Crimes économiques et les enrichissements illicites et rapides en Côte d’Ivoire: Le cas de CICA créée par Charles Diby Koffi et les sociétaires d’Abengourou

Crimes économiques et les enrichissements illicites et rapides en Côte d’Ivoire: Le cas de CICA créée par Charles Diby Koffi et les sociétaires d’Abengourou

Les micro-finances en question et les enrichissements illicites et rapides en Côte d’Ivoire

Le cas de CICA créée par Charles Diby Koffi et les sociétaires d’Abengourou

Hommage à Monsieur Joseph Titi Gnahoua directeur de publication du quotidien « Aujourd’hui » ; J’ai lu passionnément votre page événement du 21-07-2015. J’ai été tellement choquée par l’attitude de nos dirigeants ivoiriens qui s’enrichissent sans mesure alors que le peuple meurt dans la pauvreté.  En tant que militante des droits de l’Homme, je soutiens votre combat. Votre journal est crédible avec des journalistes de bons niveaux d’analyse. Moi, j’ai été choquée par les pratiques des microfinances en Côte d’Ivoire en occurrence une microfinance dénommée  Caisse Ivoirienne d’Épargne et de Crédit Agricole (CICA) créée par Charles Diby Koffi. Les pratiques de cette microfinance ont été révélées par un journaliste et moi-même j’en ai été tellement choquée que je me suis rendue à Abidjan puis à Abengourou pour enquêter.

Les micro-finances en question en Côte d’Ivoire

Dans sa parution du 21-07-2015 la « une » du quotidien « Aujourd’hui » faisait allusion aux « transferts illicites de fonds, blanchiment d’argent, détournement de l’aide au développement…», et à « Comment Charles Diby transférait l’argent du trésor public dans les paradis fiscaux au profit de Ouattara en 2006 ».  Dans ce dossier exclusif, un nom est apparu plusieurs fois. Il s’agit de Charles Koffi Diby, ancien Directeur général du trésor public de Côte d’Ivoire. Au cours d’une enquête que nous avons diligentée en Côte d’Ivoire en tant que militante des droits de l’Homme, suite à l’article d’un journaliste, nous avons découvert qu’une micro-finance créée par Charles Koffi Diby avait bloqué depuis cinq ans, les comptes de ses sociétaires d’Abengourou, une ville à l’Est de la Côte d’Ivoire.

Et depuis cinq ans, les activités économiques de ces sociétaires-là ont été arrêtées. Cette microfinance, un vrai réseau maffieux n’est autre que la Caisse Ivoirienne D’épargne et de Crédit Agricole (CICA) créée par Charles Diby Koffi alors Directeur général du Trésor public de Côte d’Ivoire sous le régime Laurent Gbagbo. Nous-nous préparons à réaliser avant les élections prochaines, un documentaire-télé sur les victimes de cette microfinance pour montrer aux yeux de la communauté internationale comment une microfinance peut violer aussi dangereusement les droits de l’Homme en Côte d’Ivoire. Le cas des victimes d’Abengourou est si pitoyable !

CRIMES ECONOMIQUES A TRAVERS LES MICRO-FINANCES EN COTE D’IVOIRE

Un fait est notable : Certains hauts responsables Ivoiriens ont créé des institutions financières qui sont devenues de véritables boites de pandore pour la population. Plusieurs Ivoiriens ont reconnu au cours de notre enquête avoir été victimes d’une  micro-finance. La Caisse Ivoirienne D’épargne et de Crédit Agricole (CICA) créée par Charles Diby Koffi alors Directeur général du Trésor public de Côte d’Ivoire sous le régime Laurent Gbagbo a été citée plusieurs fois.

La CICA  dont le siège est situé à Cocody II plateaux 7ème tranche, immeuble «Les Perles», comptait 6 agences à travers la Côte d’Ivoire : CICA BOUAFLE, CICA DAOUKRO, CICA NIANGON, CICA LATRILLE, CICA YAMOUSSOUKRO et CICA ABENGOUROU dirigée par Blaise Koffi un proche de madame Charles Diby Koffi.  A partir de 2010, les agences ont été fermées, pour certaines sous la forme d’une procédure de liquidation et pour d’autres comme Abengourou sans même informer les sociétaires, pour des raisons encore très obscures.  Nos enquêtes ont révélé que CICA  (agrément n°U1 1 4 / 05-10  obtenu le 18 octobre 2005) a été créée par le Ministre Charles Koffi Diby alors Directeur général du Trésor public de Côte d’Ivoire.

Quand le 28 décembre 2005, il a été nommé ministre délégué auprès du Premier ministre Charles Konan Banny, chargé de l’Economie et des finances, il a nommé son épouse Diby N’goran Béatrice, une cousine de Henri Konan Bédié à la tête de la micro-finance CICA. Selon d’autres sources, CICA figurait sur la liste des meilleures IMF (Institutions de Micro-Finance) agréées de Côte d’Ivoire avec 7775 clients et 8972 comptes d’épargne tous produits confondus, 4 produits de crédit et 5 produits d’épargne…Et l’agence d’Abengourou  était l’une des meilleures agences.  Pourtant voilà cinq ans que les sociétaires d’Abengourou souffrent parce que l’agence CICA a fermé sans même les informer.

Cette situation a fini par détruire des familles entières qui ont épargné des fonds énormes dans cette micro-finance dont la renommée était liée selon  les sociétaires, à celle du Ministre Charles Koffi Diby. En effet, des sociétaires nous ont expliqué ceci : « C’est parce que CICA appartenait à Charles Diby Koffi que nous avons accepté d’ouvrir des comptes là-bas ». En effet, en Côte d’Ivoire, sous le régime Gbagbo, le ministre Charles Diby Koffi avait été présenté comme un modèle en gestion et en économie, puis  comme un homme de bonne moralité.

Voilà les raisons qui ont poussé la population à ouvrir des comptes à CICA. Koffi Blaise, le directeur national de CICA, M. Kanga Innocent PCA de CICA et leurs collaborateurs ont fait la promotion de cette microfinance avec le nom du ministre Charles Diby Koffi. Aujourd’hui, on se rend compte que « nous avons été abusés. Charles Koffi Diby n’est pas la personne idéale qu’on nous a montrée. La preuve c’est que notre argent est bloqué depuis cinq ans. Lui  Charles Koffi Diby, il est trop riche » a constaté M. Traoré ferronnier et sociétaire de CICA.

L’agence CICA d’Abengourou  fait partie des agences qui ont rapporté plus d’argent au réseau CICA Côte d’Ivoire. Au cours de notre enquête, il a été révélé qu’aucun sociétaire d’Abengourou n’a été informé avant la fermeture de l’agence.  Aucun communiqué n’a été fait ni par Innocent Kanga le PCA de CICA Abengourou ni par M. Yao le gérant ni par Blaise Koffi le responsable national pour avertir les sociétaires d’Abengourou.

Voilà la réaction d’un sociétaire, M. Ousmane gérant d’un dépôt de ciment à Abengourou : « C’est un vrai braquage…Innocent Kanga, actuel directeur du Fonds de développement pour la formation professionnelle (FDFP) d’Abengourou qui est le PCA  de CICA Abengourou n’a informé personne. A trois jours de la fermeture, je suis allé même déposer 400.000fcfa. Aujourd’hui, il nous  nargue quand il nous rencontre dans sa belle voiture, un 4X4 neuf. Il ne veut pas nous recevoir. Ses enfants vont à l’école. Les nôtres ne peuvent pas fréquenter puisque tous nos fonds ont été bloqués depuis cinq ans ». Dame Brou a aussi  témoigné au cours de l’enquête : « A trois jours de la fermeture, je suis allée faire un versement de 300 000F et M. Anvi le comptable n’a pas eu la gentillesse de me dire que la CICA est en train de fermer. Quelle méchanceté ? J’ai 750 000F bloqués à CICA. Toutes mes activités sont bloquées depuis cinq ans. J’ai appelé mille fois M. Yao le gérant de l’agence d’Abengourou au 02024174. Mais depuis il a jeté sa puce. Aux dernières nouvelles, j’ai appris qu’il travaille actuellement dans une société de Charles Diby Koffi. Les riches ne vont pas continuer de nous exploiter comme ça, madame. Aidez-nous !».

Pendant que le PCA,  Innocent Kanga continue de travailler comme directeur du FDFP d’Abengourou et de percevoir son salaire et les primes de l’État, les sociétaires d’Abengourou ne peuvent plus relancer leurs activités depuis cinq ans. Nous avons rencontré des sociétaires d’Abengourou meurtris et désœuvrés : des restaurants ont été fermé, des magasins fermés, des ferronniers ont fermé leur ateliers, des charbonniers ont arrêté leurs activités, des planteurs d’hévéa ont arrêté l’extension de leur plantation. Plusieurs commerçantes ne travaillent plus parce que leur argent est resté bloqué à CICA. Le gouvernement ivoirien  encourage la population à l’épargne  mais  quand elle épargne, les microfinances  ferment  et les épargnes sont perdues pour toujours. Plusieurs Ivoiriens sont aujourd’hui pauvres à cause des microfinances qui ferment en emportant les épargnes de milliers d’Ivoiriens. C’est un crime économique.

VOICI LE PIÈGE TENDU PAR INNOCENT KANGA ET SES PATRONS

Les sociétaires d’Abengourou doivent faire très attention. Il faut rappeler que l’arrogance d’Innocent Kanga, exacerbe les souffrances des sociétaires qui ne souhaitent que se faire rembourser. En effet, Innocent Kanga (le PCA) est aussi le directeur du Fonds de développement pour la formation professionnelle (FDFP) d’Abengourou. Depuis la fermeture de l’agence, il ne répond plus aux appels des sociétaires et de temps en temps il fait circuler de fausses informations pour décourager les sociétaires. Mais depuis quelques jours il vient d’annoncer la liquidation de l’agence CICA d’Abengourou à travers un communiqué de la radio Agnia FM.

Crimes économiques et les enrichissements illicites et rapides en Côte d’Ivoire Le cas de CICA créée par Charles Diby Koffi et les sociétaires d’Abengourou Crimes économiques et les enrichissements illicites et rapides en Côte d’Ivoire: Le cas de CICA créée par Charles Diby Koffi et les sociétaires d’Abengourou

Mais comme les sociétaires ne sont pas tous dupes, plusieurs parmi eux ont commencé à expliquer que le PCA Innocent Kanga est en train de les berner comme en décembre 2010 au plus fort de la crise postélectorale. Kanga s’apprête à faire un passage en force pour ne pas rembourser les sociétaires de l’agence d’Abengourou qui ont tant souffert pendant cinq ans, sans argent. En effet selon l’explication de madame Téguy Eveline épouse Koné, responsable du bureau de la liquidation de l’agence CICA d’Abengourou situé en face de l’auto école de l’Est, « le processus de remboursement des sociétaires qui a commencé par un recensement général des sociétaires d’Abengourou avec les carnets de compte en vue d’évaluer combien exactement la CICA doit à ses sociétaires. Le recensement devra s’étendre sur deux mois… » Pourquoi deux mois sachant que les élections sont dans deux mois?

En plus, madame Téguy Eveline épouse Koné a déjà  expliqué à certains sociétaires que leur argent se trouve depuis la fermeture de l’agence sur un compte à la CECP. Alors pourquoi Kanga a-t-il attendu jusqu’à deux mois des élections pour rembourser les sociétaires ? Les sociétaires voient le piège dans lequel Innocent Kanga le PCA les conduit. Toute la communauté internationale s’inquiète de cette période électorale très délétère qui s’annonce en Côte d’Ivoire. Pourquoi c’est cette période-là, qu’Innocent Kanga a choisie pour procéder à la liquidation de l’agence CICA d’Abengourou et au remboursement des sociétaires ? Si le recensement doit durer deux mois comme le prétend madame Téguy Eveline épouse Koné, à quand le remboursement ? Kanga veut-il profiter des troubles politiques qui n’annoncent pour ne pas payer les sociétaires d’Abengourou.

La preuve, c’est le choix de ce moment pour liquider l’agence CICA d’Abengourou. Il est bon de rappeler que Kanga a profité de la crise postélectorale de 2010 pour ne pas rembourser les sociétaires d’Abengourou. Rappelons encore que, profitant des troubles politiques de 2010 causés par le changement de régime en Côte d’Ivoire, les Diby (le ministre et son épouse) ont fermé la plupart des agences CICA et ont créé « le 14 novembre 2011, une société anonyme dénommée YRISSA S.A  spécialisée dans les  bâtiments; la promotion immobilière sous toutes ses formes dont le capital s’élève à 10 millions de FCFA ». Les fonds de CICA auraient-ils servi à la création de YRISSA S.A ? Les troubles politiques arrangent donc toujours les promoteurs de CICA. Et Innocent Kanga s’apprête à sacrifier les sociétaires d’Abengourou.

Nous avons tenté maintes fois de rencontrer Innocent Kanga en appelant sur son numéro de téléphone : 22507078436. Sa secrétaire du FDFP d’Abengourou  nous a encore  signifié, qu’il était absent. M. Yao le gérant de l’agence CICA Abengourou se retrouverait actuellement à Abidjan en poste dans une société créée par Charles Koffi Diby. Son numéro (02024174) ne répondait pas.  Le seul responsable que nous avions pu avoir au téléphone pendant notre première enquête est M. Anvi, le comptable qui se trouverait à Korhogo (08286183). Mais actuellement il ne répond plus au téléphone…

Le témoignage de madame Koffi une sociétaire qui s’était rendue au siège du réseau CICA situé à Cocody II plateaux 7ème tranche, immeuble «Les Perles» est révèle ce que sont réellement les microfinances en Côte d’Ivoire. « C’était juste après la fermeture de l’agence  d’Abengourou. Quand je me suis rendue au siège pour des renseignements. J’ai trouvé une jeune dame dans son bureau. C’était la seule personne dans ce gros bâtiment. Quand j’ai demandé comment nous allons être remboursés, voilà comment elle m’a répondu : ²madame dans ce pays, plusieurs microfinances ont fermé sans même rembourser un rond. Ce n’est pas la première fois en Côte d’Ivoire…² 

LES PROMOTTEURS DE MICROFINANCES COMMETTENT DES CRIMES ECONOMIQUES QU’IL FAUT DENONCER.

Le jeudi 20 novembre 2014 à Abidjan,  deux conventions formalisant un projet d’appui au secteur de la microfinance ont été signées entre l’Agence Française de Développement (AFD) et, d’une part le Ministère auprès du Premier Ministre chargé de l’Économie et des Finances, et d’autre part, l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés de Côte d’Ivoire (APSFD-CI). La  cérémonie de signature de convention avec l’Agence Française de Développement a été faite en présence  du directeur de cabinet de la ministre auprès du premier ministre chargée de l’économie et des finances. Il est bon d’attirer l’attention de l’Agence Française de développement sur la mauvaise pratique des fondateurs de microfinances en Côte d’Ivoire qui appauvrissent les Ivoiriens. Nous insistons sur le cas de la microfinance dénommée Caisse Ivoirienne d’épargne et de Crédit Agricole (CICA) qui aurait été créée par le ministre Charles Koffi Diby une très haute personnalité de la Côte d’Ivoire. Des milliers de gens meurent aujourd’hui de faim parce que leurs épargnes sont restées bloquées par CICA.

J’interpelle alors les mouvements de droits de l’Homme, opérant en Côte d’Ivoire ou en dehors de la Côte d’Ivoire sur ce crime crapuleux qui est en train de tuer une partie des Ivoiriens à Abengourou une ville de la Côte d’Ivoire, j’interpelle les ministres de la justice, de l’économie de la Côte d’Ivoire. En fin, j’interpelle l’Agence française de développement qui continue de soutenir ces microfinances qui ne font que ruiner les populations. On crée les microfinances pour le bien-être des populations et non pour les exploiter. Innocent Kanga travaille, il a de l’argent pour nourrir ses enfants et de mettre sa famille à l’abri en cas de troubles socio-politiques. Il veut sacrifier les sociétaires d’Abengourou.

ADJA FATOUMATA CISSE, journaliste indépendante, militante des Droits de l’Homme

Toronto, Canada

frontnationalci@gmail.com

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.