Côte d’Ivoire/État-civil: L’avenir de 1,2 millions d’enfants de l’école primaire va-t-il être sacrifié malgré le soutien de l’Unicef ?

Côte d’Ivoire/État-civil: L’avenir de 1,2 millions d’enfants de l’école primaire va-t-il être sacrifié malgré le soutien de l’Unicef ?

En Côte d’Ivoire, ce sont 2,2 millions d’enfants qui ne sont pas enregistrés à l’état-civil et Plus de 30% des élèves du primaire n’ont pas d’extraits de naissance. Or un enfant sans acte de naissance n’a pas d’identité. Il est donc invisible aux yeux de l’État. Il sera forcé de quitter l’école puisque, sans acte de naissance, il ne peut acquérir aucun document officiel.

Ayant fait ce constat grave, l’Unicef a décidé de soutenir le gouvernement ivoirien pour fournir un certificat de naissance à chaque enfant vivant en Côte d’Ivoire. Cette opération rentre aussi dans le cadre de la reforme du système de l’état-civil ivoirien défaillant à cause des crises qui ont secoué le pays. Piloté par le ministère de l’intérieur en collaboration avec le ministère de la justice, le ministère de la santé et le ministère de l’éducation nationale, le projet soutenu par l’Unicef va permettre à 1,2 millions d’enfants de l’école primaire d’avoir un extrait de naissance et pouvoir avoir le droit d’aller à l’école et avoir un futur prospère. Mais depuis deux mois, l’opération est bloquée.

Les agents techniques qui travaillent dans les sous-préfectures pour délivrer les extraits de naissance sont en colère. Et cette colère met mal à l’aise les inscriptions des enfants du primaire qui n’ont aucun document pour s’inscrire, surtout à l’intérieur du pays. Cette rentrée est donc très éprouvante pour les directeurs d’école primaire qui ont déposé des demandes d’extraits pour les écoliers. Nous avons rencontré plusieurs qui nous exprimé cette épreuve difficile pour les élèves du CM2. « Les sous-préfectures sont en grève, les agents de UNITEC sont en grève. Que se passe-t-il réellement ? », a demandé le directeur d’une école primaire de Méagui (au sud-ouest de la Côte d’Ivoire).

Le volet technique du projet soutenu par l’Unicef a été confié à Universal Technology (UNITEC), une société d’informatique basée à Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire. Or UNITEC et ses 206 agents déployés sur le territoire national sont en crise de confiance parce que la société doit 3 mois de salaire à ses employés. Dans un SMS, le DG, H. Body explique pourquoi il n’a pas encore payé les salaires : « …la banque n’a pas accepté de remettre en espèce puisque les fonds du ministère ne sont pas encore disponibles sur notre compte. Ils (les responsables de la banque) ont dit qu’ils engagement un découvert. »

Dans les sous-préfectures de la Côte d’Ivoire, les agents de UNITEC sont en grève et les directeurs d’école qui ont déposé des lots de demande d’extrait de naissance, attendent pour reconstituer les dossiers des élèves surtout ceux des candidats au Cepe et à l’entrée en sixième. Le samedi 16 septembre 2017, le DGa, M. Bénié avait tenté de calmer les agents via le SMS suivant : « A tous les CR, le Dg UNITEC vous prie de bien vouloir rassurer vos agents qu’il se bat avec hargne pour que tous les salaires passent la semaine prochaine au plus tard le jeudi… » Dans ce SMS, le DGA de UNITEC révélait le mal qui secoue encore la société : le versement de trois mois d’arriéré de salaire à 206 agents. UNITEC n’arrive toujours pas à payer les salaires de ses agents « parce que le DG dit que le ministère ne l’a pas encore payé » a expliqué un agent en colère.

Dans un SMS du samedi 23 septembre 2017, le DG tente encore de calmer ses employés en expliquant ceci : « Bonjour cher tous, je suis désolé pour le désagrément. Un virement est en cours du ministère est en cours mais notre compte n’est pas encore accrédité. On fera le dépôt sur les comptes vers mercredi, dès réception. » Mais le DG de UNITEC n’a pas tenu parole et il se justifie dans un SMS du 29 septembre 2017 et donne un autre rendez-vous de paiement qui n’a pas été aussi respecté : « C’est en cours de virement la banque n’a pas accepté de remettre en espèce puisque les fonds du ministère ne sont pas encore disponibles sur notre compte. Ils ont dit qu’ils engagent un découvert. Donc vous serez satisfaits. J’ai mis deux mois. Donc vraiment je suis désolé. Restons unis, solidaires et patients. »

Pourtant, jusqu’aujourd’hui, aucun salaire n’a été versé aux 206 agents de UNITEC… Nous avons tenté de joindre en vain le ministère de l’intérieur pour savoir pourquoi, le paiement de UNITEC n’a pas été fait, au point que la société rencontre des difficultés pour payer ses employés ? La conséquence du blocage du projet pourtant soutenu par l’Unicef est grave. En effet, pour éviter le travail des enfants en Côte d’Ivoire et leur donner un meilleur avenir, défendre les droits des enfants et protéger la vie de chacun d’entre eux chaque jour, l’Unicef soutient ce projet de délivrance d’actes de naissance aux enfants du primaire. Un enfant sans extrait de naissance risque d’abandonner l’école par faute de document.

Colbert Kouadjo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE