CPI: L’affaire Jean Pierre Bemba et ses 4 co-accusés (en liberté provisoire) renvoyés en procès

CPI: L’affaire Jean Pierre Bemba et ses 4 co-accusés (en liberté provisoire) renvoyés en procès

C’est le retournement de situation à la CPI dans l’affaire le Procureur contre JP. Bemba, Aimé Kilolo, Jean-Jacques Mangenda, Fidèle Babala et Narcissse Arido. Ayant bénéficié d’une liberté provisoire,  le 21 octobre 2014, du moins les quatre derniers, sur décision de la Chambre préliminaire II, les coaccusés de Bemba Gombo dans l’affaire ‘‘atteintes présumées à l’administration de la justice’’ vont devoir se présenter, à nouveau, devant la Cour. Cette fois-là, pour un procès.

La décision est tombée hier, mardi 11 novembre 2014, à la Chambre Préliminaire II qui a confirmé, en partie, les charges d’atteintes à l’administration de la justice à l’encontre de Bemba Jean-Pierre et compagnie et a renvoyé les cinq suspects en procès. Des preuves suffisantes auraient été établies, donnant ainsi des motifs substantiels de croire que les suspects auraient commis, dans l’affaire le Procureur Contre JP Bemba, des atteintes à l’administration de la justice en rapport avec des témoignages.

Toutefois, sous réserve du droit de l’Accusation et de la Défense de demander l’autorisation d’interjeter appel, la Présidence de la CPI constituera une Chambre de première instance en temps utile, qui sera en charge du procès. La décision de ce mardi 11 novembre 2014, indique-t-on, ne remet pas en cause la mise en liberté provisoire accordée à Aimé Kilolo, Jean-Jacques Mangenda, Fidèle Babala et Narcissse Arido.

Affaire Bemba, Kilolo et al. : la Chambre préliminaire II renvoie les cinq suspects en proces

Situation : République centrafricaine
Affaire : Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido

Ce mardi 11 novembre 2014, la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (CPI) a confirmé, en partie, les charges d’atteintes à l’administration de la justice à l’encontre de Jean-Pierre Bemba Gombo, d’Aimé Kilolo Musamba, de Jean-Jacques Mangenda Kabongo, de Fidèle Babala Wandu et de Narcisse Arido et a renvoyé les cinq suspects en procès. La Chambre a également rejeté la requête de la Défense aux fins d’arrêt des procédures.

La Chambre préliminaire II a conclu qu’il y avait des preuves suffisantes donnant des motifs substantiels de croire que les suspects auraient commis dans le cadre de l’affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo des atteintes à l’administration de la justice en rapport avec des témoignages. Ces atteintes, toutes commises entre la fin de 2011 et le 14 novembre 2013 dans divers lieux, incluaient la subornation de témoins, pour leur avoir donné de l’argent et des instructions afin qu’ils produisent de faux témoignages ainsi que la production d’éléments de preuve faux ou falsifiés et la présentation de faux témoignages dans la salle d’audience. Elles auraient toutes été commises par divers moyens y compris les faits de solliciter, commettre, faciliter, encourager, apporter son aide, son concours ou toute autre forme d’assistance à la commission de ces atteintes.

La Chambre a rejeté les charges apportées par le Procureur concernant la production de documents faux ou falsifiés.

Sous réserve du droit de l’Accusation et de la Défense de demander l’autorisation d’interjeter appel, la Présidence de la CPI constituera une chambre de première instance en temps utile, qui sera en charge du procès.

Contexte : Le 20 novembre 2013, la Chambre préliminaire II de la CPI a délivré un mandat d’arrêt à l’encontre de Jean-Pierre Bemba Gombo, de son ancien Conseil principal Aimé Kilolo Musamba, de Jean-Jacques Mangenda Kabongo (ancien membre de l’équipe de la Défense de M. Bemba, chargé de la gestion des dossiers de l’affaire), de Fidèle Babala Wandu (membre du Parlement congolais, Secrétaire général adjoint du Mouvement de Libération du Congo), et de Narcisse Arido (témoin cité à comparaître par la Défense), pour des atteintes présumées à l’administration de la justice dans le contexte de l’affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo.

Aimé Kilolo Musamba et Fidèle Babala Wandu ont été transférés au quartier pénitentiaire de la CPI le 25 novembre 2013 et leur première comparution, ainsi que celle de Jean-Pierre Bemba Gombo, a eu lieu le 27 novembre 2013. Jean-Jacques Mangenda Kabongo a été transféré au quartier pénitentiaire le 4 décembre 2013 et a comparu pour la première fois devant la Cour le 5 décembre 2013. Narcisse Arido a été transféré au quartier pénitentiaire le 18 mars 2014 et a comparu pour la première fois devant la Cour le 20 mars 2014.

Le 21 octobre 2014, la Chambre préliminaire II a ordonné  la mise en liberté provisoire d’Aimé Kilolo Musamba, de Jean-Jacques Mangenda Kabongo, de Fidèle Babala Wandu et de Narcisse Arido. La décision du 11 novembre 2014 ne remet pas en cause la mise en liberté provisoire accordée aux quatre suspects. Jean-Pierre Bemba, le cinquième suspect dans cette affaire, reste en détention dans le cadre des procédures en cours dans une autre affaire devant la Cour : Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo.

Source: La Prosperiteonline

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.