CPI : Procès ou cérémonie d’enterrement de la vérité sur la crise ivoirienne ? (Par Ahoua Donmello)

CPI : Procès ou cérémonie d’enterrement de la vérité sur la crise ivoirienne ? (Par Ahoua Donmello)

Pour accuser le Président Laurent GBAGBO d’avoir fomenté un plan pour se maintenir au pouvoir par tous les moyens même par des crimes, il faut d’abord prouver qu’il a perdu les élections. Or au démarrage de ce procès, Bensouda décide d’enterrer la vérité des urnes après 5 ans d’enquêtes qui ont certainement mis en évidence cette vérité et que Bensouda refuse de révéler pour éviter la honte à la communauté internationale. Mais la vérité finira par éclater comme la vérité a fini par éclater en Irak. En effet, Pour écarter Saddam du pouvoir, Bush avait convaincu le monde entier que l’Irak possédait des armes de destruction massive. SADDAM est mort, l’Irak est en morceaux. Les prédateurs ont pris possession des puits de pétrole mais les armes de destruction massives restent introuvables.

Tôt ou tard, le monde entier saura que Gbagbo avait gagné les élections présidentielles de 2010 en Côte d’Ivoire et que la motivation de cette guerre de la France faite à la Côte d’Ivoire n’avait pour unique objectif que d’écarter celui qui faisait obstacle au pillage de la Côte d’Ivoire.

Ce procès ne permettra donc pas de connaître la vérité des urnes mais de chercher à cacher cette vérité et ignorer la majorité des victimes de cette barbarie sans nom pour exhiber une minorité dans le seul but de criminaliser le droit du peuple ivoirien à disposer de lui-même et de blanchir la minorité qui voulait le pouvoir par tous les moyens y compris par des coup d’Etat, des rébellions, des massacres de masse, le mépris de la vérité des urnes et le mépris de la constitution.

La réconciliation par une justice qui enterre la vérité, la constitution et la majorité des victimes est une voie sans issue.

La Côte d’Ivoire n’échappera pas à une nouvelle crise tant que la vérité, la constitution et la majorité des victimes seront ignorées au profit d’un régime minoritaire, illégal et illégitime, expert en crimes et en coup d’État dont l’expertise s’exporte au Burkina Faso après avoir été certifiée en Côte d’Ivoire par l’ONU.

Plusieurs pays africains ayant l’ambition de jouir de leur droit à l’autodétermination ne sont donc pas à l’abri de cette expertise quand on connaît la volonté de leur parrain à faire de l’Afrique son avenir et donc de se donner le droit de déterminer cet avenir.

la présence de Blaise Compaoré sur le sol ivoirien, accueilli à bras ouvert avec armes et bagages, ne pourra que renforcer cette expertise pour le compte du parrain commun qui a déporté Gbagbo pour déposer Ouattara afin de régner sans partage sur l’AOF comme au bon vieux temps des déportations qui ont précédé la colonisation de l’Afrique.

A Benssouda, aujourd’hui, d’assurer le rôle de tirailleur en remplaçant le canon par le droit et les centres de déportation par la CPI. Quand on sait que ce sont les occidentaux qui apportent la plus grosse contribution à la CPI, mais ne sont pas concernés par les sanctions de cette institution, alors on comprend mieux la mission de la CPI.

Ahoua Donmello

About Tjefin

One comment

  1. Selon moi,et beaucoup d’esprits sincères et vrais conviendront,le fait même que la CPI balise son procès en rejetant la question essentielle de qui a gagné les élections,cela veut dire qu’elle (CPI) a compris que Dramane Wattra ne les a pas gagnées!Donc,il ne faut pas ouvrir la boîte à pandore sinon,la manigance sera vite aperçue! Quand Fatou Bensouda dit qu’il ne s’agit pas de déterminer qui a gagné les élections mais de voir les crimes issus de la crise post-électorale,elle devient du coup une Hilary Clinton aux Usa,connue pour ses gros mensonges sur lesquels le FBI enquête!Or,donc,le soi-disant procès est déjà biaisé car dénué de son fond.C’est celui qui a perdu les élections qui a fait la guerre avec l’appui des forces françaises et qu’il y a eu morts.Pire,il y avait un pouvoir légal en place et les élections qui se tenaient n’étaient qu’un processus.Il peut être validé ou annulé par l’organe constitutionnel!Comment donc,s’il y a guerre ou crise,c’est un seul camp qui est en prison,jugé?Pourquoi avait-on refusé le re-comptage des voix alors que cela s’est fait dans nombre de pays?Ceux qui avaient refusé cette issue (Onu et la france de Sarkozy)sont comptables des troubles et des morts.Lors de la crise,l’Onu+la france de Sarko avaient déjà choisi leur camp;aussi,les Ivoiriens avaient été privés de tout:argent,vivres,médicaments et soins!Il y a eu des morts,des gens qui ne pouvaient pas se soigner et soigner leurs parents malades!Ces morts voulus par l’Onu et la france de Sarkozy ne sont pas un acte de crime contre l’humanité?A cause d’un seul homme (Dramane) l’Onu et la france de Sarkozy ont laissé des populations affamées et mortes:un geste digne du nazisme et des holocaustes.Cet acte restera impuni car ce sont des Nègres qui sont morts,aucun blanc de Charlie-Hebdo pour émouvoir les chefs de villages africains arrivés en france dans leur fonction de pleureurs professionnels aux obsèques du blanc!C’est en cela,quoique le dossier soit vide en accusation de SEM Gbagbo et M. Ble Goude,les voyous impérialistes et expansionnistes iront à condamner ces innocents pour faire vivre les parrains et tenants de l’idéologie de la sujétion du Noir.Pour eux,le Noir,c’est un singe mort,pas un humain avec des droits comme eux!A quand alors le sursaut d’éveil africain?Aujourd’hui,c’est M. Gbagbo,ils sont en laboratoire,demain ce sera un autre chef d’état,avec une petite modification stratégique!Continuons à subir car tels nous sommes,le blanc l’exploite!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.