citoyenne. « Convention du 28 juillet 1951 ».

2 comments

  1. 822683 344059Yay google is my world beater helped me to find this wonderful web site ! . 638830

  2. 128582 852730An fascinating discussion is worth comment. I think that you need to write far more on this matter, it might not be a taboo subject but normally individuals are not enough to speak on such topics. Towards the next. Cheers 967518

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.