Côte d’Ivoire : Oser la Révolution Communiste chinoise ! (Par Hassane Magued)

Côte d’Ivoire : Oser la Révolution Communiste chinoise ! (Par Hassane Magued)

La Révolution Permanente voudrait partager avec vous, cette chronique extraite d’une note de lecture d’un document produit par James Petras. Pour la petite histoire, James Petras est un professeur de sociologie de Binghamton University, New York, à la retraite. Il lutte depuis 50 ans pour l’égalité et conseille les sans-terre et sans-travail du Brésil et d’Argentine. Il a co-écrit Globalization Unmasked (Zed Books). Son dernier livre est: The Arab Revolt and the Imperialist Counterattack.

Nous vous invitons donc à lire et tirer toutes les leçons de cet extrait qui nous dit : nouvelle Afrique du panafricanisme révolutionnaire, Côte d’Ivoire debout et amorçant la montée triomphale, l’Ecole chinoise est un modèle et un témoignage auquel il faut absolument regarder !

« … L’impérialisme occidental et le déclin de la Chine

Les piliers de la conquête britannique et occidentale de l’Orient sont la militarisation des états impériaux, le manque de réciprocité dans leurs relations économiques avec les pays étrangers et la nature de l’idéologie occidentale impériale qui permettait et justifiait la conquête de pays étrangers.

A la différence de la Chine, la révolution industrielle britannique et son expansion au-delà des mers est le fruit d’une politique guerrière. Selon Hobson, entre 1688 et 1815, l’Angleterre était en guerre 52% du temps. Tandis que la prospérité chinoise reposait sur le libre-échange, la production de biens et les innovations commerciales et bancaires, les Britanniques préféraient les barrières douanières, les conquêtes militaires et la destruction systématique des entreprises étrangères compétitives ainsi que le vol et le pillage des ressources locales. La suprématie chinoise était basée sur “les bénéfices réciproques” des partenaires, tandis que les Britanniques avaient recours à des armées de mercenaires, la répression sauvage et la méthode “diviser pour régner” pour attiser les rivalités locales. En cas de résistance des autochtones, les Anglais (comme d’autres puissances impérialistes) n’hésitaient pas à exterminer des communautés entières.

Incapables de rentrer en compétition avec le marché chinois, l’Angleterre a eu recours à la puissance militaire brute. Elle a armé et formé des mercenaires recrutés dans ses colonies en Inde et ailleurs pour forcer la Chine à importer ses produits et pour lui imposer des traités inégaux à des tarifs préférentiels. La Chine a été inondée d’opium britannique produit dans ses plantations d’Inde au mépris des lois chinoises qui interdisaient ou régulaient l’importation et la vente de narcotiques. Les dirigeants chinois habitués depuis longtemps à la supériorité de leur commerce et de leur fabrication n’étaient pas préparés aux “nouvelles règles impériales” du pouvoir international. La propension occidentale à coloniser des pays par les armes, à piller leurs ressources et à recruter d’énormes armées de mercenaires commandés par des officiers européens a mis fin à la puissance internationale de la Chine.

Au début du 20ième siècle (moins d’un siècle après les Guerres de l’Opium), la Chine avait perdu son statut de puissance économique mondiale ; elle était devenue un pays brisé, à demi colonisé et dont l’immense population était réduite à la pauvreté. Les principaux ports étaient contrôlés par les officiels de l’impérialisme occidental et l’intérieur du pays était régi par des seigneurs corrompus et brutaux. Des millions de personnes étaient devenus esclaves de L’opium anglais.

La Chine renaît des cendres du pillage et de l’humiliation impériales : La révolution communiste chinoise

C’est le succès de la révolution communiste chinoise du milieu du 20ième siècle qui a rendu possible l’ascension de la Chine moderne à la place de seconde économie mondiale. L’armée “rouge”, l’armée populaire de libération, a vaincu d’abord l’armée impériale japonaise et ensuite l’armée impérialiste étasunienne soutenue par le Kuomintang, l’armée “nationaliste” menée par les “compradores”. Cela a permis la réunification de la Chine en un état souverain indépendant. Le gouvernement communiste a aboli les privilèges extraterritoriaux des impérialistes occidentaux, mis fin au pouvoir des seigneurs de guerre et des gangsters et chassé les propriétaires millionnaires de bordels, les trafiquants de femmes et de drogues ainsi que les autres “fournisseurs de service” de l’empire étasuno-européen.

A tous les sens du mot, la révolution communiste a forgé l’état chinois moderne. Les nouveaux dirigeants ont alors procédé à la reconstruction d’une économie ravagée par les guerres impériales et le pillage des capitalistes japonais et occidentaux. Après plus de 150 ans d’infamie et d’humiliation, le peuple chinois a retrouvé sa fierté et sa dignité nationales. Ces éléments socio-psychologiques ont joué un rôle essentiel dans la capacité du pays à se défendre contre les attaques, le sabotage, les boycotts et les blocus étasuniens qui ont suivi la libération.

Contrairement à ce que prétendent les économistes occidentaux et les économistes néolibéraux chinois, la dynamique croissance de la Chine n’a pas commencé en 1980. Elle a commencé en 1950 avec la réforme agraire qui a procuré de la terre, des infrastructures, des crédits et de l’assistance technique à des centaines de millions de paysans et ouvriers agricoles misérables. Grâce à ce qui est aujourd’hui appelé “capital humain” et à une gigantesque mobilisation sociale, les communistes ont construit des routes, des aérodromes, des ponts, des canaux et des lignes de chemin de fer de même que les industries de base, comme le charbon, l’acier, le fer, qui ont constitué la colonne vertébrale de l’économie de la Chine moderne.

Le vaste système d’éducation et de santé de la Chine communiste a produit une force de travail motivée, instruite et en bonne santé. Son armée hautement professionnelle a empêché les Etats-Unis d’étendre leur empire militaire à travers la péninsule coréenne jusqu’aux frontières de la Chine. De même que les historiens et propagandistes ont fabriqué l’histoire d’une Chine “décadente et stagnante” pour justifier leur brutale conquête, de même leurs homologues contemporains ont réécrit l’histoire des trente premières années de la Révolution Communiste chinoise, en niant son rôle positif dans le développement de tous les éléments d’une économie, d’un état et d’une société modernes. Il est clair que la rapide croissance de la Chine a été la conséquence du développement de son marché intérieur, de la formation rapide de scientifiques, de techniciens et de travailleurs qualifiés et que le filet de sécurité sociale qui protégeait et promouvait la mobilité des ouvriers et des paysans étaient les fruits de la planification et des investissements communistes.

La montée en puissance de la Chine sur l’échiquier mondial, a commencé en 1949 par l’évincement de toute la classe financière spéculatrice parasite des “compradores” qui avaient servi d’intermédiaires aux impérialistes européens, japonais et étasuniens pour drainer les grandes richesses de la Chine… »

Que dire d’autre ?

A Très Bientôt.

Hassane Magued

La Révolution Permanente

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE