Dans les secrets de la crise postélectorale de 2010: Voici pourquoi Soro a trahi Gbagbo à la dernière minute

Dans les secrets de la crise postélectorale de 2010: Voici pourquoi Soro a trahi Gbagbo à la dernière minute

Cet article écrit par Jeune Afrique a l’avantage de démontrer deux choses:

1 – Contrairement à beaucoup de dirigeants ivoiriens, le Président Laurent Gbagbo n’est pas francmaçon. Il n’a donc pas permis à cette secte d’influencer sa politique. Ce qui peut-être lui a valu les attaques diverses contre son régime

2 – Soro Guillaume a trahi le Président Laurent Gbagbo parce qu’il estime que celui-ci ne lui a pas fait de promesse quant à son avenir politique après l’élection présidentielle. Ce qui en de termes clairs induit que Soro Guillaume savait bel et bien que Laurent Gbagbo a gagné lesdites élections.

La Rédaction de EBURNIENEWS.NET vous propose de lire l’article entier pour vous en convaincre.

_________________

Côte d’Ivoire : quand le frère Mba Obame se faisait messager

Bien que nombre de chefs d’État francophones s’y côtoient, les Loges africaines apparaissent toujours comme un lieu de pouvoir occulte et semblent impuissantes à désamorcer les conflits qui déchirent le continent. Zoom sur un épisode survenu en 2010, à quelques mois de la présidentielle en Côte d’Ivoire.

Contrairement à celle de ses prédécesseurs Henri Konan Bédié et Robert Gueï, tous deux initiés, la présidence de Laurent Gbagbo n’a pas été une période faste pour la diplomatie souterraine des « frères trois points ». Profane, le chef de l’État était proche des églises pentecôtistes farouchement antimaçonniques, à l’instar de la Shekinah Glory Ministries, l’Église fondée par son conseiller, le pasteur Moïse Koré.

Gbagbo s’est coupé de l’obédience ivoirienne, qu’il a renoncé à contrôler. Pour les frères, organiser des pourparlers informels avec le camp présidentiel n’était pas une sinécure. En 2010, à quelques mois de la présidentielle ivoirienne, le frère gabonais André Mba Obame – perdant de l’élection de 2009 face à Ali Bongo Ondimba – se rend à Abidjan sur l’invitation du président ivoirien sortant.

D’intercessions en intercessions

Il en profite pour rencontrer discrètement, sur le parking de l’hôtel Ivoire, Guillaume Soro. Celui-ci lui confie qu’il est déçu que Gbagbo ne lui ait encore rien proposé de concret en cas de victoire, raison pour laquelle il a décidé de se rapprocher d’Alassane Dramane Ouattara. Seul hic : ADO étant originaire du Nord comme lui, le poste de Premier ministre ne lui sera jamais confié. Mba Obame transmet le message à Laurent Gbagbo, qui ne donnera pas suite.

Les frères auront une autre occasion de s’ingérer dans la politique ivoirienne. À la suite de la crise postélectorale et du transfèrement à La Haye de Laurent Gbagbo, les relations entre Yamoussoukro et Luanda se tendent. L’ancien président ivoirien était un proche de José Eduardo dos Santos. Les frères ivoiriens, de retour dans la sphère présidentielle, demandent alors à Denis Sassou Nguesso, qui a de bonnes relations avec son homologue angolais, d’intercéder pour rapprocher les deux chefs d’État. L’affaire est toujours en cours…

Par François Soudan et Georges Dougueli

Source: Jeune Afrique

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.